on vous dit tout sur ce Mini PC gamer très prometteur


Présenté très rapidement au CES 2020 de Las Vegas lors d’une conférence, puis remontré par la suite à nos équipes sur place dans le cadre d’un rendez-vous, le NUC nom de code « Ghost Canyon » d’Intel arrive à grands pas. Nous avons eu la chance de pouvoir l’approcher, de le démonter, de le manipuler à l’envi lors d’un événement parisien et de pouvoir poser beaucoup de questions à son propos. Voici toutes les réponses que nous avons obtenues.

Le NUC Ghost Canyon, c’est quoi ?

Pour commencer, le nom commercial du Ghost Canyon sera Intel NUC 9 Extreme Kit (N9EK). C’est moins sexy, mais ce sera sous cette appellation que vous le trouverez dans le commerce, normalement dans le courant du mois d’avril si le coronavirus a fini de faire des siennes.

Ce mini PC d’un volume de cinq litres (23,8 x 21,6 x 9,6 cm) se destine à une clientèle exigeante, car on peut y loger des composants super puissants. Les joueurs sont avant tout concernés, mais aussi les créateurs, les pros, etc., car cette évolution du mini PC est la plus puissante et la plus polyvalente qu’Intel ait créée à ce jour. Le mot évolution n’est pas choisi ici au hasard, car l’évolutivité de la machine est son autre point fort.

Quelles sont les caractéristiques du NUC 9 Extreme Kit ?

Le N9EK s’articule autour de trois éléments principaux : son boîtier, son alimentation de 500 watts et sa base board. Les deux premiers éléments parlent d’eux-mêmes, le troisième demande un peu d’explication.

La base board est une carte vissée dans le boîtier et sur laquelle se trouvent trois emplacements PCI-Express. Le premier (en partant du fond) accueille la carte Compute Elements d’Intel (voir ci-après), le deuxième, la carte graphique (RTX 2070 format Mini) et le troisième, une éventuelle carte d’extension (PCIe 4x).

Intel NUC 9 Extreme

Le boîtier est conçu de manière à refroidir les éléments de façon optimale. Deux ventilateurs sont disposés sur le haut du boîtier, ils sont capables de brasser de l’air jusqu’à cinq fois le volume du boîtier par seconde. L’air frais est aspiré par les parois ajourées du boîtier et propulsé vers l’extérieur une fois chargé de calories (effet cheminée).

Actu à voir aussi ...  AlloCovid, un assistant vocal virtuel pour diagnostiquer le Covid-19 par téléphone
Intel NUC 9 Extreme

Nous l’avons vu en action et le bougre est très silencieux qu’on l’utilise pour jouer à un titre AAA ou en VR. Mais nous réservons notre avis final pour le test.

Intel NUC 9 Extreme

L’alimentation est logée sous le plateau de la base board et tous les câbles sont passés par l’avant pour faciliter le montage. Une opération qui n’est pas du tout délicate, vous l’aurez sans doute compris.

Quel(le)s sont les différent(e)s configurations ou kits prévu(e)s ?

Pour le moment, Intel prévoit de commercialiser trois déclinaisons du NUC 9 Extreme Kit. Tous auront les trois composants de base (boîtier, alimentation et base board. C’est la carte Compute Elements qui ne sera pas la même. Pour rappel, elle ressemble à une carte graphique.
On peut démonter son système de refroidissement très simplement afin d’avoir accès aux emplacements des différents composants (mémoire et SSD).

Toute la connectique est déjà là, du port USB 3.0 au Thunderbolt 3 en passant par la prise réseau et les sorties vidéo pour utiliser le contrôleur graphique intégré, le cas échéant.

Trois modèles de Compute Elements sont prévus :

  • Un modèle en Core i5 annoncé à 950 dollars livré dans une très belle boîte
  • Un modèle en Core i7 annoncé à 1130 dollars livré dans un étui façon valisette
  • Un modèle en Core i9 annoncé à 1530 dollars livré dans un sac de transport renforcé à porter à l’épaule.

Le processeur – de 9e génération – sera déjà logé sur la carte Compute Elements au moment de l’achat. C’est un modèle pour PC portable, cela va sans dire, tous sont des puces de catégorie H, donc réservées à des PC portables gaming. 

Intel NUC 9 Extreme

Se trouvent aussi sur la carte un module Wi-Fi 6 et Bluetooth 5 ainsi que les emplacements pour les éléments à rajouter que sont la mémoire DDR4, un ou deux SSD ou un combo SSD + mémoire Optane. L’addition commence à s’alourdir. Et la carte graphique finira de la plomber suivant le modèle que vous aurez choisi.
À ce jour, Intel annonce que 20 modèles de cartes de marques diverses et basées sur des processeurs Nvidia allant du GTX 1650 au RTX 2070 peuvent prendre place à bord de son boîtier NUC. Une liste est d’ores et déjà accessible sur le site du fondeur et sera régulièrement mise à jour.

