Covid France : les chiffres du 17 avril


CORONAVIRUS DIRECT – Le nombre d’hospitalisations continue à baisser légèrement. Mais le nombre de contaminations quotidiennes reste préoccupant : depuis hier, plus de 35.000 ont été testées positives au Covid-19. Quant au nombre de morts, après avoir franchi le seuil des 100 000 jeudi, il continue à grimper avec 189 décès supplémentaires enregistrés ces dernières 24h. Dernier bilan et infos.

[Mis à jour le samedi 17 avril à 20h52] Passé au-delà de la barre symbolique des 100 000 morts jeudi, le nombre de décès de la Covid continue de grimper en France et atteint 100 622 ce samedi (+189 en 24 heures). Le nombre d’hospitalisations baisse légèrement depuis quelques jours, ce qui laisse espérer que le pic épidémique sera bientôt franchi. Toutefois, malgré ces signaux encourageants, le nombre de malades pris en charge en services de soins intensifs reste préoccupant, avec 5877 malades hospitalisés en réanimation, selon le bilan de Santé Publique France du 17 avril. “La troisième vague est loin d’être terminée” a ainsi prévenu Jean Castex vendredi, lors d’une visite au CHU de Caen. Les régions Île-de-France, Hauts-de-France et Provence-Alpes-Côte d’Azur restent toujours très touchées. Le nombre de personnes-contacts par cas était également en diminution, en particulier les contacts extra-domiciliaires, ce qui suggère un effet immédiat des mesures de freinage. Cette diminution concernait particulièrement les personnes de moins de 20 ans, en lien direct avec la fermeture des établissements scolaires. Rappelons que la France est actuellement confinée, au moins jusqu’au 2 mai. D’ici à cette date, lattestation de déplacement est obligatoire en journée entre 6h et 19h pour les déplacements au-delà de 10 kilomètres du domicile et pour tous les déplacements entre 19h et 6h sur l’ensemble du territoire métropolitain. Que disent les cartes de suivi de l’épidémie ? Quels sont les symptômes du coronavirus ? Quand s’isoler et combien de tempsQuel est le taux de R0 du virus ? Quand est-on contagieux ? Que sait-on des vaccins ? Des effets secondaires après la vaccination ? Chiffres et infos du jour.

  • Nouvelles restrictions en Martinique. Les habitants de Martinique, où le nombre de contaminations a augmenté ces derniers jours, doivent se plier à de nouvelles restrictions à partir de ce samedi. La pratique du sport en extérieur est maintenant limitée à un rayon de 10 km autour du domicile (hors couvre-feu). Quant aux bars et aux restaurants des hôtels, ils ont dû fermer leurs portes.
  • Pénurie de candidats au vaccin à Nice. Alors que la vaccination a démarré ce week-end pour les enseignants et les forces de l’ordre de plus de 55 ans, à Nice, le vaccinodrome a dû être fermé à la mi-journée, faute de candidats. Les personnes volontaires pour se faire recevoir une dose de vaccin AstraZeneca n’étaient pas assez nombreuses ce samedi, a notamment rapporté France 3 Paca
  • Suicides des internes. Plusieurs dizaines de personnes se sont réunies samedi devant le ministère de la Santé pour rendre hommage aux internes en médecine qui ont mis fin à leur jour depuis le début de l’année. Ils sont 5 étudiants à s’être suicidés en 2021. 
  • Les marins réclament le vaccin. Les armateurs à la pêche et au commerce ont demandé à intégrer la listes des professions prioritaires pour bénéficier de la vaccination dans une lettre adressée au chef du gouvernement Jean Castex ce samedi. “L’éloignement des côtes et donc de tout centre médical, ainsi que l’espace exigu d’un navire rend le développement du virus particulièrement dangereux et rapide”, ont notamment justifié les signataires de ce courrier, selon Le Parisien.
  • Nouveaux cas de thromboses. L’agence française du médicament (ASNM) a rapporté 9 cas supplémentaires de thromboses en France, dont 4 décès, associés au vaccin anti-covid AstraZeneca entre le 2 et le 8 avril dans un communiqué du 16 avril. Au total, 23 cas dont 8 décès, soupçonnés d’être liés au sérum, ont été identifiés depuis le début de la vaccination. 
  • “La troisième vague loin d’être terminée”. Le Premier ministre Jean Castex a rendu visite au personnel du CHU de Caen, vendredi, afin d’apporter son soutien aux soignants épuisés par la pression hospitalière actuelle. “La troisième vague est loin d’être terminée, même si, sur l’incidence, un certain nombre d’évolutions favorables” sont constatées, a-t-il déclaré pendant ce déplacement. Le chef du gouvernement a rappelé qu’il y avait toujours un “décalage” entre l’évolution du nombre des contaminations et celle de la “situation hospitalière”.
  • Près de 100% de vaccinés en Ehpad. “Quasiment 100% des résidents des maisons de retraite spécialisées ont reçu une première dose de vaccin, et trois quarts ont reçu leurs deux injections“, a déclaré Olivier Véran, le ministre de la Santé, vendredi lors d’un déplacement dans un centre de vaccination à Manosque, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le ministre a indiqué que le gouvernement se préparait à l’hypothèse d’une troisième dose en cas notamment de nouvelles mutations du virus.
  • La Moselle, département pilote pour Moderna. La Moselle pourrait devenir un “département pilote” avec la mise à disposition du vaccin anti-Covid-19 Moderna en pharmacie, a déclaré vendredi le président du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale, Alain Fischer. Aucune date n’a été donnée à cette mesure qui “vise à lutter contre le variant sud-africain”.
  • Pas de renouvellement de contrat pour AstraZeneca.Nous n’avons pas amorcé de discussions avec Johnson & Johnson et avec AstraZeneca pour un nouveau contrat, là ou nous avons d’ores et déjà amorcé des discussions avec Pfizer/BioNTech et Moderna“, a indiqué  la ministre française de l’Industrie Agnès Pannier-Runacher, ce vendredi 16 avril. 

