Pas de déplacement entre les régions avant mi-juin ?

[ad_1]

Chômage partiel prolongé, Retour à l’école étalé, Télétravail jusqu’à l’été, Lieux de culte fermés et Transports rationnés… Ni le 11 mai ni après. Les Français ne retrouveront « pas tout de suite et probablement pas avant longtemps » leur « vie d’avant », a averti le Premier ministre. Scénarios et hypothèses envisagés pour le déconfinement progressif et par étape. Travail à distance et Reprise des cours en classe, Transports, Voyages et Vacances, mais aussi Ouverture des magasins, Restaurants, Coiffeurs… On fait le point.

[Mise à jour mercredi 22 avril à 13h09] Les membres du gouvernement remettent à Matignon, ce mercredi, leurs premières pistes pour gérer le Déconfinement et l’après11 mai.
Selon les informations du service politique France Télévisions, le gouvernement devrait se prononcer pour le maintien, dans un premier temps, de la limitation des déplacements entre régions.
On ne veut pas 300 000 personnes sur les plages », explique une source gouvernementale. Une restriction qui pourrait durer jusqu’à mi-juin, selon France Info.
Et pas question d’aller se promener en bord de mer ou à la montagne :
« On peut alléger le déconfinement dans les départements où le virus circule peu ou pas, mais à la condition que les gens habitant dans les zones où le virus est présent ne viennent pas importer le virus. Il faut éviter qu’il y ait un brassage de population, donc un brassage du virus », souligne un ministre repris par franceinfo. 

Les lieux de culte ne rouvriront pas le 11 mai

Dans une audio conférence avec les représentants des grandes religions, mardi 21 avril, Emmanuel Macron a annoncé que les rassemblement religieux ne pourraient pas reprendre dès le début du déconfinement et qu’il n’y aurait « pas de grand rassemblement jusqu’à la fin de l’été ».

Eglises, Mosquées, Synagogues, Temples… Une évaluation est prévue vers début juin ou mi-juin pour étudier la possibilité de réouverture, précise l’AFP. « Il ne s’agirait pas de rouvrir les lieux de culte le 11 mai pour deux semaines après les refermer. Le déconfinement propose une injonction paradoxale, retrouver la liberté mais avoir peur du virus. Donc il faut être très prudent dans la construction progressive de cette sortie », a expliqué le Président de la République.

Etaient présents Eric de Moulins-Beaufort, président de la Conférence des évêques de France, le grand rabbin de France Haïm Korsia,  le président de la Fédération protestante de France François Clavairoly, les cultes musulman, bouddhiste, orthodoxe, ainsi que plusieurs obédiences maçonniques, le Comité Laïcité République, et côté gouvernement le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner.

Le chef de l’Etat « les a tous invité à l’accompagner dans le travail d’explication auprès des Français », ajoutant qu’il « ne faut pas croire que les certitudes d’aujourd’hui étaient celles d’hier »La question de l’« après », de la « résilience » de la société française ou encore de la manière de « garder la mémoire » de cette crise ont aussi été discutés.

Plus de 3 millions d’arrêts de travail

L’épidémie de coronavirus a justifié environ 3,2 millions d’arrêts de travail, pour les personnes malades ou « vulnérables », mais surtout pour celles devant garder leurs enfants durant le confinement, selon des chiffres transmis par l’Assurance maladie à l’AFP.
Quelque 600.000 arrêts maladie ont été prescrits par des médecins à des malades du Covid-19.
Pour les « personnes dites vulnérables » (malades chroniques, femmes enceintes), l’Assurance maladie a reçu en un mois 400.000 demandes d’arrêts de travail « dérogatoires », auxquelles elle a donné droit « dans près de 8 cas sur 10 » et ce sont 2,3 millions d’arrêts pour garde d’enfant qui ont délivrés à la demande des employeurs depuis les premières fermetures d’écoles début mars.

Plus de dix millions de salariés au chômage partiel 

La barre symbolique des 10 millions de salariés du secteur privé au chômage partiel est passée avec précisément 10,2 millions de travailleurs concernés. Sur BFM Business, Muriel Pénicaud, la ministre du Travail  explique que le dispositif couvre désormais 820.000 entreprises, soit 6 sur 10.
Des secteurs entiers sont à l’arrêt, notamment l’hôtellerie-restauration avec un taux de chômage partiel de 90% ou encore le bâtiment avec 93% soit pas moins de 1,2 million de salariés.
On observe encore une nette accélération des demandes.

Réouverture progressive des écoles et conditions du retour en classe

Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale a été entendu par la commission des Affaires culturelles et de l’Education de l’Assemblée nationale sur la réouverture progressive des établissements scolaires.
Voilà les pistes pour le retour à l’école et le calendrier de la reprise: « Pas une seule classe n’aura plus de 15 élèves (…) Les grandes sections, les CP et les CM2 pourraient être les premiers à revenir en classe à partir du 11 mai (…) Ensuite le 18 mai, ce sera les collèges, avec les sixièmes et les troisièmes puis les lycées avec les premières et les terminales et les lycées professionnels avec les ateliers industriels.
En semaine 3, ce sera l’ensemble des classes qui pourra rentrer »
.

