la rentrée scolaire maintenue au 3 janvier

[ad_1]

Jean Castex a confirmé que la rentrée scolaire serait maintenue au 3 janvier, comme prévu. Les dates des vacances de Noël ne seront donc pas allongées comme le réclament les professionnels de santé.

[Mise à jour du 27 décembre à 20h16]. Délai du rappel porté à trois mois, télétravail obligatoire en entreprise au moins trois jours, port du masque dans les centres villes, jauges dans les grands rassemblements… Pour faire face au variant Omicron et à la flambée des cas de Covid-19, Jean Castex a annoncé de nouvelles mesures. Le gouvernement ne compte pas en revanche instaurer de couvre-feu le 31 décembre, ni reporter la date de la rentrée scolaire, maintenue donc au lundi 3 janvier 2022.

Pourtant, dans une lettre ouverte publiée dans le Journal du Dimanche ce 25 décembre, 50 professionnels de santé ont interpellé le gouvernement sur le niveau de circulation virale du Covid-19 chez les enfants et s’inquiètent notamment des risques de cas de syndrome inflammatoire multi-systémique pédiatrique (PIMS). Ils réclament « le report de la rentrée du 3 janvier, à haut risque compte tenu de sa proximité avec les festivités du Nouvel An, avec recours au télé-enseignement jusqu’au retour à des seuils d’indicateurs sanitaires définis publiquement« . Les soignants recommandent également davantage de mesures en milieu scolaire : une sensibilisation à l’aération, la ventilation et les capteurs de CO2, un nouveau protocole sanitaire à l’école, « basé sur des mesures efficaces, déclenchées par des indicateurs épidémiques, connus et anticipés« , et une sensibilisation auprès des familles sur les risques du Covid pour les enfants, ainsi que sur la vaccination.

« L’école est la dernière chose à fermer »

Jean-Michel Blanquer a rappelé ce 19 décembre sur BFMTV que l’école était « la dernière chose à fermer »Ce 21 décembre, Jean Castex avait rencontré les élus locaux pour discuter de la rentrée scolaire. Les associations d’élus partageaient déjà le même point de vue : maintenir la date de rentrée, comme prévu. « Nous avons noté plusieurs interventions pour insister sur le fait que des mesures prises s’agissant de nos établissements scolaires, par exemple de prolongation des vacances, ne pouvaient être qu’un ultime recours« , a déclaré le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal. « En cela, elles rejoignent la volonté du gouvernement de tout faire pour maintenir les écoles ouvertes le plus possible. »

Vaccination des enfants de 5 à 11 ans : combien de dose ?

La vaccination des enfants âgés de 5 à 11 ans est ouverte depuis ce 22 décembre suite aux avis favorables de la Haute Autorité de Santé et Comité consultatif national d’éthique (CCNE). La vaccination des enfants n’est pas obligatoire et ne conditionne pas l’obtention d’un pass sanitaire, précise le gouvernement. Le vaccin utilisé pour les 5-11 ans est le vaccin Comirnaty (des laboratoires Pfizer/BioNTech) avec une dose réduite au tiers par rapport à une dose pour adulte. Par ailleurs, les enfants qui n’ont pas été infectés par le virus recevront deux doses, espacées de 21 jours, les autres n’auront qu’une seule dose.

 

Les dernières actualités sur le Covid à l’école

  • Un symptôme inhabituel chez les enfants positifs au variant Omicron. Selon un médecin britannique, consultant pour la chaîne Sky News, a noté que les enfants touchés par le variant Omicron pouvaient avoir des éruptions cutanées. « Nous avons toujours eu une petite cohorte de patients atteints de la Covid-19 qui ont des éruptions cutanées étranges, mais jusqu’à 15 % des enfants Omicron ont une éruption cutanée inhabituelle », a déclaré le Dr David Lloyd.
  • Les pédiatres favorables à la vaccination des 5-11 ans. Dans un communiqué du 23 décembre, les sociétés savantes de pédiatrie soutiennent les recommandations émises par la HAS et le Conseil d’Orientation de la Politique Vaccinale ainsi que la position du Comité Consultatif National d’Éthique. « Dès maintenant, cette campagne de vaccination doit permettre d’offrir aux familles et aux enfants volontaires un accès large à la vaccination en privilégiant dans un premier temps les enfants entrant au collège » précisent les professionnels de santé.
  • « C’est chez les enfants que le virus circule le plus ». C’est ce qu’a affirmé Olivier Véran ce 22 décembre à l’occasion de l’ouverture de la vaccination à tous les enfants âgés de 5 à 11 ans. « Vous avez un taux d’incidence qui fait qu’aujourd’hui, il y a un enfant sur 100 positif au Covid. Le taux d’incidence est de 1000 pour 100.000 habitants. C’est dans cette population des enfants que le virus circule le plus », a précisé le ministre de la Santé. Et selon lui, l’école est un lieu propice aux contaminations. « Parce que les enfants sont brassés à l’école, qu’ils se sont croisés, qu’ils ont joué, parce que le respect des gestes barrières est plus difficile, parce qu’ils ne sont pas vaccinés et qu’ils ne pouvaient pas l’être jusqu’à présent », a-t-il ajouté.
  • Jean-Michel Blanquer opposé aux fermetures de classes. Le ministre de l’Education nationale a répondu aux demandes de fermetures de classes de certains politiques, face au variant Omicron. « C’est le contraire du bon sens, c’est ce qu’on doit envisager en dernier recours », a-t-il déclaré sur LCI ce 22 décembre. Il appelle à ne pas confondre l’école et la crèche en ce qui concerne le risque de contamination et ajoute qu’à l’école, « les enfants ont des interactions sociales, comme leurs parents en ont (…) mais depuis le début de la crise, il n’y a pas plus de cluster en milieu scolaire que n’importe où ailleurs ».
  • Pas de pass sanitaire pour les enseignants. Alors que le gouvernement souhaite étendre le pass sanitaire et le transformer en pass vaccinal, Jean-Michel Blanquer s’oppose à l’instaurer à l’école, y compris pour les enseignants, qui sont vaccinés à 95%. Il s’agit selon lui d’une mesure de « dernier ressort ». « L’école est un sanctuaire, un lieu à part. Il ne doit pas y avoir de facteur qui empêche les personnes qui y travaillent, enseignants comme élèves d’y aller », a précisé le ministre de l’Education nationale ce 19 décembre sur BFMTV.
  • Une aération insuffisante dans les écoles.  Selon une étude suisse du laboratoire fédéral d’essai des matériaux et de recherches (Empa) publiée ce 9 décembre, « les élèves et le personnel enseignant (sont) plus nombreux à contracter le coronavirus dans les salles de classe où l’air (est) de mauvaise qualité que dans celles (…) régulièrement aérées« . Par ailleurs, elle révèle que « la qualité de l’air dans de nombreuses salles de classe est insuffisante » et recommande de les aérer régulièrement « même pendant le semestre d’hiver« . 

