comment bien choisir son PC portable gaming (avril 2020)


Vous voulez sauter le pas et passer au PC portable pour joueur ? Presque aussi puissants que leurs alter ego de bureau, ces machines peuvent s’improviser stations de jeu nomades ou, tout simplement, vous permettre de gagner de la place à la maison, tout en vous offrant assez de gigahertz pour faire tourner le dernier AAA à la mode.

L’offre actuelle est pléthorique, les références se ressemblent toutes (ou presque) et dans la jungle des composants, pas facile de s’y retrouver. Sans compter que le diable se cache toujours dans les détails.

MEANvidiaGF.jpg

Des PC portables à presque tous les prix

Aujourd’hui, on trouve un PC portable de jeu à partir de 720 euros. Les modèles qui commencent à bien tenir la route se situent plutôt aux alentours de 900-1200 euros. Ceux-là ne feront pas tourner les derniers AAA à fond, c’est évident. Leur configuration est plutôt taillée pour Fortnite, PUBG, Call of Duty Warzone, des MOBA, Rainbow Six Siege ou encore Counter-Strike : GO. Déjà de quoi passer quelques bonnes nuits blanches.

Pour en prendre plein les yeux et être tranquille un moment, il faudra accepter de vous délester d’au moins 1500 euros. Au bas mot. Plus vous dépensez, plus le panel de titres qui tourneront sans souci s’élargira. Sur les machines milieu et haut de gamme, il sera même possible d’effectuer quelques petites évolutions matérielles. Une suite logicielle un peu élaborée, pour exercer divers contrôles (températures, fréquences, etc.) pourra même être de la partie.

Mais, peu importe votre budget, voici quelques conseils avisés pour vous orienter au mieux dans votre démarche d’achat. Des conseils à prendre en considération que vous souhaitiez jouer à des jeux classiques… ou à tous les derniers AAA sortis cette année, sans limite, à fond…

Carte graphique : la clé de voûte

Composant essentiel d’une machine de jeu, la carte 3D. Cela fait quelques temps maintenant que Nvidia est le seul concepteur de GPU à proposer des solutions de jeux puissantes et efficaces dans le monde du PC portable.

AMD, son concurrent, a dû choisir ses combats et n’a pas opté pour celui de la puce 3D portable jusqu’à présent. Cependant, la marque est en pleine renaissance et enchaîne quelques beaux succès dans le monde du processeur (CPU) et, dans une moindre mesure, sur le versant des GPU pour PC de bureau et mobile. Ce n’est donc qu’une question de temps avant que les Radeon puissantes ne refassent parler d’elles sous nos claviers. Les quelques Radeon RX actuellement disponibles sont assez rares dans les PC portables et, côté puissance, ne sont pas encore au niveau de leurs adversaires chez Nvidia.

Pour le moment, c’est donc encore et toujours très vert dans les PC de joueurs. Mais, au fait, Nvidia GeForce GTX ou GeForce RTX ?
 

Les RTX 2060, 2070 et 2080 (et leurs nouvelles déclinaison Super) ont des unités spécialisées dans l’IA mais elles ont aussi le rendu ray tracing en plus des petits moteurs de calcul 3D classiques.

A lire aussi – GeForce RTX : la nouvelle architecture Nvidia Turing passée au crible

Les GTX, elles, se concentrent sur le calcul de rendu, pur et dur. Elles sont moins tournées vers les technologies graphiques d’avenir.

Mais dans un cas comme dans l’autre, les jeux actuels et à venir ne leur font pas peur ! Et bonne nouvelle, les machines à base de RTX commencent à voir leur prix baisser, surtout depuis que Nvidia a lancé les déclinaisons Super pour PC portable. Ainsi, on commence à trouver des configurations en RTX 2060 aux environs de 1000 euros.

Enfin, concernant les GTX, sachez que la nouvelle génération de GeForce GTX porte la nomenclature « 16xx » car elle est construite sur l’architecture Turing. Les GeForce GTX série 10 – faites dans des moules « Pascal » – ont maintenant pris leur retraite.