Rationner les transports en commun en IDF et télé-travailler jusqu’à l’été

Invitée sur BFM Business,  la présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse a précisé : « On ne peut pas déconfiner de la même manière une région extrêmement rurale dans laquelle les habitants ont été très peu touchés et dans laquelle ils sont protégés par le fait qu’ils se rendent en voiture au travail ».

« Le 11 mai, il va falloir continuer à rationner le transport. On ne pourra pas tous remonter dans les RER, dans les trains, dans les métros. Au maximum, c’est un million de personnes seulement qui pourront se transporter dans des bonnes conditions de sécurité. Et pour cela, il faudra le port du masque obligatoire. » Véhiculant habituellement 5 millions d’usagers par jour, les transports en commun de la région n’en transportent plus aujourd’hui que 500.000 quotidiennement. 

« Mais il faudra aller au-delà. Il faudra maintenir le télétravail au moins jusqu’à l’été. Et il faudra, je le crois, demander aux employeurs des attestations pour permettre aux salariés de se déplacer à certaines heures de la journée (…) Cela veut dire aussi, pour ceux qui ont des petits trajets, marcher, faire du vélo.« 

Le chômage partiel, maintenu après le 11 mai ?

Lors de la sortie du confinement, « le 11 mai, on ne ferme pas le chômage partiel, sinon il y aurait des catastrophes », a déclaré la ministre. « Mais ça va être dégressif, au fur et à mesure que l’activité reprend, on a besoin de moins de chômage partiel », a annoncé la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, lundi 20 avril sur RTL.

La ministre du Travail préconise, lorsque le déconfinement sera mis en œuvre de « mixer » le travail en présentiel et le télétravail, afin de permettre une rotation des équipes et ainsi le respect de la distanciation sociale.. « Cela requestionne le temps que l’on passe dans les transports, la  »réunionite’…« 
Des guides pour faire respecter les gestes barrières en fonction des secteurs d’activité sont en préparation pour anticiper ce déconfinement. Un guide devrait être mis à disposition des restaurants, cafés et bars « dans les 15 jours- trois semaines à venir« , 31 sont déjà disponibles sur le site du ministère du Travail.

Penser vacances et voyages à étranger ou en France ? Compliqué…

« J’appelle à la prudence » pour les vacances d’été, a déclaré, Sibeth Ndiaye sur France Info« C’est très difficile de vous dire mi-avril de quoi le monde sera fait au mois de juillet ou d’août (...)Je ne peux pas vous dire ce qu’il en sera d’un voyage aux Etats-Unis, d’un voyage dans un pays africain ou asiatiqueil serait mal aisé de dire que vous pouvez prendre un billet pour aller faire une croisière à l’autre bout du monde ».

En France, « Je ne sais pas où nous en serons de l’évolution de l’épidémie, donc j’aurais tendance à appeler à un peu de patience et de prudence en la matière, a indiqué la porte-parole du gouvernement.

Sibeth Ndiaye a rappelé que l’offre de transport « est très réduite ». Il est difficile de savoir actuellement quel sera l’état des transports dans les mois à venir. « Je sais que c’est très frustrant, mais je pense qu’il faut vivre les choses étape par étape, a-t-elle expliqué. 

Eviter les grandes réunions familiales, les mariages, les anniversaires

« Organiser un rassemblement le 12 mai pour un mariage, ce n’est sans doute pas une bonne idée vu l’état de circulation du virus aujourd’hui, a détaillé Sibeth Ndiaye. Est-ce que vous voulez le faire en petit comité ou avoir toute votre famille et vos amis autour de vous ? C’est un choix personnel ». Nous ne levons pas l’interdiction de rassemblement après le 11 mai et il faut que chacun puisse s’adapter dans ces circonstances-là », a-t-elle rappelé.

Le président du Conseil scientifique a souligné sur BFM TV qu’on avait « réduit la vitesse de circulation du virus « , mais le professeur Delfraissy a appelé à une sortie « prudente et transitoire » du confinement. Le médecin immunologiste estime ainsi qu’il faudra éviter les grandes réunions familiales, les mariages, les anniversaires. « En tout cas, d’y faire très attention et de les limiter en nombre « .

Annulation des cérémonies du 8 mai 

Seule une cérémonie nationale est prévue, retransmise dans le pays, en présence d’Emmanuel Macron. « Par sagesse, il faut éviter ces rassemblements. Le 8 Mai, ce sont des personnes âgées qui se rassemblent. Il n’y a pas lieu de polémiquer, l’aspect mémoriel doit s’effacer devant l’aspect santé publique », a déclaré lundi 20 avril Dominique Lépine, président de l’Union française des associations de combattants et victimes de guerre (UFAC), en réaction à la décision gouvernementale de s’en tenir à une commémoration nationale, à Paris.

