Charge mentale et « épuisement » des Femmes en confinement : Marlène Schiappa alerte

[ad_1]

Ecole à la maison, ménage, repas… Pour la secrétaire d’État Marlène Schiappa, ce confinement risque d’épuiser encore davantage les femmes, déjà surchargées…

En période de confinement, tous les membres du foyers sont assignés à résidence, certains doivent continuer à (télé)travailler. Courses, cuisine, entretien de la maison, lessive, vaisselle, garde et devoirs voire éducation des enfants… La question du partage des tâches ménagères est plus que jamais d’actualité.
D’après la secrétaire d’État à l’égalité femmes-hommes Marlène Schiappa pour Le Pointles femmes continuent d’assumer seules la majorité des tâches ménagères et éducatives en cette période particulière. Un triste constat que vient appuyer le sondage Harris, selon lequel 58 % des femmes estiment passer plus de temps que leur conjoint à s’occuper des tâches domestiques durant le confinement.

Marlène Schiappa craint un « épuisement silencieux » des femmes 

« 54 % des femmes consacrent plus de deux heures par jour aux tâches domestiques ou éducatives, contre seulement 35 % des hommes », déclare Marlène Schiappa. Et d’ajouter: « Statistiquement, les femmes et les hommes ne vivent donc pas le même confinement ».

En effet, les femmes doivent jongler entre l’école à la maison, les repas beaucoup plus nombreux et parfois même le télétravail. Si « la fin de la cantine a un impact négatif sur le budget des familles les plus modestes, dans 63% des familles, les repas sont principalement préparés par les femmes pendant le confinement », fait-elle savoir.

Un emploi du temps surchargé et un rythme exténuant qui pourrait mener à un « épuisement silencieux » des femmes par « accumulation de tâches professionnelles et domestiques ». »Dans 63 % des familles, les repas sont principalement préparés par les femmes pendant le confinement », s’alarme le secrétaire d’Etat,qui estime que les femmes ont une « charge mentale démultipliée« 

Pour autant, le sondage montre que « 20 % des femmes se disent insatisfaites alors que 96 % des hommes sans enfant se déclarent très contents de cette répartition des rôles », fait-elle remarquer. « On comprend pourquoi ! », ironise-t-elle en conclusion.

[ad_2]

Source link