famille, secrets, passions folles et barbe sexy

[ad_1]

Happy birthday Mister… Edouard Philippe, désormais maire du Havre (Seine-Maritime), fête ses 50 ans le 28 novembre ! Saviez-vous que l’ancien chef du gouvernement était fan de Mohammed Ali, doué pour les imitations ou encore écrivain à ses heures ? Voici de folles anecdotes sur l’avocat de métier au bouc dépigmenté… et sur sa nouvelle vie depuis qu’il a quitté Paris !

Edouard Philippe, ancien Premier ministre et actuel maire du Havre, fête ses 50 ans le 28 novembre. Il collectionne les boutons de manchette, a été contrôlé à 155 km/h sur l’autoroute A13, mange « compulsivement » des bonbons, n’aime que les sushis au thon, a une peur bleue des requins, est effrayé à l’idée d’aller chez le dentiste… mais pas seulement.
Maire du Havre depuis 2014 (avant de passer par Matignon entre 2017 et 2020), Edouard Phillippe est né à Rouen, en 1970, de parents professeurs de français. Habitué des sorties en mer avec son grand-père, ancien docker, il connaît une enfance plutôt paisible, et reçoit « une éducation très libre« .

En 2002, il convole avec Edith Chabre, actuelle directrice exécutive de Science Po Paris. 

Le couple a trois enfants : Anatole (17 ans), Léonard (15 ans) et Sarah (10 ans).

Il a milité pour le PS pendant 2 ans 

Pendant sa scolarité à Sciences Po, Edouard Philippe milite pour le Parti Socialiste et s’affiche en fervent supporter de Michel Rocard, alors Premier ministre de François Mitterrand. Lorsque ce dernier est remercié en tant que chef du parti, Edouard Philippe rend sa carte du PS pour se rapprocher de la droite… RPR, UMP, et aujourd’hui LR.

Il est très proche d’Alain Juppé

« Edouard Philippe est un ami pour moi, un homme de grand talent« , avait déclaré Alain Juppé. Une affinité intellectuelle qui débute en 2002, lorsque le député Les Républicains participe à la création de l’UMP. A partir de ce moment, « les deux hommes ne se quitteront plus », souligne Challenges. En 2007, le jeune Normand intègre le cabinet d’Alain Juppé avant de devenir porte-parole du candidat en campagne pour la Primaire.

Il rédigeait des chroniques pour Libération

Après l’échec de Juppé face à François Fillon, le futur Premier ministre a débuté l’écriture de chroniques hebdomadaires pour le journal Libération. Il partageait avec des références philosophiques, littéraires et beaucoup d’introspection, les moments d’angoisse de cette course à l’Elysée très mouvementée.

Il n’a pas toujours été convaincu par Emmanuel Macron

En 2016, Edouard Philippe considérait qu’Emmanuel Macron était loin d’être le candidat idéal à la Présidentielle. « Il y a deux Macron. Celui des discours – avec lequel je suis souvent d’accord –, et il y a le Macron des actes (…) dont on ne peut pas dire qu’il ait fait des choses considérables« , déclarait-il à l’Opinion.

Après une collaboration plus ou moins paisible pendant 2 ans, Emmanuel Macron et Edouard Philippe auraient été comme chien et chat, pendant ses derniers mois en tant que Premier ministre, selon plusieurs sources. Le président de la République aurait été « excédé de sa cohabitation avec Philippe« , a déclaré une source à L’Express.

Il a écrit deux romans 

Edouard Philippe a publié deux fictions politiques : l’Heure de Vérité, en en 2007 et Le Premier Cercle, en 2011.  Des polars -co-écrits avec son ami Gilles Boyer- qui mêlent amour, argent et pouvoir, et dévoilent les dessous de la République.

Il est à la fois boxeur et obsédé par un opus en particulier…

Mordu de boxe, il tape du poing « trois heures par semaine, le matin à 7h, le lundi, le jeudi et le vendredi« , racontait-il au journal d’information LCI. Pourvu d’un physique gringalet lorsqu’il était petit, il n’était pas du genre à se battre à l’école. Son inspiration principale : Mohammed Ali. Pour rester dans le côté « gros dur », Edouard Philippe serait aussi fan du film Le Parrain de Francis Ford Coppola, « une tragédie parfaite » qu’il aurait vu « au moins cinquante fois« .

Il aurait aimé être chef d’orchestre 

Féru de musique, il débute sa « carrière » de musicien amateur avec la pratique du violon, mais c’est en jouant des percussions qu’il s’épanouit vraiment. S’il reconnaît ne pas avoir eu le talent nécessaire pour continuer dans cette partition, mener son monde (mélodique) à la baguette reste l’un de ses rêves les plus fous. 

C’est un grand admirateur d’Alexandre Dumas

Ce juppéiste s’est fixé une règle livresque, tous les dix ans il s’oblige à relire Les Trois Mousquetaires, Vingt Ans Après et Le Vicomte de Bragelonne. Fidèle à l’œuvre d’Alexandre Dumas, il admire aussi celle de Céline et notamment son ouvrage Voyage au bout de la nuit, ou bien encore Robert Penn Warren et All The King’s Men, un bouquin qu’il juge « imbattable« .  

C’est un showman

En 2013, pendant l’émission d’Europe 1, Des Clics et des Claques, Edouard Philippe est revenu sur sa rencontre avec Valéry Giscard d’Estaing. C’est non sans humour qu’il est lancé dans une imitation plutôt convaincante de VGE.

Il a failli se battre avec Nicolas Sarkozy en 2002

En 2014, invité sur le plateau d’On n’est pas Couché, notre homme de pouvoir a raconté une altercation avec Nicolas Sarkozy« Oui, il y a eu des explications franches… Mais c’était il y a très longtemps », a-t-il déclaré. Avant d’ajouter : « Ça s’est passé en 2002. J’avais dû faire quelque chose qui ne plaisait pas complètement à Nicolas Sarkozy et on s’en est expliqué. Et il est euh… [mimant un geste avec les deux poings] virulent, vif… Et euh, en fait… moi aussi ! » Le ring est à lui !

Les dessous de sa barbe

Bien des Français se demandaient ce qu’il était arrivé à la barbe d’Edouard Philippe durant son passage au gouvernement… Si certains ont attribué ces petites taches blanches au stress et à l’anxiété de sa fonction de Premier ministre, le maire du Havre a confié à Paris Match qu’il s’agissait en fait d’une maladie, le vitiligo, qui n’est ni « grave, ni douloureuse, ni contagieuse ». Il ne compte d’ailleurs pas teindre ni raser sa barbe (pour notre grand plaisir).

La vie après Matignon

Depuis qu’il a quitté Matignon, Edouard Philippe a repris un train de vie plus serein et n’éprouve aucun regret face à son ancienne vie. « Il est en pleine forme, il voit sa famille et ses copains […] Il ne connaît pas de spleen. […] Tous ceux qui ont connu Matignon racontent cela : quand ça s’arrête, le corps évacue des centaines de jours de fatigue accumulée« , a confié un membre de son entourage dans Le Figaro.

Son nouveau boulot inattendu

Loin de se reposer sur ses lauriers, le maire du Havre a déjà décroché un nouveau poste. Il a été élu au conseil d’administration d’Atos, société de services numériques, fin octobre. Selon Tendance Ouest, sa candidature aurait d’ailleurs été approuvée par 99,88 % des actionnaires ! Son rôle ? Assister à une dizaine de réunions par an pour approuver ou non les décision stratégiques de l’entreprise. Un job plutôt avantageux pour lequel il serait rémunéré 40.000 à 50.000 euros par an.

[ad_2]

Source link