Un jeune de 16 ans est mort après avoir bu de l’alcool… sa mère attaque l’enseigne !

[ad_1]

Une mère de famille attaque le supermarché Lidl, qui a vendu de l’alcool à son fils mineur accompagné d’un ami. Ces derniers ont eu un accident de scooter et l’un des jeunes, Kilian, est mort suite à cette collision.

Selon nos confrères de RTL, Kilian et son camarade, âgés de 16 ans, ont acheté deux bouteilles de vodka dans un supermarché Lidl. Ils boivent la boisson alcoolisée et ils ont un accident fatal pour l’un des jeunes garçons. Les scooters des deux amis se percutent. Kilian est dévié de sa trajectoire. Il rentre dans un lampadaire à vive allure et meurt sur place.

L’adolescent responsable de la mort de son ami est poursuivi pour homicide involontaire. Dans l’émission C à Vous, du jeudi 13 octobre, le journaliste Mohamed Bouhafsi raconte que la mère de Kilian considère que l’ami de son fils ne porte pas l’entière responsabilité du drame. Elle porte plainte contre le magasin pour vente illicite d’alcool à un mineur.

La mère explique pourquoi elle a porté plainte contre Lidl

« Je porte plainte parce qu’une personne a donné ou vendu de l’alcool à mon fils alors que c’est interdit. Un adulte qui se retrouve avec un mineur qui lui demande de l’alcool, encore plus quand il voit qu’ils sont véhiculés en scooter, c’est non ! Moi, j’ai été caissière et j’ai toujours demandé même quand j’avais un doute, parfois même, à des gens d’une trentaine d’années. Là, ça n’a pas été le cas » raconte la mère, Coralie Larroquet dans l’émission C à Vous. Elle explique au micro de RTL pourquoi les parents ne peuvent pas surveiller à chaque instant un gamin de 16 ans. « Les jeunes ont envie de faire la fête. Nous, en tant que parents, on doit encadrer ça, mais il y a des lois qui sont faites pour les protéger à l’extérieur du foyer. Nos gamins n’ont pas été protégés. »

Que répond la justice ?

Après la plainte de la mère, le procureur de Bayonne a décidé d’engager des poursuites contre le magasin. C’est une première en France. Le magasin Lidl, sollicité par les journalistes, n’a pas souhaité répondre ou faire de commentaire pour l’instant. Un psychiatre spécialiste de l’addictologie et président de la Fédération française d’addictologie, Amine Benyamina, interrogé pour l’émission de France 5, a salué la décision de justice. « C’est un grand signal, un signal très fort qui est envoyé à ses grands distributeurs qui n’ont pas intégré la nécessité de vérifier. Ils ont une responsabilité vis-à-vis de la santé des jeunes. » Il est encore trop facile, selon lui, pour les mineurs d’avoir accès à l’alcool. L’audience se tiendra au tribunal correctionnel de Bayonne le 3 novembre. Il est certain qu’on parlera encore de cette affaire très bientôt. 

[ad_2]

Source link