D’inquiétantes allergies à la viande suite à des morsures de tique


La morsure d’une tique pourrait déclencher une mystérieuse allergie à la viande potentiellement mortelle, rapporte une autorité sanitaire écossaise.

Les morsures de tiques pourraient, dans de rares cas, déclencher une réaction allergique à la viande, avec l’apparition de symptômes potentiellement mortels comme des éruptions cutanées, des nausées, des difficultés à respirer, une douleur intense à l’estomac ou un choc anaphylactique, rapporte un article du DailyMail du 23 juillet 2023, reprenant des données du National Health Service (NHS) d’Highland en Ecosse. Cette surprenante allergie porte le nom de “Syndrome Alpha-Gal” (AGS pour l’acronyme en anglais), qui est déclenché par un sucre spécifique présent dans la viande comme le gibier (sanglier, chevreuil…), le bœuf, le lapin, l’agneau ou le porc (bacon, charcuterie, saucisses…). Cette molécule peut également être présente dans les produits laitiers et ceux contenant de la gélatine animale, comme certains bonbons et médicaments. En revanche, l’alpha-gal ne se trouve pas dans les poissons, les reptiles ou les volailles. La piqûre de tique serait capable de transférer une molécule de sucre (appelée l’alpha-galactose) présente dans la viande dans le corps de la personne mordue ce qui, dans certains cas, pourrait provoquer une réaction immunitaire, apparaissant généralement 2 à 6 heures après avoir mangé de la viande ou des produits laitiers, indiquent les Centers for Disease Control and Prevention des Etats-Unis. Le Syndrome Alpha-Gal a été signalé pour la première fois par des chercheurs de l’État américain de Virginie en 2009. La réaction allergique est variable d’une personne à l’autre et plus ou moins grave.

syndrome-alpha-gal-allergie-viande
Symptômes cutanés d’une allergie à la viande © Centers for Diseases control and prevention des USA

Que faire en cas de symptômes évocateurs d’une allergie à la viande ?

Le Syndrome d’Alpha-Gal doit être immédiatement traité et pris en charge par un allergologue ou un autre professionnel de santé. Puisque de nombreux aliments et produits contiennent de l’alpha-gal, le patient et son médecin doivent échanger sur le contexte de survenue de l’allergie pour comprendre quels produits il convient d’éviter. La plupart des professionnels de santé recommandent aux patients d’arrêter de manger de la viande de mammifère (comme le bœuf, le porc, l’agneau, la venaison, le lapin) et selon la gravité de la réaction allergique, d’éviter d’autres aliments et ingrédients pouvant contenir de l’alpha-gal (comme le lait de vache, les produits laitiers et la gélatine). Très rarement, certaines personnes atteintes d’AGS sévère peuvent réagir aux ingrédients de certains vaccins ou médicaments. Il convient d’en parler à son professionnel de santé avant de prendre un nouveau médicament ou de recevoir un vaccin.

Actu à voir aussi ...  comment bénéficier de l’aide de 500 euros pour l’achat d’un vélo électrique ?

Les randonneurs et les travailleurs dans le secteur de la viande particulièrement à risque

Rassurons-nous, les cas de cette étrange allergie restent rares, mais tendent à augmenter, signale le NHS écossais qui est sur le point de mener des recherches complémentaires sur le mécanisme de cette réaction allergique. Le nombre de personnes touchées est difficile à estimer, mais sur 55 personnes du service du NHS Highland, 2 avaient des membres de leur famille allergiques. “Nous sommes conscients que cela risque d’être problématique pour l’Écosse, en particulier pour Highland, en raison de notre niveau élevé de tiques en partie lié au changement climatique“, s’inquiète Frances Hines, responsable de la recherche, du développement et de l’innovation au NHS Highland, dont le partenaire souffre de cette maladie. Les randonneurs et les travailleurs dans le secteur de la viande sont particulièrement à risque et doivent être particulièrement prudents. En France, en 2017 selon le Réseau d’allergo-vigilance (RAV), l’allergie à la viande représentait 3,4 % des allergies anaphylactiques d’origine alimentaire (pour 466 observations déclarées et analysées). Enfin, pour rappel, les tiques se trouvent dans les zones herbeuses, broussailleuses et boisées et sont également responsables de la transmission de la maladie de Lyme, qui peut provoquer des symptômes neurologiques. 



Source link