Bilan du jour : les derniers chiffres de l’épidémie en France

Selon les derniers chiffres publiés par le gouvernement, au samedi 17 avril, en France :

• 5 260 182 personnes ont été contaminées par le coronavirus (+35 861 en 24 heures).

• 100 622 personnes sont décédées en France (+189 en 24 heures), dont 74 452 à l’hôpital.

 5 877 patients Covid-19 sont en réanimation (-37 en 24 heures). 

• 30 329 patients Covid-19 étaient hospitalisés (-143 en 24 heures).

Courbes des réanimations en France au 14 avril 2021
Courbes des réanimations en France au 14 avril 2021 © Gouvernement.fr

Du samedi 3 avril au soir au dimanche 2 mai 2021, les mesures de freinage déjà en vigueur dans 19 départements sont étendues à tout le territoire métropolitain. Si les écoles ont fermé vendredi 3 avril, des pôles d’accueil vont être mis en place dans les villes pour les enfants dont les deux parents font partie des professions mobilisées pour gérer la crise sanitaire (domaine médical, secrétariat de préfecture, police, gendarmerie, personnel médico-social, médico-éducatif, pharmacien pour la campagne de vaccination) et n’ayant pas de solution alternative de garde.

→ Le ministère de l’Économie, des Finances et de la Relance a allongé la liste des commerces jugés essentiels et qui peuvent être ouverts dans le cadre des mesures renforcées qui s’appliquent, à partir du 3 avril 2021, à tout le territoire : Liste des commerces pouvant ouvrir.

Nouvelles restrictions en vigueur à compter du 3 avril au soir.
Nouvelles restrictions en France en vigueur à compter du 3 avril au soir. © Ministère de la Santé
mesure covid
Mesures pour les écoles à partir du 5 avril 2021 © Ministère de l’Education nationale

Du 3 avril et au 2 mai sur tout le territoire français : 

