A Bordeaux, l’Hôtel Renaissance fait une entrée fracassante !

[ad_1]

Un site unique pour un hôtel

Construit par l’agence COSA Colboc Sachet architectures, l’Hôtel Renaissance appartient à un îlot de 3 bâtiments agencés autour d’un jardin, formant une oasis urbaine et plantée de grands arbres. Situé dans un environnement portuaire animé d’une poésie post-industrielle, les nouveaux édifices ne dénaturent pas l’authenticité du lieu qui conserve la mémoire de ses origines. Tracées par les paysagistes versaillais Neveux Rouyer, les lignes sinueuses du jardin évoquent les rives de la Garonne, les dunes de l’Atlantique ponctuées par une sélection de plantes endémiques : « Une strate basse de bruyères, des clairières landaises et fougères de sous-bois, des genêts blancs, des cotinus, du lierre, ponctués de pins sylvestres et de saules blancs…. et une collection de plantes grimpantes au pied des silos. Ces dernières s’épanouiront sur une vigne vierge, dont la présence renforcera l’idée d’un lieu préservé, colonisé par le végétal », précisent-ils.

Une construction verticale

L’entrée monumentale occupe 2 des 8 silos cylindriques conservés culminant à 35 mètres de hauteur. Ces structures témoignent des activités commerciales franco-coloniales qui ont connu leur apogée aux XIXème et XXème siècle. Après la traversée des silos, un parcours de galeries conduit le voyageur, au lobby de l’hôtel, entre jardin et ville, tandis que les ascenseurs vitrés s’élèvent face aux silos. Les grandes baies vitrées, quant à elles, mettent en valeur le point de vue dégagé. Et de grandes banquettes invitent les visiteurs à s’installer pour le contempler, tandis que dans les chambres, les allèges des fenêtres situées à 70 cm du sol cadrent des tableaux sur l’extérieur, depuis les lits. Au 9ème étage, le grand bar du restaurant est théâtralisé par une sculpture graphique lumineuse en papier, posée sur un sol en terrazzo. Axé sur le bien-être, l’hôtel propose 3 bains à bulles ainsi qu’une salle de fitness au 8ème étage. Il intègre aussi le restaurant Gina aux saveurs italiennes. Et la piscine est en partie chauffée par l’énergie en provenance des cuisines

Au nom de l’art

Les œuvres d’art, spécialement créées pour ce lieu, dessinent un fil rouge. Sélectionnées par Michael Malapert, architecte d’intérieur, elles dépassent le simple contexte décoratif, car elles se font l’écho de l’architecture particulière des silos. Dans les chambres, le bois du mobilier, le velours des rideaux et le laiton des luminaires donnent vie au béton brut. Un motif or au plafond reprend les traces des appellations des vins de Bordeaux. Les photos noir et blanc de Damien Boisson-Berçu évoquent les lieux emblématiques de Bordeaux. Dans certaines chambres, elles résonnent avec les œuvres graphiques de l’illustrateur Séverin Millet ou les gravures sur papier gaufré de Marie-Christine Foucher-Poignant. Tandis que les œuvres abstraites constellées de points dorés d’Alix Waline, que l’on retrouve en triptyques dans la galerie de liaison, menant au lobby et aussi dans les chambres, évoquent les grains des céréales produisant l’huile. Et dans les bibliothèques et les espaces de séminaire, les sculptures et œuvres murales de Bertrand Fompeyrine ont été réalisées à partir de matériaux trouvés sur le chantier.


Contact :
Hôtel Renaissance
16 rue de Gironde
33000 Bordeaux
Tél. : 05 19 80 02 00
www.renaissancehotelbordeaux.com



[ad_2]

Source link