Actu à voir aussi ...  Butternut Squash and Bacon Quiche ⋆Anne's Kitchen

Mon NUC peut-il être encore plus puissant ?

Pour placer des cartes graphiques encore plus longues et/ou puissantes sur la base board, vous aurez plusieurs options.

  • Acquérir un boîtier spécialement fait pour le NUC, élaboré par une marque partenaire d’Intel et qui peut accueillir des éléments du N9EK. Akasa a déjà sa solution, Razer aussi, tout comme Cooler Master dont nous avons d’ailleurs pu voir le boîtier final de près. Une belle finition, un cahier des charges Intel respecté, la possibilité d’y glisser une RTX 2080 Ti standard et un prix contenu de 229 euros (disponibilité avant l’été). Pour ce prix, vous avez le boîtier (noir ou blanc), une alimentation de 650 watts et la base board. Pas mal.
Intel NUC 9 Extreme
  • Pour les plus bricoleurs : concevoir votre propre NUC. Vous pourrez acheter d’un côté la base board (prix non communiqué à ce jour) sur tous les sites spécialisés connus. Intel nous a même évoqué sa présence future sur Amazon. 
    À acheter aussi, le Compute Elements de la puissance qu’il vous faut (prix au cas par cas inconnu). Il faudra ensuite acheter ou recycler un boîtier et une alimentation. Rien de compliqué, on nous l’assure.
    Vu l’engouement pour ce format, selon Intel, il serait étonnant qu’on ne voie pas fleurir des références spécialement conçues pour le NUC, sans doute lors du Computex 2020.
     
  • Enfin, si vous optez tout de suite pour le Core i9 et qu’à terme, vous souhaitez changer de puce, ce sera possible aussi. Intel nous a assuré que le format Compute Elements avait de beau jour devant lui et qu’il devrait être décliné sur plusieurs des prochaines générations de processeurs attendues dans les années à venir. On croise les doigts pour que cela soit vraiment le cas.

Le NUC 9 Extreme Kit est-il le futur du PC de bureau ?

En un sens, oui. Son format contenu lui offre la possibilité de se placer sur le bureau, dans un placard (bien aéré), dans le salon, un studio d’étudiant, etc. Et, bien entendu, de vous suivre en LAN, chez des amis ou même, dans le cadre de votre métier, d’être un bon compagnon de route pour la production multimédia par exemple. 

Actu à voir aussi ...  Carcinome à cellules de Merkel : symptômes, c'est quoi ?

La contrainte de l’écran demeure. Il faut être sûr d’en avoir un à portée de câble HDMI ou DisplayPort là où on se rend ou prendre le sien avec soi. Lors de vos déplacements, ce sera toutefois plus facile de trouver de la place pour l’écran et ce mini PC que pour une énorme tour.

À lire aussi : Les prochains mini PC Intel NUC seraient des monstres de puissance

Son évolutivité permet de jongler avec plus de composants et de changer de configurations bien plus facilement qu’avec les anciennes moutures des NUC, même les plus puissantes. Si Intel arrive à bien jouer son coup, l’écosystème de composants compatibles (dont le format reste le même que ceux des PC portables ou de bureau rappelons-le à nouveau) devrait grossir rapidement.

Existe-t-il un modèle plus discret ?

Intel a aussi d’ores et déjà pensé à une alternative au boîtier de cinq litres pour les clients les plus pros. Ceux qui officient en entreprise. Mais il n’offre pas autant de possibilité que le modèle plus grand public. Sachez-le.

Intel NUC 9

De loin, on dirait un routeur. Le boîtier n’est pas en plastique mais en métal, épais. C’est lui qui se charge de dissiper passivement la chaleur produite par les composants. Là, pas de carte graphique dédiée, uniquement le contrôleur intégré au processeur.

Intel NUC 9

Il est d’ailleurs déjà soudé à une petite carte (façon Compute Card) avec la mémoire. Il s’enfichera sur la carte mère présente dans le boîtier. Les solutions de calcul prévues varient du Celeron au Core i7 basse consommation. Pour les connecteurs, Intel nous a précisé qu’il était possible d’avoir plusieurs combinaisons en fonction des besoins des clients professionnels. Seule la partie stockage (sur SSD) sera à choisir par l’utilisateur.





Source link