Sort Of : c’est quoi cette série sur la non-binarité qui débute sur Téva ? – News Séries à la TV



Présentée à Séries Mania il y a quelques mois, la série canadienne “Sort Of” arrive enfin à la télévision française sur Téva et sur 6play. Une dramédie drôle et touchante qui raconte le quotidien d’un personnage non-binaire qu’on adore déjà.

De quoi ça parle ?

Sabi, non-binaire, sert des coups dans un bar LGBTQ+ la nuit et babysitte le jour. Membre d’une grande famille pakistanaise, Sabi questionne tous les aspects de sa vie, que ce soit sa propre identité de genre, sa situation amoureuse, sa relation avec sa mère, ou sa carrière.

Lorsque Sven, sa meilleure amie, lui offre l’opportunité de vivre une nouvelle vie à Berlin, capitale queer par excellence, Sabi renonce à partir pour s’occuper des enfants dont Sabi a la garde suite au grave accident de leur mère. Au risque de le regretter ? En quelque sorte…

À partir du dimanche 14 novembre à 23h05 sur Téva, et disponible en intégralité sur 6play depuis le 8 novembre.

Une dramédie moderne sur la non-binarité

Créée par Bilal Baig, qui campe également le protagoniste principal de l’histoire, et Fab FilippoSort Of est une dramédie canadienne qui suit le quotidien de Sabi, un personnage non-binaire d’une vingtaine d’années, qui doit gérer une vie amoureuse compliquée, sa famille d’origine pakistanaise, et son rôle de nounou auprès de deux enfants qu’elle adore.

Dans la veine de séries telles que Girls ou Looking, Sort Of est un récit initiatique à la fois drôle et extrêmement touchant qui donne une vraie visibilité aux personnes non-binaires, et aux difficultés qu’elles rencontrent malheureusement dans une société qui a encore du mal avec les individus qui sortent des cases et souhaitent juste être eux-mêmes.

Actu à voir aussi ...  Forcées de se prostituer à 14 et 15 ans, deux jeunes filles sorties des griffes d'un groupe d'hommes

Sabi a l’impression d’être en transition à plein de niveaux, que ce soit dans sa vie amoureuse avec un petit ami loin d’être exemplaire, dans sa sexualité, ou au niveau de sa carrière. Et à travers cela, la série tente de montrer que certaines cases et certaines identités ne s’appliquent plus vraiment au monde d’aujourd’hui. Et on a l’impression que le message des scénaristes de Sort Of, qui signifie “en quelque sorte”, est que, finalement, nous sommes un peu tous en transition dans une société qui l’est tout autant. Et ce n’est pas trop tôt.

Sort Of est donc une série qui fait du bien et qui pose de vraies questions sans pour autant tomber dans le didactisme ou dans la “non-binarité” pour les nuls. Et après avoir fait sensation à la fin de l’été au Festival Séries Mania, elle arrive enfin sur le petit écran français grâce à Téva et à 6play. Alors, on fonce, sans hésiter.



Source link