Ce sont d’ailleurs les GTX qui sont à privilégier si vous ne jouez qu’à des titres e-Sport par exemple. Une bonne GeForce GTX 1660 Ti pour jouer à Counter-Strike : Go ou à Call of Dury Warzone en Full HD sur un 15 pouces, et avec pas mal de détails, suffit amplement. La RTX 2060, c’est de la gourmandise.

Actu à voir aussi ...  Il était une fois la pâtisserie

Le processeur et la mémoire, la puissance et la quantité

Nvidia pour le GPU et Intel pour le CPU. Ce dernier continue d’imposer sa domination sur la partie processeur. Pour jouer confortablement, c’est Core i5 obligatoire, qu’il soit de génération 7, 8 ou 9, peu importe. Le nombre de cœurs importe généralement, mais moins que la fréquence (et le Mode Turbo) à laquelle la puce turbine.
Les jeux actuels n’ont pas tous la chance de pouvoir être optimisés pour le multithreading (exécution d’une appli sur plusieurs cœurs en simultané). Donc plus il y a de gigahertz, mieux c’est. Mais il est vrai que devant le nombre croissant de cœurs dans les CPU, on a vite fait d’être un peu perdu.

Deux cœurs (4 threads) est un minimum, 4 cœurs (4/8 threads) constituent le « standard » mais ils ne sont pas toujours bien exploités. Et, au-delà, c’est de la gourmandise ou l’envie de se faire plaisir. Ou bien une anticipation des éventuels besoins futurs des jeux.
Une chose est sûre, si vous utilisez votre machine pour streamer et jouer en même temps, plus il y a de cœurs, mieux c’est. Même conseil pour les éventuels montages et encodages vidéo de vos exploits sur la Toile.

Chez Intel :
Attention toutefois à bien opter pour une puce Intel dont la référence se termine par un « H », comme sur les actuels Core i7-9750H. Notez que les futurs Comet Lake-H, les gros processeurs puissants dernier cri d’Intel sont en approche. Les premières machines devraient être disponibles dans le courant de l’été.
Quoi qu’il en soit, pour le gaming, les processeurs avec un « U » ou un « Y » sont à proscrire. Ces deux sigles désignent la basse consommation chez Intel. Vous pourrez aussi tomber sur quelques très rares machines propulsées par des processeurs pour PC de bureau. C’est le cas de l’Alienware m51 ou de quelques références assemblées avec des boîtiers de la marque Clevo.

Chez AMD :
AMD a longtemps été absent des PC portables gamer. Très longtemps. Le père des Athlon revient de plus en plus fort depuis l’année dernière. D’abord avec la troisième puis, maintenant, la quatrième génération de ses puces pour PC portable, les Ryzen « Renoir » 4000.

Ainsi, ne vous étonnez pas de trouver des AMD Ryzen 5 ou 7 3000 ou 4000 dans de plus en plus de PC portables en vente ou en passe de l’être. C’est notamment le cas dans la gamme TUF d’Asus, constituée de machines au rapport puissance-prix équilibré. Il y a aussi le Zephyrus G14 qui est à surveiller de près !

Dell Alienware m51 : une énorme cylindrée américaine qui turbine au processeur pour PC de bureau. Entre autre.
→ Lire le test du Dell Alienware m51

Gigabyte Aorus 17 YA : c’est l’un des derniers monstres venu de Taïwan et c’est un bel exemple de machine folle mais qui vous suivra dans vos aventures vidéoludiques un moment.
→  Lire le test du Gigabyte Aorus 17 YA

Asus TUF 505 Gaming 2019 : parce que pour bien jouer, on n’est pas toujours obligé de se ruiner. La version 2020 approche à grand pas et elle est du même tonneau.
→ Lire le test du TUF 505 Gaming 2019 d’Asus

Alliée du processeur, la mémoire vive. Aujourd’hui, le standard, c’est la DDR4. Une quantité minimum de 8 Go est requise pour faire tourner la plupart des jeux dans des conditions correctes. Miser sur 16 Go vous assure un surplus de confort fort appréciable, surtout en 2020, et constituerait presque un standard à nos yeux. Enfin, opter pour 32 Go ne sert à rien à l’heure actuelle SAUF si vous utilisez votre machine de jeu pour faire de la production de vidéos ou de photos par exemple.