  • Seuls les commerces de première nécessité peuvent ouvrir (voir plus bas).
  • Les déplacements sont autorisés dans une limite de 10 km, sans limite de durée et sans motif à justifier par une attestation.
  • Le couvre-feu est appliqué de 19h à 6h du matin. 
  • Les crèches, écoles maternelles, élémentaires, les collèges et lycées seront fermés.
  • Les cours en écoles maternelles, élémentaires, collèges et lycées seront organisés à distance pendant une semaine, à compter de vendredi 2 avril.
  • Le 12 avril, la France métropolitaine, quelle que soit la zone, sera placée en vacances de printemps. La rentrée aura lieu le 26 avril : physiquement pour les maternelles et les primaires, à distance pour les collèges et les lycées. Le 3 mai, les collégiens et les lycéens pourront retrouver physiquement leur établissement, le cas échéant avec des jauges adaptées.
  • Les universités et enseignements supérieurs continuent à fonctionner selon le rythme en vigueur : ils peuvent continuer durant toute la période de confinement à se rendre à l’université pour une journée de cours par semaine.
  • Les lieux de culte restent accessibles dans les mêmes conditions. Les fidèles doivent respecter une règle d’un siège sur trois et d’une rangée sur deux pour y assister.
  • Les déplacements inter-régionaux sont interdits sauf motifs impérieux ou professionnels.
  • La consommation d’alcool dans la rue est interdite.
  • Toutes les activités, tous les établissements, tous les équipements qui sont aujourd’hui fermés, le resteront encore au cours des prochaines semaines. C’est le cas des cinémas, des théâtres, des salles de spectacle, des équipements sportifs ou de loisirs. C’est également le cas pour les bars et les restaurants.
Actu à voir aussi ...  Les nombreux avantages de la fabrication de sorbets à la ferme
attestation covid
Attestation de déplacement actualisée le 3 avril 2021 © Ministère de l’Intérieur

À partir du 3 avril à 19h, de nouvelles mesures de freinage de l’épidémie sont en vigueur sur l’ensemble du territoire métropolitain. Il est obligatoire pour se déplacer d’être muni d’une attestation de déplacement.

L’attestation de déplacement est obligatoire en journée entre 6h et 19h pour les déplacements au-delà de 10 kilomètres du domicile et pour tous les déplacements entre 19h et 6h sur l’ensemble du territoire métropolitain.

> Télécharger/Remplir l’attestation 

Sont des motifs dérogatoires :

Déplacements dans la limite de 10 kilomètres de son domicile

1. Activité physique et promenade
Déplacements liés soit à la promenade, soit à l’activité physique individuelle des personnes 
[Attestation à remplir seulement à défaut de pouvoir présenter un justificatif de domicile]

Déplacements au sein du département de résidence

2. Achats
Déplacements pour effectuer des achats de première nécessité ou des retraits de commandes

3. Accompagnement des enfants à l’école
Déplacements pour emmener et aller chercher les enfants à l’école et à l’occasion de leurs activités péri-scolaires

4. Etablissement culturel ou lieu de culte
Déplacements pour se rendre dans un établissement culturel (bibliothèques et médiathèques) ou un lieu de culte

5. Démarches administratives ou juridiques
Déplacements pour se rendre dans un service public pour un acte ou une démarche qui ne peuvent être réalisés à distance

Déplacements sans limitation de distance

6. Activité professionnelle, enseignement et formation, mission d’intérêt général
Déplacements entre le domicile et le lieu d’exercice de l’activité professionnelle ou le lieu d’enseignement et de formation, déplacements professionnels ne pouvant être différés, livraisons à domicile, déplacements pour effectuer des achats de fournitures nécessaires à l’activité professionnelle, déplacements liés à des missions d’intérêt général sur demande de l’autorité administrative

7. Santé (consultations et soins)
Déplacements pour des consultations, examens, actes de prévention (dont vaccination) et soins ne pouvant être assurés à distance ou pour l’achat de produits de santé

8. Motif familial impérieux, personnes vulnérables ou précaires ou gardes d’enfants
Déplacements pour motif familial impérieux, pour l’assistance aux personnes vulnérables ou précaires ou pour la garde d’enfants

9. Situation de handicap
Déplacements des personnes en situation de handicap et de leur accompagnant

10. Convocation judiciaire ou administrative
Déplacements pour répondre à une convocation judiciaire ou administrative, déplacements pour se rendre chez un professionnel du droit, pour un acte ou une démarche qui ne peuvent être réalisés à distance

11. Déménagement
Déplacements liés à un déménagement résultant d’un changement de domicile et déplacements indispensables à l’acquisition ou à la location d’une résidence principale, insusceptibles d’être différés

12. Déplacement de transit vers les gares et les aéroports

Taux d'incidence en France semaine glissante
Taux d’incidence en France du 6 au 12 avril (semaine glissante) © Géodès

