la comédienne a eu “la peur de sa vie”



Chantal Ladesou n’en finit pas de nous faire rire, à 74 ans. Mais l’actrice a perdu son sourire lorsqu’elle a vécu une expérience qui l’a particulièrement effrayée au point de la traumatiser…

Chantal Ladesou n’a pas dit son dernier mot et tant mieux ! Télé, radio, cinéma, l’humoriste n’a pas du tout ralenti le rythme. Elle sera même prochainement à l’affiche du premier film de Samy Nacery, une comédie MDR, avec Jean-Marie Bigard et qui a été tourné cette année. On apprécie aussi particulièrement sa gouaille et sa voix inimitable pour raconter des histoires. Et justement, au micro de France Bleu Azur, elle a confié avoir eu la peur de sa vie quand elle s’est retrouvée, plusieurs heures, enfermée dans le musée Grévin, la nuit.

Chantal Ladesou, la nuit au musée : “la peur de ma vie”

Chantal Ladesou s’est retrouvée enfermée dans le célèbre musée Grévin alors qu’elle jouait dans le théâtre juste au-dessus. “En fait, le gardien du Grévin, qui était fermé, le musée était fermé et quand je sortais de scène, il était à peu près 10H00, 10H30 et il pensait que j’étais sortie. Donc, là quand tout le monde était sorti, il va dîner“, a-t-elle décrit sur France Bleu Azur.

Sauf qu’évidemment, l’actrice était encore à l’intérieur du musée. “J’ai eu la peur de ma vie, car ma loge était tout en haut de l’immeuble, il fallait que je traverse ce musée avec tous ces gens en cire“. Elle n’est sortie qu’à 4h du matin. Heureusement, plus de peur que de mal !

Actu à voir aussi ...  combien allez-vous toucher et à quelle date ?

Chantal Ladesou, moquée par ses camarades de Mask Singer

Chantal Ladesou a d’ailleurs récemment confié cette anecdote à ses collègues Laurent Ruquier, Inès Reg, Kev Adams et Camille Combal, sur le plateau de Mask Singer. “C’est à l’époque où ils ont créé le musée Grévin“, a tout de suite rebondi Kev Adams, s’amusant de l’âge de la comique. Fou rire de tous ces comparses.

Laurent Ruquier en a rajouté une couche en touchant son bras et en déclarant : “Attends, je touche pour voir si elle est en cire ou pas“. Visiblement encore traumatisée par cette histoire, la belle-mère de Pauline Lefèvre a continué son récit malgré les blagues : “Quand je suis descendue, j’étais toute seule dans le musée ! J’ai eu la peur de ma vie“. On peut la comprendre….



Source link