SALAIRE – Boucher, un métier qui recrute : pour quelle paye ?

[ad_1]

En France, le métier de boucher peine à trouver des nouveaux bras. Pourtant, c’est un domaine qui cherche constamment à recruter pour un salaire mensuel plus que convenable.

Si c’est bien souvent un métier de transmission familiale ou de passionné, le métier de boucher a besoin de bras : pas moins de 5000 professionnels sont recherchés dans le secteur. A l’heure où les droits des chômeurs sont attaqués et l’inflation toujours très haute, ce travail paye correctement.  

Pour devenir boucher – dans le cas d’un premier métier ou d’une reconversion, pas pendant un cursus scolaire -, il est possible de rejoindre une formation via France Travail ou passer le Certificat de qualification professionnelle (CQP) technicien boucher ; cela se prépare soit en alternance, soit en poursuivant son activité de salarié et dans ce cas l’employé peut utiliser son compte personnel de formation (CPF) pour financer sa formation.

Évidemment comme tous les métiers, il y a quelques points qui peuvent freiner. En étant boucher, c’est aussi accepter de se lever tôt, travailler les week-ends et les jours fériés, travailler dans le froid, transporter des charges plus ou moins lourdes. Encore une fois, tout dépend du poste et du lieu dans lequel il exerce son activité. La liberté honoraire ne sera pas le même si le boucher exerce à son compte, dans une boucherie de supermarché, dans un abattoir ou dans une boucherie artisanale. Chacun à son mode de fonctionnement et il est bon de les connaître en amont pour éviter les mauvaises surprises et d’être le plus à l’aise à son poste !

La question de la rémunération est tout aussi intéressante puisque le salaire d’entrée de carrière va de 1 800 à 2 200 euros brut par mois pour une personne débutante dans le métier, par exemple dans un hypermarché. Mais avec l’expérience et l’ancienneté, boucher est un métier qui peut devenir lucratif ! « Un artisan boucher occupant une fonction de cadre peut quant à lui prétendre à un salaire nettement supérieur, souvent entre 3000 et 4000 euros net pour les responsables de laboratoire » précise Mapa.

L’assureur dédié aux professionnels de l’alimentaire ajoute : « Les bouchers qui s’installent à leur compte et gèrent leur propre boucherie-charcuterie touchent un salaire équivalent, voire plus élevé.« 

[ad_2]

Source link