Les écoles

Pour l’instant, seules les crèches, les écoles, les collèges et lycées rouvriront le 11 mai, et ce, « progressivement », a précisé le chef de l’État. L’annonce a déplu à certains internautes, qui ont dénoncé une décision inconsciente de la part du gouvernement. Pour rassurer les Français, le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer est intervenu sur le plateau de Télématin sur France 2 en précisant que le retour à l’école ne sera « pas obligatoire le 11 mai ». Il a également ajouté : « C’est un retour progressif. Il y aura des aménagements, c’est évident. »

Les déplacements pour adoptions dans les refuges SPA sont possibles

À compter de ce jeudi 16 avril 2020, il est possible de se rendre, uniquement sur rendez-vous, en refuge pour adopter un animal préalablement sélectionné, en cochant la case « motif familial impérieux » sur l’attestation de déplacement dérogatoire.
Cet assouplissement du confinement intitulé « Adoption solidaire » concerne 55 des refuges de la SPA. Il répond à un cri d’alarme concernant l’euthanasie de milliers d’animaux

Les transports : bus, métro, RER, trains et avions

Au cours de son allocution du 13 avril, Emmanuel Macron n’a pas donné de précisions sur une date de reprise des transports ferroviaires ou aériens, mais a évoqué que le port du masque « pourrait devenir systématique » dans les transports en commun à partir du 11 mai.

Invitée sur France Bleu, la présidente de la région Île de France, Valérie Pécresse, est intervenue sur la reprise des activités et des transports en commun, fréquentés par « cinq millions de personnes » par jour : « Porter des masques dans les métros ou les bus ne suffira pas ; il faudra qu’ils ne soient pas saturés. Cela impose de réorganiser tout le travail ».

Les coiffeurs

Invité le 16 avril sur BFM TV, Bruno Le Maire s’est prononcé en faveur de la réouverture des salons de coiffure à partir du 11 mai : « Je pense qu’il y a des millions de Français qui aimeraient bien pouvoir aller chez le coiffeur assez rapidement » a-t-il expliqué.
S’il existe bien la solution des « coupes faites maison », celle-ci n’est « pas toujours formidable », a-t-il précisé, en connaissance de cause puisqu’il a tenté l’expérience sur ses cheveux : « J’ai essayé moi-même, ce n’est pas génial… ».

Les salles de sport sont aussi au cœur des préoccupations des Français.

Les bureaux de Poste

Par le biais d’un communiqué, le patron du groupe La Poste Philippe Wahl a annoncé une reprise progressive des activités : « La Poste va poursuivre ses efforts afin que soient ouverts d’ici la fin du mois d’avril 5 000 bureaux de poste avec des organisations et des niveaux de service adaptés (courrier, colis, Banque Postale et téléphonie mobile) ».

Certains fast-food ont déjà réouvert

Les magasins de bricolage

L’enseignement supérieur

Dans son allocution, Emmanuel Macron a indiqué que les établissements de l’enseignement supérieur ne reprendraient pas les cours « physiquement » avant l’été. Les élèves continueront à suivre les enseignements à distance, jusqu’à une date encore inconnue. Concernant les partiels, examens et concours, le gouvernement devrait se pencher sur leur « bonne organisation ».

Les restaurants, bars, hôtels, salles de spectacle

Pour l’instant, aucune date de réouverture n’a été décidée pour les lieux de loisirs :« restaurants, cafés, hôtels, cinémas, théâtres, salles de spectacle et musées ».

Les grands rassemblements, tels que les festivals, sont annulés « jusqu’à la mi-juillet au moins ». Cependant, « la situation sera collectivement évaluée à partir de mi-mai, chaque semaine, pour adapter les choses », a précisé le Président lors de son allocution.
Selon Franck Riester, ministre de la Culture, invité jeudi 16 avril au micro de France Inter, certains « petits festivals » pourraient se tenir « à partir du 11 mai »« C’est ce qu’on doit travailler avec les festivals, les organisations professionnelles, avec les autres ministres concernés par le déconfinement ».
« Prévoir un festival de la taille des Vieilles Charrues (270 000 personnes en 2019, ndlr), ça nécessite du temps et de l’anticipation. Vous savez que c’est un brise-cœur pour tous : les spectateurs, les organisateurs, les bénévoles… », a annoncé le ministre de la Culture, alors que de nombreux évènement sont déjà annulés.
Le ministre interpellé s’est fait plus précis un peu plus tard, en audition devant le SénatAcceptons que nous puissions régler ça cas par cas , a-t-il plaidé. « C’est certain qu’un grand rassemblement, une fosse avec 3 000 personnes, les uns sur les autres, ce n’est pas imaginable ». En revanche, il juge « possible la tenue d’un  petit festival rural, avec une scène, un musicien et 50 personnes, à un mètre les unes des autres, sur des chaises, avec un masque… «  Avec du gel hydroalcoolique à l’entrée du site et des points d’eau à l’entrée pour se laver les mains, a-t-il détaillé.
Une des priorités du gouvernement est de « rouvrir les librairies le plus rapidement possible après le 11 mai ». 



[ad_2]

Source link