Quelles sont les mesures à la cantine ?

Depuis ce lundi 13 décembre, le brassage des élèves de classes, de groupes de classe ou de niveaux différents est limité dans les cantines scolaires. Concrètement, les élèves devront déjeuner tous les jours à la même table avec les mêmes camarades et respecter une distance d’au moins deux mètres avec ceux des autres classes. « Les conditions de restauration seront aménagées en lien avec les élus locaux pour limiter le plus possible les brassages« , avait expliqué le Premier ministre lors d’une conférence de presse ce 6 décembre.

Quel protocole sanitaire à l’école ?

Le protocole sanitaire dans les écoles est également renforcé depuis ce jeudi 9 décembre. Il est passé du niveau 2 au niveau 3 à l’école primaire, ce qui signifie que les écoliers doivent porter le masque à l’intérieur comme à l’extérieur, et que les activités physiques doivent se dérouler de préférence à l’extérieur. « Pour les enfants du primaire, nous allons demander un effort complémentaire jusqu’au vacances. Le port du masque sera également requis dans les cours de récréation et les sports collectifs avec contacts seront restreints » avait annoncé le Premier ministre Jean Castex ce 6 décembre. En outre, le dépistage systématique de tous les élèves reste maintenu s’il y a un cas positif dans en classe. Les classes ferment dès 3 cas positifs au Covid-19

Fermetures de classes : chiffres et protocole

Le ministère de l’Education nationale enregistre, en date du 16 décembre, 77 écoles et 3 collèges fermés en raison de cas positifs au coronavirus. « L’apparition de trois cas confirmés parmi les élèves conduit à la fermeture de la classe pour une durée de 7 jours. » précise le gouvernement. En effet, les élèves présentant un test négatif peuvent retourner à l’école, tandis que les autres élèves poursuivent l’école à la maison. « Il n’y aura plus de fermetures systématiques de classes dès le premier cas de Covid-19, mais un dépistage systématique de toute la classe. Autrement dit, seuls les élèves présentant un test négatif pourront revenir en classe. Ces tests pourront être réalisés par les responsables légaux » avait déclaré Jean-Michel Blanquer ce 25 novembre. Quant aux collégiens et lycéens : les élèves contact à risque sans vaccination complète poursuivent pendant 7 jours les apprentissages à distance, tandis que les élèves vaccinés peuvent poursuivre les cours en présentiel. 

« Pour que ça marche, il faudra que tous les enfants soient testés. Aucun élève ne pourra retourner en classe s’il n’a pas de test négatif. Ce sont les équipes éducatives qui devront vérifier les tests fournis par les parents : ces tests ne relèvent pas du secret médical » a précisé Jean-Michel Blanquer sur France Inter ce vendredi 26 novembre. 

Où effectuer un test pour le retour à l’école ? Les tests RT-PCR sur prélèvement nasopharyngé ou salivaire, RT-LAMP ou antigénique sur prélèvement nasopharyngé. peuvent être réalisés auprès des professionnels de ville autorisés, les laboratoires de biologie médicale et les officines pharmaceutiques notamment. Les autotests supervisés ne sont pas reconnus pour ce type de situation, la réglementation ne les autorisant pas chez les personnes contacts d’un cas confirmé. Enfin, quel que soit le type de test réalisé, les tests sont gratuits pour les mineurs.

[ad_2]

Source link