Dans son dernier bilan hebdomadaire du 15 avril, Santé Publique France rapporte, pour la semaine du 5 au 11 avril, un maintien des indicateurs épidémiologiques à un niveau très élevé, avec une stabilisation de la majorité des indicateurs. Un ralentissement de la circulation virale est observé en particulier dans les départements où des mesures de restrictions renforcées avaient été mise en œuvre les 20 et 27 mars 2021. Néanmoins, la tension hospitalière se poursuit sur l’ensemble du territoire métropolitain et la mortalité est toujours en hausse, évolution attendue du fait de l’intensité de l’épidémie au cours de ces dernières semaines :

  • Le taux d’incidence corrigé (408 pour 100 000 habitants) était stable (-0,6% par rapport à la semaine 13) après quatre semaines d’augmentation, tandis que le taux de dépistage (4 438 pour 100 000 habitants) diminuait (-18,6%). Le taux de positivité (9,2%) augmentait en S14 (vs 7,5% en S13).
  • Une moyenne de 33 000 nouveaux cas en moyenne sont confirmés chaque jour.
  • Le nombre de passages aux urgences pour suspicion de COVID-19 était stable après quatre semaines d’augmentation. Une baisse était observée chez les 15-64 ans.
  • Le nombre hebdomadaire d’admissions à l’hôpital de patients COVID-19 s’était stabilisé en S14 après avoir augmenté depuis S10. Le nombre de personnes en cours d’hospitalisation se maintenait à un niveau élevé, avec 31 287 personnes hospitalisées au 13 avril (vs 30 700 le 6 avril, soit +2%) dont 5 969 patients en soins critiques (vs 5 644, soit +6%).
  • L’augmentation du taux d’admission en services de soins critiques, observée depuis S08, s’est poursuivie mais de manière moins marquée en S14 (+2% par rapport à la semaine précédente).
  • Après une stabilisation depuis S08, le nombre hebdomadaire de décès de patients COVID-19 hospitalisés en semaine 14 continuait d’augmenter pour la deuxième semaine consécutive, mais de façon moins marquée (2 066 vs 1 985 décès en S13, soit +4%).
  • L’analyse des résultats des tests de criblage des variants préoccupants indique une prédominance nette de la proportion de suspicions de variant anglais, qui représentait 83% des tests criblés.
  • La proportion de suspicions de variants sud-africain ou brésilien restait stable à 4%.

Évolution des taux d’incidence et de dépistage par semaine, avec ou sans correction, depuis la semaine 23-2020, France (données au 14 avril 2021)

Évolution des taux d’incidence et de dépistage par semaine, avec ou sans correction, depuis la semaine 23-2020, France (données au 14 avril 2021)
Évolution des taux d’incidence et de dépistage par semaine, avec ou sans correction, depuis la semaine 23-2020, France (données au 14 avril 2021) © Santé publique France

Le gouvernement suit également l’évolution du taux d’occupation des lits en réanimation par des patients Covid-19 (sur les capacités initiales). Ce taux met en lumière une éventuelle tension hospitalière. 

Taux d'occupation des lits en réanimation au 15 avril par des patients Covid-19
Taux d’occupation des lits en réanimation au 15 avril par des patients Covid-19 © Gouvernement.fr

→ Le pic épidémique de la première vague a été observé la semaine du 6 au 12 avril 2020, soit 15 jours après la mise en œuvre des mesures de confinement de la population générale, le 17 mars 2020.

→ Le pic de la deuxième vague a eu lieu du 16 au 20 novembre, trois semaines après le deuxième confinement.

→ Le pic de la troisième vague n’aurait pas encore été passé, indique le gouvernement français le 14 avril. 

Le taux de dépistage est en forte augmentation chez les 0-14 ans (+41%).

Au 17 avril 2021, un total de 5 260 182 cas confirmés de coronavirus est rapporté depuis le début de la pandémie. 