Actu à voir aussi ...  Horoscope Gémeaux du jour gratuit
Asus TUF 505

On précisera toutefois que les Ryzen d’AMD (3000 et 4000) sont très sensibles à la configuration mémoire. Ainsi mieux vaut avoir deux barrettes dans la machine plutôt qu’une seule sous peine de voir les performances plonger (comme sur le TUF ci-dessus). Faites également attention à ce que la fiche technique mentionne bien la présence d’au moins un à deux emplacements mémoire accessibles pour faire des ajouts ultérieurs. La tendance étant à la soudure massive des modules mémoire à même la carte mère, il est bon d’être vigilant sur ce type de détails.

Stockage : SSD obligatoire !

Processeur, carte graphique et mémoire auront beau être à la pointe, si le disque dur n’est lui pas à la hauteur, les performances risquent d’être un peu tirées vers le bas. On oublie les seuls disques à plateau et on mise tout sur le SSD et un disque dur. Nous préconisons un minimum de 256 Go de SSD car, une fois formaté et Windows installé, il reste environ 200 Go. Soit l’espace adéquat pour installer entre deux et cinq jeux. Le disque dur « classique » se cantonnera à accueillir vos autres données et des titres auxquels vous jouez moins.

A lire aussi – Guide d’achat : comment bien choisir un SSD pour votre ordinateur

Vous pouvez aussi miser sur des solutions hybrides, les SSHD (FireCuda chez Seagate par exemple). Ils offrent des débits supérieurs au disque classique tout en offrant plus de stockage que le SSD. Un bon compromis. Mais, s’il n’y a qu’un  seul disque dur classique dans une machine, fuyez. Economisez un peu plus, patientez en attendant qu’une bonne affaire ou une promotion se présente.

Gigabyte Aorus 17 YA

Si votre budget le permet, se porter acquéreur d’une machine avec un ou plusieurs SSD et/ou disque dur est le summum. Là encore – comme pour la mémoire – assurez-vous en consultant la fiche technique que l’accès aux solutions de stockage est possible et, idéalement que l’ajout ou le remplacement d’un module SSD au format M.2 (SATA III, PCIe, NVMe, Optane) puisse s’envisager à long terme. L’évolutivité des PC portables pour joueurs  – ou plutôt leur manque d’évolutivité – a toujours été leur point faible…

Ne négligez vraiment rien

Nous allons aborder un problème de taille. Celui de l’écran et, par extension, de la définition. Aujourd’hui, c’est 15,6 ou 17,3 pouces de diagonale dans le monde du PC portable gaming. Les dalles plus petites ne font pas recette et ont presque disparu des catalogues (Razer Blade Stealth mis à part). Tout comme les écrans XXL de 18 pouces et plus.

Acer Predator 21X

En matière de définition, la Full HD reste la star, la plus répandue et celle à privilégier. De rares portables proposent des dalles montant en 2560 par 1440 (1440p) voire en 3840 par 2160 pixels (4K). Gardez toutefois à l’esprit que plus votre dalle affiche de pixels, plus il va vous falloir une carte graphique puissante.

N’optez pas pour des machines à écran tactile, c’est inutile dans l’univers gaming actuel (sauf pour jouer à Hearthstone, Magic ou Gwent).

Dalle mate ou brillante, avec ou sans bord ? C’est affaire de goût. Nous, nous préférons quand le revêtement est satiné et les bords, fins. Et comme c’est la tendance : ça tombe bien !

Autre aspect technique à ne pas négliger, le taux de rafraîchissement. Aujourd’hui, les dalles de PC portables montent à 120, 144, 240 voire 300 Hz. Et si la fiche technique de l’appareil mentionne 60 Hz : fuyez ! Vous trouverez mieux ailleurs.

