Au Sofitel Francfort Opéra, le confort d’un hôtel particulier



Une maison d’écrivain

Située dans la ville natale de Goethe, ce bel hôtel a été imaginée par le studio Marc Hertrich et Nicolas Adnet, en s’inspirant des hôtels particuliers iconiques français, qui ont rayonné dans l’Europe toute entière. Ici, se mêlent racines et modernité, art de vivre et fêtes inoubliables liées à un mode de vie hédoniste. Et la passion de l’art y est omniprésente avec humour et éclectisme. Y règne aussi l’esprit d’une demeure d’esthètes que l’on se transmet de génération en génération.

L’antre d’un collectionneur

Le classicisme revisité de ce lieu se double d’un jeu d’équilibres entre les styles et offre l’ambiance d’une maison privée et habitée par une seule famille qui l’aurait aménagée pour son usage personnel. Le lobby de l’hôtel a été conçu comme un grand salon de réception. Il est caractérisé par la présence d’un escalier en dentelle de métal et à double révolution. Le bar Lilly, du nom du premier amour de Goethe, a été dessiné comme un salon privé, dans l’esprit d’un fumoir. Ses luminaires dissimulent les écrits que le poète a dédiés à cette femme. A l’étage, ouvert sur le grand salon et illuminé par un lustre monumental épuré, des œuvres de l’artiste Travis Durden offrent une vision des vanités au XXIème siècle. Les salles de réunions sont, quant à elles, aménagées comme des bibliothèques, investies également par l’esprit libre de la collection. Et dans la galerie est présentée une exposition temporaire des céramiques de Frédéric de Lucca.  

Un appartement privé

Le spa, lui, est transposé dans un esprit de thermes privés contemporains. Il rappelle les villes d’eaux célèbres et appréciées Outre-Rhin avec une fresque de mosaïques, bois et laque qui restitue l’esprit gréco-romain modernisé. Dans les chambres, l’esprit des appartements privés est également reconstitué avec, au-dessus du lit, une œuvre originale et décalée, créée spécialement pour l’hôtel et rendant hommage à Margaret et à Faust, personnages iconiques de Goethe. Un appartement haute-couture, élégant et racé !

Actu à voir aussi ...  Nos pires films des années 80, de Mac et moi aux Crados

Contact : www.studiomhna.com





Source link