Bientôt un marché de Rungis « bis » à Casablanca ?

Casablanca, la capitale économique du Maroc, pourrait bientôt accueillir une réplique du célèbre marché de gros de Rungis, situé aux abords de la ville. Ce projet ambitieux est actuellement en phase de négociation, impliquant notamment Stéphane Layani, le président du marché international de Rungis, et Ely Michel Ruimy, un homme d’affaires franco-marocain. Décryptage !

Un marché de gros nouvelle génération 

Le projet de création d’un marché de gros innovant et centralisé à Casablanca prend forme, comme le rapporte le journal marocain L’Economiste dans son édition du 22 septembre dernier. Casa-Prestations, la société de développement local, s’apprête à lancer une étude de faisabilité pour cette plateforme agroalimentaire destinée à la ville et sa périphérie. Objectif annoncé : regrouper les différents marchés de gros dispersés à travers la ville en un seul et même lieu.

Ce projet ambitieux, qui était en attente depuis un certain temps, s’inscrit dans le cadre du Plan d’action communal (PAC) pour la période 2023-2028. Les marchés de fruits et légumes de Moulay Rachid, de poissons de Lahraouyine, de vente d’œufs de La Gironde et de volailles de Hay Mohammadi, seront bientôt relogés dans le cadre dudit projet. Située à Lakhiaita, près de Had Essoualem, cette plateforme intégrée sera un pivot pour l’approvisionnement alimentaire de la capitale économique et de sa périphérie. Le financement de ce mégaprojet, estimé à 1,5 milliard de dirhams, sera partagé entre le Conseil communal (50 %), le ministère de l’Intérieur, le conseil de la Région Casablanca Settat et la commune de Had Essoualem, avec une réalisation confiée à Casa Aménagement, société de développement local (SDL).

Actu à voir aussi ...  Les Bracelets rouges : "Une amitié très forte va naître entre Nour et Clément" selon Hanane El Yousfi - News Séries

Sortie de terre prévue en 2027 (en principe) 

En 2027, la ville de Casablanca verra (probablement) la naissance d’une plateforme de marché de gros intégrée, promettant de révolutionner la commercialisation des produits agricoles dans la région. Ce projet résolument ambitieux devrait engendrer des revenus annuels dépassant les 350 millions de dirhams dès sa première année de fonctionnement, tout en créant plus de 1 000 emplois. 

Conçue comme une « petite ville » dédiée à la vente des produits agricoles, la plateforme s’inspirera de grands marchés internationaux, notamment le célèbre marché de Rungis à Paris dirigé par Monsieur Layani. Cette initiative vise à moderniser les infrastructures existantes, améliorer les conditions d’hygiène et de sécurité, et réduire la congestion dans les rues de la métropole. En outre, ce projet a pour objectif principal de s’attaquer au problème persistant de l’informalité dans le secteur de la commercialisation des produits agricoles au Maroc. A ce propos, il faut savoir qu’actuellement, environ 65 % des fruits et légumes consommés au Maroc sont vendus en dehors des circuits formels, et 70 % de la demande casablancaise en viandes rouges est couverte par des réseaux de distribution informels.