Sur la semaine 14 (5 au 11 avril) :

  • Au niveau national, 230 770 nouveaux cas ont été confirmés, soit près de 33 000 cas en moyenne chaque jour.
  • Le taux d’incidence (408 pour 100 000 habitants) était stable (-0,6% par rapport à la semaine 13) après quatre semaines d’augmentation.
  • Le taux de dépistage (4 438 pour 100 000 habitants) a diminué (-18,6%).
  • Le taux de positivité national hebdomadaire des personnes testées était de 9,7% (calculé sur les personnes testées et dont les tests sont valides), en hausse par rapport à la semaine précédente, particulièrement chez les plus jeunes. La hausse la plus importante était observée chez les 0-14 ans (+3,4 points) suivis par les 15-44 ans (+1,6 point), les 45-64 ans (+1,2 point), les 65-74 ans (+0,6 point). Une légère diminution était observée chez les 75 ans et plus (-0,3 point).
Actu à voir aussi ...  Plein feu sur la pièce à vivre

Nombre incident de cas confirmés de COVID-19 par semaine (date de prélèvement) rapportés à Santé publique France du 11 mai 2020 au 11 avril 2021, France (données au 14 avril 2021) (données non corrigées pour S14)

Nombre incident de cas confirmés de COVID-19 par semaine (date de prélèvement) rapportés à Santé publique France du 11 mai 2020 au 11 avril 2021, France (données au 14 avril 2021) (données non corrigées pour S14)
Nombre incident de cas confirmés de COVID-19 par semaine (date de prélèvement) rapportés à Santé publique France du 11 mai 2020 au 11 avril 2021, France (données au 14 avril 2021) (données non corrigées pour S14) © Santé publique France

Samedi 17 avril, 35 861 nouvelles personnes ont reçu un test positif au Covid-19 par rapport à la veille.

Taux d’incidence – quotidien – tous âges jusqu’au 12 avril 2021

Taux d'incidence - quotidien - tous âges jusqu'au 12 avril 2021
Taux d’incidence – quotidien – tous âges jusqu’au 12 avril 2021 © Géodès

Samedi 17 avril, 5 877 personnes sont hospitalisées en réanimation (-37 au cours des dernières 24 heures). Le nombre de patients COVID-19 hospitalisés en France est très élevé et en progression sur la semaine du 15 au 21 mars.

Sur la semaine 14 (5 au 11 avril) :

  • Le taux hebdomadaire d’hospitalisation était stable mais le nombre de patients COVID-19 hospitalisés restait très élevé, avec plus de 31 000 personnes hospitalisées au 13 avril.
  • Le taux d’admission en services de soins critiques était également stable (+2% par rapport à la semaine 13), le nombre de personnes hospitalisées dans ces services atteignant 5 969 patients le 13 avril
  • Le taux hebdomadaire d’hospitalisation était en augmentation en Nouvelle-Aquitaine (+18%), Grand Est (+11%), Occitanie (+4%), Normandie (+3%) et Auvergne-Rhône-Alpes (+2%). Il était stable ou en diminution dans les autres régions de France métropolitaine.
  • Les plus forts taux hebdomadaires d’admission en services de soins critiques en métropole étaient rapportés en Île-de-France (7,9/100 000 habitants), Hauts-de-France (6,0), Provence-Alpes-Côte d’Azur (5,2), Auvergne-Rhône-Alpes (5,1), Grand Est (4,5), Centre-Val de Loire (4,5), Bourgogne-Franche-Comté (4,4) et Occitanie (4,0). Les autres régions métropolitaines enregistraient des taux inférieurs à 3,4 pour 100 000 habitants
Nombre hebdomadaire de nouvelles admissions de patients COVID-19 en services de soins critiques, selon la date de déclaration, depuis le 23 mars 2020, France (données au 11 avril 2021)
Nombre hebdomadaire de nouvelles admissions de patients COVID-19 en services de soins critiques, selon la date de déclaration, depuis le 23 mars 2020, France (données au 11 avril 2021) © Santé publique France

Selon les chiffres communiqués par le gouvernement, consolidés avec l’Agence Santé Publique France et les ARS (Agences régionales de Santé), voici l’évolution des hospitalisations (dont la réanimation) et des décès en France par région.

Evolution des hospitalisations (dont en réanimation) et décès à l’hôpital du Covid-19 par région au 17 avril

Régions Hospitalisations en cours Evolution des nouveaux patients sur les  dernières 24 H Réanimation Soins intensif Evolution des nouveaux patients sur les  dernières 24 H Décès
Île-de-France 7 976 -61 1 782 -8 18 000
Grand Est 2 632 -77 489 -7 9 308
Auvergne-Rhône-Alpes 3 751 -133 677 -22 10 527
Hauts-de-France 3 495 -57 698 -17 7 921
Bourgogne-Franche-Comté 1 329 -54

