Comment des asticots se retrouvent-ils dans les boîtes de lait Gallia ?



En trois ans, 110 parents ont retrouvé des larves ou des asticots (et même un pansement) dans les boîtes de lait infantile de la marque Gallia. Une jeune maman a récemment fait la découverte de deux vers en voulant donner du lait à sa fille de 6 mois et demi.

Zoubida, maman de Sofia, âgé de 6 mois et demi, a découvert des asticots dans la poudre de lait infantile Gallia, rapporte le journal Le Parisien ce 26 juillet 2023. “À 7 heures du matin, j’ouvre la boîte et tout à coup, j’aperçois un point noir à l’intérieur. Je le touche avec la cuillère et là, je crois le voir bouger. Je verse la poudre blanche et soudain, je découvre que c’est un asticot“, a-t-elle raconté au Parisien. Quelques jours avant, sa fille avait eu des vomissements.

Depuis 2020, 110 parents ont fait cette même découverte. On a des remontées tous les mois de parents qui découvrent des larves dans le lait infantile de leurs enfants de marque Gallia” déplore Quentin Guillemain, président de l’Association pour la santé des enfants, sur RTL. Pour le lanceur d’alerte, il s’agit bien de “boîtes fermées, scellées, qui viennent d’être achetées. C’est bien quelque chose qui provient de la fabrication de ces produits”, estime-t-il. 

En 2020, les parents ayant découvert des larves ont porté plainte 

En février et mars 2020, plusieurs familles avaient porté plainte après avoir retrouvé un ver ou des larves dans une boîte de lait en poudre Gallia. Une maman habitant à Saint-Etienne avait même découvert un insecte vivant en préparant le biberon de sa fille âgée de trois mois. Après cinq familles ayant porté plainte contre le groupe Danone, un couple avait, lui aussi, découvert une larve en préparant le biberon de sa petite fille alors âgée de 7 mois. Il s’agissait à cette période, du neuvième signalement. 

“Une fois le produit ouvert, aucun insecte ne peut s’introduire dans la boite si elle est correctement refermée”.

Dans un communiqué du 25 juillet 2023, les laboratoires Gallia assurent que “des larves ne peuvent pas se développer dans nos boites avant ouverture (process thermique et inertage des boites)” et qu’aucun insecte ne peut s’y introduire si elle est correctement refermée.

Actu à voir aussi ...  Coudre son masque en tissu AFNOR en deux temps, trois mouvements

Suite aux plaintes de parents en 2020, le groupe avait analysé plus de 100.000 boîtes et procédé au tamisage de plus de 9.000 boîtes de lait en poudre. Ces analyses n’ont révélé aucune présence d’insectes. Nous avons pu confirmer que ni les matières premières utilisées, ni le processus de production ne présentaient de trace d’insectes ou de nuisibles et que les bases logistiques n’ont révélé aucune défaillance quant à la prévention des nuisibles”, précise la marque. 

En outre, des contrôles ont été réalisés sur les boîtes de lait renvoyées à la marque par les parents qui avaient retrouvé des larves. “Tous les contrôles menés à date ont confirmé que la production s’est déroulée en respect de nos standards – extrêmement rigoureux – en matière de qualité et d’hygiène et que l’origine des insectes n’était pas liée à notre site de production” précise le groupe.

Un pansement usagé retrouvé dans une poudre de lait Gallia

Le 1er mars 2021, Fanny, une jeune maman qui habite Villeneuve-La-Comtesse (Charente-Maritime), avait quant à elle découvert un pansement usagé à l’intérieur d’une boîte de lait infantile de la marque. “Je le rince sous l’eau pour voir de quoi il s’agit, et je découvre un pansement. Ayant échappé à un doigt. Quoi de plus normal. Certains tombent sur des vers, me direz-vous,, mais je ne suis pas sûr de devoir m’estimer chanceuse pour autant“, avait écrit cette maman d’une petite Jade, alors âgée de 14 mois sur Facebook. Furieuse, elle avait contacté le service client de Gallia.  “La personne m’a dit ne pas comprendre ce qui s’est passé, que cette usine à Lyon, où a été fabriqué la boîte, est très préservée, que peu de personnes y ont accès“, avait-elle expliqué. 

Actu à voir aussi ...  Deux cyclistes tués en moins de 24h : le vélo est-il dangereux ?



Source link