En un an, le bond effectué en matière de vitesse de rafraîchissement est tout simplement phénoménal. Ce qui est encore plus appréciable, c’est qu’il n’y a pas que les machines haut de gamme qui sont équipées de dalles rapides. Sur la grande majorité des référence de la collection printemps-été 2020, les plus abordables voient maintenant leurs pixels rafraîchis à 120 Hz au lieu de 60.

Plus la fréquence est élevée, meilleur le confort visuel sera puisque l’image sera actualisée jusqu’à plus de 300 fois par seconde (pour 300 Hz). Résultat, on a une impression de fluidité, d’animations plus naturelles et on obtient des temps de décalage réduits à presque rien dans les jeux vidéo.

Actu à voir aussi ...  Evercade, la console rétrogaming portable qui tire à cartouches légales

Vient enfin la technologie d’affichage : le TN et l’IPS se disputent toujours le gros du marché. L’OLED arrive, mais doucement, et ne fait pas l’unanimité dans le monde du gaming. La qualité d’affichage est indéniable mais la vitesse lui fait encore défaut.

Entre le TN et l’IPS, l’une et l’autre de ces deux technos ont leurs avantages et leurs inconvénients, surtout dans le monde du gaming. Entre le rendu des couleurs, les goûts des utilisateurs et les prestations purement techniques, on pourrait disserter sur le sujet pendant des pages. Le mieux est de consulter notre article dédié et, surtout, de vous rendre en magasin pour vous faire votre propre avis et constater les différences par vous-mêmes.

Tous les claviers des PC portables pour joueurs sont rétro-éclairés. Sur les modèles les plus abordables, l’illumination est souvent monochrome, mais de plus en plus personnalisable.

HP Omen X 2S

Plus on monte en gamme, plus les fantaisies sont possibles : teintes différentes par zone, par touche, effet RGB, etc.

Dell Alienware m17 R2 : le meilleur clavier pour joueurs sur PC portable, c’est le sien. Nos doigts sont formels.
→ Lire le test du Dell Alienware m17 R2

Millenium ML3 : nous l’avons testé en avant-première, il est un peu retardé par le Covid-19 mais ses touches sont un régal à parcourir et pas que pour le jeu.
→ Lire le test du Millenium ML3

Asus ROG SCAR III : tout comme la configuration, les touches du SCAR III sont pensées pour répondre à la moindre pression afin que vous soyez le plus réactif possible pendant vos parties de FPS.
→ Lire le test du SCAR III d’Asus

La nature des touches varie également beaucoup, tout comme les mécanismes situés sous leur surface : plus ou moins bruyants, agréables, avec des courses courtes, moyennes ou longues. Là aussi, le mieux est de pouvoir passer en magasin pour trouver… clavier à votre main. Il demeure toutefois possible de brancher un modèle externe car, généralement, les flancs des machines gaming sont plutôt bien pourvus en connectique. Habile transition, non ?

  • La connectique : sa diversité, son agencement

Un PC portable gamer digne de ce nom doit, selon nous, être équipé d’au moins trois prises USB. La première pour la souris externe (personne ne joue au touchpad), la seconde pour un éventuel casque audio numérique et, enfin, la troisième pour connecter un meilleur clavier, recharger le smartphone, voire brancher une webcam dernier cri pour montrer votre meilleur profil sur Twitch.

Acer Predator Helios 700

Ensuite, il faut qu’il y ait une prise réseau filaire (Ethernet) de bonne qualité. Hors de question de ne faire confiance qu’au Wi-Fi – même 6 – quand on joue ! Enfin, une sortie vidéo HDMI plein format est un minimum pour pouvoir, le cas échéant, profiter d’un second écran. Si la machine que vous convoitez n’a pas au minimum ces 5 prises, passez votre chemin.

Retrouvez tous nos bons plans du moment sur les PC portable gaming

Quant à leur disposition, nous apprécions les marques qui les concentrent sur l’arrière et le côté gauche pour éviter que la main droite (souvent celle de la souris) ne vienne heurter le câble vidéo ou la prise USB du casque pendant les séances de jeu. Les derniers PC portables gamers abordables de HP ou encore quelques-unes des plus belles mécaniques sorties des usines Dell/Alienware ou Asus ont une répartition des prises intelligente et bien pensée.





Source link