Moitié PC, moitié console, la GPD Win MAX a tout pour vous faire oublier votre Nintendo Switch

[ad_1]

La GPD Win vous connaissez ? Vous savez, le drôle de mini PC portable qui se prend pour une console portable « PC » ? Nous avions testé la première édition en 2018 et si nous étions passés à côté de la GPD Win 2, un peu plus puissante et mieux construite, nous ne pouvons occulter l’arrivée prochaine du nouveau modèle : la GPD Win MAX.

Un suffixe « MAX» justifié . Tout est plus grand et puissant dans ce modèle. À commencer par le format, qui passe de 6 à 8 pouces. Si certains peuvent critiquer le gros format de l’appareil – sera-t-il aussi agréable et équilibré en main que les précédents modèles ? – cela a donné plus de place aux équipes pour intégrer plus de composants. Et plus puissants.

On passe ainsi d’un faiblard Core m3 81000Y (2 coeurs/4 threads) pour la GPD Win 2 à un gros Core i5 1035G7 sur la MAX. Oui, un vrai Core i5 (4 coeurs/8 threads) Ice Lake gravé en 10 nm équipé de la puce intégrée la puissante de chez Intel, l’Iris Plus. Entre le CPU et le GPU (on passe ici de 24 coeurs graphiques à 64 coeurs !), les performances de cette console devraient exploser. Ce qui devrait permettre de jouer à absolument tous les titres de manière fluide en 720p.

Selon les premiers benchs internes, avec les réglages de bases (c’est-à-dire sans optimisation aucune), la console fait tourner Borderlands en 1280 x 800 entre 45 et 57 images par seconde. Et FIFA 2020 tournerait entre 67 et 89 i/s. La Switch n’a qu’à bien se tenir… si l’endurance de la batterie tient la route. Quand le TDP de la Win 2 oscillait entre 4,5 et 8 W, ce Core i5 de 10e génération peut aller de 12 W à 25 W. Heureusement, la batterie est donnée pour être 50% plus endurante (57 Wh au lieu de 36 Wh).

Comme pour les deux premières versions, les contrôles de console (sticks, boutons, gâchettes) seront intégrés au châssis même de l’appareil. Qui s’avèrera, grâce à son format 8 pouces, bien plus large que par le passé, bien plus confortable à utiliser en version « PC ».
L’écran passe du 16/9e au 16/10e et se cantonne à du 1280 x 800 pixels natif. Une définition faible pour un PC portable de 13 pouces, mais qui semble suffisante pour une petite dalle de 8 pouces.

L’appareil se renforce beaucoup côté évolutivité (16 Go de LPDDR4 soudés au lieu de 8 Go, emplacement m.2 2280 au lieu d’un petit 2242) mais surtout du côté connectique. La GPD Win MAX inaugure ainsi une prise réseau Ethernet Gigabit, une prise Thunderbolt 3 (qui supportera les e-GPU), une prise HDMI 2.0b (1.4 par le passé), etc. Ainsi qu’un (roulement de tambour) touchpad !
Placé en haut du clavier, il rendra l’appareil plus facile à utiliser en mode « Windows ». Il fallait une souris externe, ou un skill incroyable sur le stick droit ou l’écran tactile pour piloter correctement les deux premiers modèles.

Moitié console, moitié PC, la GPD Win MAX cible une niche, mais la montée en puissance de la plate-forme et de l’équipement pourrait en faire une vraie console déguisée en (presque) vrai PC portable. Et vice-versa.
Il reste les inconnues du prix et de la disponibilité. La campagne de financement participatif devrait commencer en mai sur IndieGoGo (enfin, tout dépendra de ce satané virus). Côté tarif, une source communique sur 800 dollars. Mais avec ou sans taxes d’importation ? La réponse en mai, lors de la campagne participative.

Source : GPD



[ad_2]

Source link