la gendarmerie fait la chasse aux sites web illégaux qui  vendent de la chloroquine

[ad_1]

La gendarmerie vient d’annoncer la fermeture de 70 sites illégaux qui promettaient de fournir à leurs clients de la chloroquine. Ce médicament, prévu initialement pour lutter notamment contre le paludisme, pourrait se révéler efficace conte le Covid-19, selon les affirmations du professeur Didier Raoult.

Des cachets à 1 euros l’unité

Les escrocs n’ont pas raté cette aubaine et, comme à la grande époque de la vente frauduleuse de Viagra, ont mis en ligne des sites de vente de chloroquine. Selon la gendarmerie de Strasbourg, 70 sites ont enregistré au mois de mars plus de 43 000 connexions, en provenance principalement de la France et de l’Italie. Les 70 sites renvoyaient en réalité vers quatre url hébergées à l’étranger, avec à la clé la « vente » du cachet de chloroquine à 1 euro. De plus, ces sites avaient piraté certaines pages web légales qui renvoyaient du coup vers eux pour obtenir un référencement élevé sur Google.

La gendarmerie n’a pas précisé si les clients ont reçu leur commande. Au mieux, ils n’ont pas été livrés. Au pire, ils ont peut-être reçu des cachets ne contenant pas de la chloroquine, mais une autre substance potentiellement dangereuse.

En cette période de confinement et de pénurie de masques, le centre européen des consommateurs met en garde contre les sites de vente en ligne qui proposent ce type de produit. Ainsi, des masques non-conformes sont proposés sur Internet à des prix exorbitants. Le 19 mars 2020 Interpol a annoncé avoir saisi plus de 34 000 masques de contrefaçon. Enfin, le service de répression des fraudes (DGCCRF) indique que les arnaques liées au coronavirus se multiplient avec, entre autres des tentatives d’hameçonnage (phishing) par email ou SMS, des sites frauduleux de vente de médicaments, et même des offres d’investissements financiers.

Source : Europe 1



[ad_2]

Source link