186

-5 4 356
Provence-Alpes-Côte d’Azur 3 202 -99 572 -29 7 150
Occitanie 1 849 +1 407 -4 3 933
Bretagne 801 +4 130 +10 1 414
Nouvelle-Aquitaine 1 297 -46 255 -14 3 352
Normandie 1 502

-28

220 -6 2 855
Centre Val-de-Loire 1 121 -27 209 -7 2 367
Pays de la Loire 873 +18 134 +10 2 409
Corse 88 -2 15 +1 181
Martinique 105 -2 26 -5 67
Guadeloupe 115 -12 22 NC 219
La Réunion 140 +2 38 NC 148
Guyane 39 -2

11

-1 92
Mayotte 14 +2 6

NC

124
TOTAL 30 329 -573 5 877 -104

74 423

100 622 décès sont recensés au 17 avril dont 74 234 à l’hôpital (+189 au cours des 24 dernières heures), selon les chiffres du gouvernement. L’âge médian au décès est de 85 ans et 92,6% des personnes avaient 65 ans et plus. Les hommes représentent 55% de ces décès.

Sur la semaine 14 (5 au 11 avril) : le nombre de décès était en légère hausse en S14 (+4% entre S13 et S14). Les plus forts taux hebdomadaires de décès en métropole étaient rapportés dans les Hauts-de-France (4,6 pour 100 000 habitants), en Île-de-France (4,1) et en Bourgogne-Franche-Comté (4,1). Les autres régions métropolitaines enregistraient des taux inférieurs à 3,7 pour 100 000 habitants. En France, depuis le début de l’épidémie, 1 personne sur 1000 est morte du fait de la Covid-19, indique la Haute Autorité de Santé le 29 janvier. 

Nombre hebdomadaire de nouveaux décès de patients COVID-19 selon la date de déclaration, depuis le 23 mars 2020, France (données au 11 avril 2021)
Nombre hebdomadaire de nouveaux décès de patients COVID-19 selon la date de déclaration, depuis le 23 mars 2020, France (données au 11 avril 2021) © Santé publique France

La France a franchi la barre des 40 000 morts samedi 7 novembre 2020, celle des 50 000 le 24 novembre, celle des 60 000 le 18 décembre, celle des 90 000 le 12 mars 2021 et celle des 100 000 le 15 avril 2021. Un pic de mortalité a été atteint le 9 novembre 2020 (40 987 morts, dont 548 en 24 heures). 

 

Selon les chiffres du gouvernement, le taux de reproduction du virus est désormais inférieur à 1 : 0.98 le 10 avril. Au 10 avril, l’estimation du nombre de reproduction effectif en France métropolitaine de Santé publique France était également significativement inférieure à 1 à partir des données virologiques (SI-DEP) : 0,98. Les taux de reproduction du virus appelés “R-effectifs” ou “Reff” permettent de décrire la dynamique de l’épidémie : lorsque le Reff est significativement supérieur à 1, ceci signifie que l’épidémie est en progression car un malade contamine plus d’une autre personne, lorsqu’il est égal à 1, l’épidémie se stabilise, lorsqu’il est significativement inférieur à 1, l’épidémie régresse. 

Le dépistage du Covid-19 est réalisé en France par RT-PCT et par tests antigéniques. Depuis le 11 février, les tests salivaires sont déployés dans les établissements scolaires et peuvent être utilisés en première intention pour dépister la Covid-19, conformément aux recommandations de la HAS. Au 17 avril, le taux de positivité national s’établit à 9,7 %. “Il reste déterminant que chaque personne présentant des symptômes évocateurs de COVID-19 s’isole immédiatement et réalise un test diagnostique dans les plus brefs délais” rappelle Santé Publique France dans ses bulletins hebdomadaires.

Si au début, on ne parlait que de fièvre, toux sèche, rhume, état grippal et de fatigue, les symptômes de l’infection par le coronavirus ont évolué. On sait désormais que le virus peut avoir des effets sur la peau (urticaire, lésions inflammatoires sur les orteils), la sphère digestive (vomissements, diarrhées…), l’odorat, le goût et même le cerveau.

Chaque personne présentant des symptômes évocateurs de COVID-19 doit s’isoler immédiatement et réaliser un test diagnostique dans les plus brefs délais (sans avoir d’ordonnance).

