Quand Tesla fabrique des shorts, ce n’est pas une blague mais une attaque en règle 



Ne jamais prendre Elon Musk à la légère. Même lorsqu’il donne l’impression de faire une plaisanterie, le patron de Tesla n’est pas à l’abri d’un coup marketing sans pareil. Ainsi, lorsque le CEO publie sur son compte Twitter une annonce pour une vente de shorts Tesla, non seulement il sait que le succès commercial sera au rendez-vous, mais aussi que son opération de communication fonctionnera à merveille. Et pour cause, cette pseudo-plaisanterie est un coup de publicité à bas coût préparé depuis plusieurs jours.

En effet, en début de semaine dernière Tesla publiait ses résultats trimestriels, plutôt bons compte tenu de la crise liée au Covid-19, et devenait par la même occasion la marque automobile la plus valorisée au monde devant Toyota. Concrètement, le titre Tesla a atteint les 1200 dollars en bourse à la grande surprise de nombreux observateurs. C’est à ce moment précis que le terme short va prendre une tournure particulière dans la communication de Tesla.

Au moment de se féliciter pour les résultats de son entreprise, Elon Musk en profite pour égratigner les propriétaire d’actions Tesla qui spéculent sur une baisse de la valeur de l’action. En langage financier, cette stratégie est appelée position courte (ou short-selling). Le patron du constructeur californien s’en est donc pris à ces « shorters » et c’est ainsi qu’est née l’idée de produire un short Tesla. 

Ce qui devait rester une plaisanterie est évidemment devenu réalité en trois jours seulement. Elon Musk a non seulement confirmé l’arrivée des shorts sur la boutique en ligne Tesla, mais s’est également réjoui que le site web du constructeur ait croulé sous les demandes au point d’être inaccessible pendant quelques minutes. Quant au prix du short en question, 69,420 dollars, il mérite lui aussi quelques explications. En effet, le chiffre 420 (prononcez 4/20 ou four twenty) est une référence à la consommation de cannabis aux Etats-Unis. Mais c’est aussi, pour Elon Musk, une attaque déguisée contre la SEC, le gendarme américain de la bourse, qui avait poursuivi le DG de Tesla pour des soupçons de « déclarations fausses et trompeuses » à propos du prix de l’action Tesla.

Actu à voir aussi ...  Recréer un salon tendance en beige et bois

En effet, En août 2018, Elon Musk avait publié un tweet dans lequel il affirmait envisager sortir Tesla de la cote pour 420 dollars d’action. Une blague, encore une, qui n’avait pas beaucoup fait rire dans les locaux de l’autorité des marchés financiers. 





Source link