Grâce à sa carte de crédit, Apple veut se passer des banques pour accorder des prêts



Quel est le point commun entre Apple, Google, Samsung, Huawei et Shopify ? Ils ont tous récemment lancé (ou annoncé leur intention de lancer) leur propre carte de paiement. Si l’objectif officiel est de simplifier l’expérience d’achat, on commence progressivement à comprendre leurs véritables intentions. En devenant leur propre établissement financier, les entreprises tech récupèrent directement l’argent de leurs clients sans aucun intermédiaire… ce qui élimine les commissions et leur permet de faire des gestes commerciaux (comme des remises). Selon Bloomberg, Apple entrera prochainement en phase 2 en lançant des prêts sans intérêt sur ses propres produits. 

6 ou 12 fois sans frais 

Si Bloomberg a raison, le plan d’Apple pourrait relever du génie. Pour caricaturer, Apple prêterait de l’argent à ses utilisateurs pour acheter un produit Apple… à l’aide de leur carte Apple. L’entreprise californienne contrôlerait 100% de cette transaction (même si elle partage encore quelques frais avec Goldman Sachs, son partenaire) et permettrait à ses clients de consommer différemment sans crainte des intérêts bancaires. Aux États-Unis, Apple expérimente déjà ce système avec l’iPhone qu’il est possible de payer en 24 fois sans frais (à condition de payer avec une Apple Card). 

Dans les prochaines semaines, Apple ajouterait les iPad, Mac, Apple Pencil, claviers d’iPad et écrans Pro XDR Display à son programme de paiement en plusieurs fois (en 12 fois sans frais). Il serait aussi possible d’acheter des AirPods, une Apple TV ou un HomePod en 6 fois. On imagine que le processus d’achat sera hautement facilité par Apple qui n’aurait plus besoin de vous faire remplir plein de paperasse. C’est dans l’application Wallet que les échéances restantes seront affichées. 

Actu à voir aussi ...  Carrefour lance la première carte de fidélité sans contact sur iPhone

En France, où l’Apple Card n’est pas disponible et risque de ne jamais l’être sous sa forme de carte de crédit, on ne sait pas si ce modèle est applicable. En effet, nos législations encadrent les crédits bancaires et pourraient empêcher Apple de mener son plan à terme sans devenir lui même un organisme de crédit reconnu par l’état. L’entreprise pourrait toujours contourner ces règles en proposant ses produits sous la forme d’un abonnement… mais nous en sommes encore très loin.  

Source : Bloomberg





Source link