Appeler le 15 en cas de difficultés respiratoires : “Si la toux et la fièvre s’accompagnent d’une gêne respiratoire qui devient permanente avec souffle court, difficulté à inspirer et à expirer, d’une aggravation importante de la toux, cela peut signifier une évolution de la maladie sous la forme d’une pneumopathie. Il s’agit alors d’une urgence respiratoire potentielle et comme dans tous les cas d’urgence, il faut alors appeler le 15 qui prendra les meilleures dispositions pour répondre à la situation”, prévient le Dr Patrick Aubé, médecin généraliste.  

La vaccination contre la Covid-19 se poursuit en France avec les vaccins Pfizer-BioNTech, Moderna et AstraZeneca (chez les médecins généralistes, au travail et en pharmacie). La prise de rendez-vous est ouverte sur les sites Internet Doctolib, Maiia et KelDoc et peut aussi se faire en contactant par téléphone le centre de vaccination le plus proche de chez soi (liste disponible sur Sante.fr). En cas de difficulté, le numéro vert national : 0 800 009 110, permet d’être redirigé vers le standard téléphonique d’un centre ou d’obtenir un accompagnement à la prise de rendez-vous.

  • Le lundi 12 avril, toutes les personnes de 55 ans et plus peuvent se faire vacciner avec le vaccin d’AstraZeneca en pharmacie.
  • Le vendredi 16 avril, la vaccination est ouverte à tous les plus de 60 ans, sans conditions, en centre de vaccination avec le vaccin Pfizer-BioNTech ou le vaccin Moderna (même principes). Concernant ces deux vaccins, depuis le 14 avril, la deuxième dose peut être espacée de 42 jours contre 21 jours jusqu’ici.

Tous les déplacements depuis l’étranger vers la France et de France vers l’étranger, même lorsqu’ils sont autorisés, restent totalement et strictement déconseillés jusqu’à nouvel ordre. A l’intérieur de l’espace européen, les frontières ne sont pas fermées mais chaque pays a mis en place ses restrictions (test obligatoire, quarantaine à l’arrivée…). Les frontières extérieures à l’espace européen restent fermées et tout déplacement international est totalement et strictement déconseillé jusqu’à nouvel ordre. La sortie du territoire français est soumise au régime des motifs impérieux, à l’exception des voyages à destination de l’Australie, la Corée du Sud, Israël, le Japon, la Nouvelle-Zélande, le Royaume-Uni et Singapour.

Tout voyageur de 11 ans ou plus souhaitant venir en France en provenance d’un pays de l’espace européen (Union européenne, Andorre, Islande, Liechtenstein, Monaco, Norvège, Saint-Marin, Saint-Siège et Suisse) a l’obligation de présenter le résultat d’un examen biologique de dépistage virologique (RT-PCR) ne concluant pas à une contamination par le Covid-19 réalisé 72 heures avant le départ. 

DATES CLÉS DE L’ÉPIDÉMIE EN FRANCE
  • 31 décembre 2019, l’Organisation mondiale de la Santé en Chine est informée de plusieurs cas de pneumonies dans la ville de Wuhan. 44 personnes sont infectées entre cette date et le 3 janvier 2020.
  • 7 janvier 2020, les autorités chinoises identifient un “nouveau type de coronavirus”.
  • 13 janvier, un cas importé est recensé en Thaïlande.
  • 15 janvier, le virus cause la mort d’une première personne à Wuhan, un homme de 69 ans. 
  • 23 janvier, trois villes chinoises dont Wuhan sont placées en quarantaine.
  • 25 janvier, trois personnes contaminées sont recensées en France, deux à Paris et une Bordeaux. Ce sont les premiers cas enregistrés sur le continent européen.
  • 30 janvier, l’Organisation mondiale de la Santé décrète l’urgence de santé mondiale. Cette mesure n’avait été décrétée que 5 fois depuis sa création (pour Ebola (deux fois), la grippe H1N1, Zika et la poliomyélite). 
  • 23 février, la France déclenche le plan ORSAN, un dispositif exceptionnel d’organisation des soins.
  • 28 février, la France passe en stade 2 de l’épidémie.
  • 11 mars, l’OMS classifie de pandémie la diffusion de la maladie à coronavirus Covid-19 dans le monde.
  • 12 mars, le président de la République Emmanuel Macron annonce la fermeture nationale des crèches et établissements scolaires de France à compter du 16 mars et “jusqu’à nouvel ordre”.
  • 14 mars, la France passe au stade 3 de l’épidémie.
  • 16 mars : la France met en place un dispositif de confinement interdisant les déplacements.
  • 18 mars le premier transfert de patients Covid-19 en France est réalisé grâce à l’Armée, par voie terrestre et aérienne. 
  • 26 mars, un premier cas jeune meurt en France, une adolescente de 16 ans, en Ile-de-France originaire de Morsang-sur-Orge.
  • 27 mars, le confinement de la population française est renouvelé jusqu’au 15 avril.
  • 13 avril, Emmanuel Macron annonce le prolongement du confinement jusqu’au 11 mai.
  • 11 mai, la France commence son déconfinement.
  •  15 juin, toute la France passe en zone verte, sauf Mayotte et la Guyane. À Paris, les restaurants et bars peuvent rouvrir complètement.
  • 22 juin, les écoles sont de nouveaux obligatoires en France pour tous les élèves. Les cinémas, salles de jeux, casinos rouvrent. Les sports collectifs peuvent être autorisés tout en respectant certaines conditions sanitaires.
  • 10 juillet, la France a franchi la barre des 30 000 morts. Dans la nuit du 10 au 11 juillet à minuit, l’état d’urgence sanitaire prend fin en France.
  •  20 juillet, le port du masque est obligatoire dans les lieux publics clos en France.
  • 8 octobre, le plan blanc est réactivé dans les hôpitaux d’Ile-de-France.
  • 17 octobre à 0h01, la France repasse en état d’urgence sanitaire et un couvre-feu est instauré dans 9 territoires (Paris-Ile-de-France, Rouen, Grenoble, Lille, Lyon, Aix-Marseille, Montpellier, Saint-Etienne, Toulouse).
  • 24 octobre à 0h01 : extension des mesures de couvre-feu à 38 nouveaux départements français.
  • 29 octobre à 0h01 : reconfinement national pour 4 semaines, jusqu’au 1er décembre au minimum.
  • 28 novembre : première étape d’allègement du confinement avec la réouverture des commerces non essentiels.
  • 15 décembre : seconde étape d’allègement du confinement avec le passage à un couvre-feu de 20 heures à 6 heures du matin.
  • 31 décembre : couvre-feu imposé le soir du 31 décembre, de 20 heures à 6 heures du matin.
  • 21 décembre : autorisation du vaccin Pfizer en Europe.
  • 24 décembre : autorisation du vaccin Pfizer BioNTech en France.
  • 27 décembre : début de la vaccination en France et dans l’Union européenne avec le vaccin Pfizer BioNTech.
  • 8 janvier 2021 : autorisation du vaccin Moderna en France.
  • 24 janvier 2021 : un test PCR négatif est obligatoire pour rentrer en France par avion pour les voyageurs venant d’un pays européen (sauf pour les travailleurs transfrontaliers et le transport terrestre).
  • 31 janvier 2021 : fermeture des frontières en France aux pays extérieurs à l’Union européenne
  • 2 février 2021 : autorisation du vaccin de l’Université d’Oxford et AstraZeneca en France, uniquement pour les personnes âgées de moins de 65 ans.
  • 11 février : déploiement des tests salivaires dans les établissements scolaires.
  • 12 mars : autorisation du vaccin Johnson&Johnson, à injection unique, le 4e vaccin à être autorisé en France.
  • 16 mars : autorisation des autotests en France.
  • 19 mars : confinement de 16 départements pour une durée de 4 semaines. Le couvre-feu repasse à 19 heures dans toute la France au lieu de 18 heures.
  • 25 mars : confinement de 3 nouveaux départements pour une durée de 4 semaines.
  • 3 avril  : la France métropolitaine est reconfinée 7 jours/7, les écoles ferment pour trois semaines, et les vacances scolaires sont uniformisées pour toutes les zones.
  • 8 avril : 10 millions de Français ont reçu une dose de vaccin Covid.
  • 12 avril : vente des autotests en pharmacie.
  • 12 avril : ouverture de la vaccination à tous les Français âgés de 55 ans ou plus,
  • 15 avril : la France a franchi la barre des 100 000 morts.

Cet article est mis à jour quotidiennement par Aurélie Blaize, Anaïs Thiébaux et Samantha Pagès



Source link

Actu à voir aussi ...  Il était une fois la pâtisserie