loi sanitaire promulguée, derniers chiffres

[ad_1]

CORONAVIRUS DIRECT – Extension du pass sanitaire, obligation vaccinale des soignants… La loi relative à la gestion de la crise sanitaire a été promulguée le 6 août au Journal Officiel alors que la tension hospitalière se confirme dans le sud de la France. Infos et chiffres de l’épidémie du jour.

[Mis à jour le vendredi 6 août à 19h39] Extension du pass sanitaire, obligation vaccinale des soignants… La loi relative à la gestion de la crise sanitaire a été promulguée au Journal Officiel le 6 août après l’aval donné par le Conseil constitutionnel la veille. La présentation du pass sanitaire est désormais obligatoire pour les plus de 18 ans pour aller aux restaurants, cafés, bars, dans les salons, foires, séminaires, pour les déplacements longue distance en transport, rendre visite à un proche à l’hôpital… Les mineurs à partir de 12 ans seront concernés à partir du 30 septembre. Cette nouvelle loi intervient alors que la situation se dégrade dans les hôpitaux. « Après le temps de la vague épidémique est venu celui de la vague hospitalière. Ici à Aix-en-Provence avec des patients de plus en plus jeunes admis en réanimation, non vaccinés pour 90% d’entre eux. Et qui le regrettent, parfois trop tard » a prévenu le ministre de la Santé Olivier Véran en déplacement à Aix en Provence jeudi 5 août. La Corse, confrontée elle aussi à une flambée de l’épidémie, a organisé, jeudi, la première évacuation d’un patient atteint d’une forme grave du Covid-19. L’homme a été transféré par un Puma militaire vers Marseille, accompagné d’une équipe médicale du centre hospitalier d’Ajaccio. Selon le dernier point épidémiologique de Santé Publique France, en semaine 30 (26 juillet-1er août 2021), la circulation du SARS-CoV-2 est toujours très intense sur le territoire national, avec cependant une augmentation plus modérée du nombre de cas se traduisant par un nombre de reproduction (R) en baisse. Les taux d’incidence restaient les plus élevés chez les 10-39 ans, mais l’augmentation cette semaine était plus marquée chez les 40 ans et plus, reflétant la diffusion de l’épidémie des personnes les plus jeunes vers les plus âgées. L’augmentation du nombre des nouvelles hospitalisations et admissions en soins critiques s’est accélérée, confirmant le retentissement hospitalier de cette quatrième vague épidémique. Quels sont les derniers chiffres de l’épidémie ? Que disent les cartes de suivi de l’épidémie ? Quels sont les symptômes du coronavirus ? Quand s’isoler et combien de tempsQuel est le taux de R0 du virus ? Quand est-on contagieux ? Que sait-on des vaccins ? Des effets secondaires après la vaccination ? Chiffres et infos du jour.

taux d'incidence covid france
Taux d’incidence du virus du Covid en France © Santé Publique France
  • 87% de non vaccinés en soins critiques. Selon la Drees, fin juillet, les entrées en soins critiques sont 12 fois moindres au sein de la population complètement vaccinée que parmi les personnes non vaccinées contre le Covid. Sur la base des effectifs entrés à l’hôpital entre le 19 et le 25 juillet 2021 dont le test positif a pu être identifié dans SI-DEP, 87 % des admissions en soins critiques et 83 % des admissions en hospitalisation conventionnelle sont le fait de personnes non-vaccinées, tandis que les patients complètement vaccinés représentent 6 % des admissions en soins critiques et 11 % des admissions en hospitalisation conventionnelle. Pour les décès, ces ratios s’élèvent à 82 % pour les personnes non vaccinées et 14 % pour les personnes complètement vaccinées. Rappelons qu’en population générale, la part des personnes non vaccinées (estimée sur la même période de référence) est de 45 % et celles des personnes complètement vaccinées de 39 %.
  • Troubles menstruels et vaccin Covid. L’Agence nationale du médicament (ANSM) a publié le 6 août son point de surveillance et rapporte 261 cas de troubles menstruels pour le vaccin Comirnaty et 49 cas pour Spikevax, surtout après la première dose chez des femmes âgées en moyenne de 36 à 38 ans, sans pouvoir « à ce jour établir de lien entre la vaccination et les troubles menstruels, les causes de ces troubles pouvant être multiples ». 
  • Quarantaine pour aller en Allemagne. L’Allemagne va imposer à partir de dimanche une quarantaine pour les voyageurs français non vaccinés en provenance des régions françaises Occitanie, Provence-Alpes-Côte-d’Azur, Corse, mais aussi et des territoires d’outre-mer de Guadeloupe, Martinique, Réunion, Saint-Martin et Saint-Barthélemy, confrontés à une résurgence des cas de Covid-19, a annoncé vendredi l’institut de veille sanitaire Robert Koch (RKI).
  • La loi sanitaire promulguée. Au lendemain de sa validation par le Conseil Constitutionnel, la loi relative à l’extension du pass sanitaire aux restaurants, cafés, bars, hôpitaux, trains… a été officiellement promulguée et publiée au Journal officiel. L’entrée en vigueur de la mesure est prévue le 9 août. 
  • Une semaine de « tolérance » pour le pass sanitaire. « Il y aura une semaine de tolérance, une semaine de rodage« , pour que les restaurateurs puissent mettre en place le contrôle du pass sanitaire dans leurs établissements, a indiqué vendredi le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal depuis Avignon où il se trouve en déplacement
  • Une 3e dose pour tous cet hiver ? « A priori, on risque d’avoir besoin de cette troisième injection pour tous« , a anticipé le Pr Renaud Piarroux, épidémiologiste et chef du service parasitologie à la Pitié-Salpêtrière au micro de LCI ce vendredi. « Peut-être pas là en septembre mais plutôt l’hiver prochain, et avec des doses ciblant mieux les variants actuels« .
  • « Faites-vous vacciner, faites-vous vacciner, faites-vous vacciner ». Dans une dernière vidéo publiée vendredi sur Instagram et sur TikTok, Emmanuel Macron a commencé par remercier les restaurateurs, cafetiers et l’ensemble des citoyens « d’accepter ces règles« . « Faites-vous vacciner, faites-vous vacciner, faites-vous vacciner« , a ensuite martelé le président. Avant de conclure : « c’est une question de citoyenneté ; la liberté ne vaut que si la liberté des autres est préservée, (…) elle ne vaut rien si en préservant notre liberté nous contaminons notre frère, notre voisin, notre ami, nos parents, (…) ce n’est plus être libre, c’est devenir irresponsable« .
  • Un premier patient évacué de Corse. Face à la saturation des services de réanimation dans les hôpitaux de Bastia et Ajaccio, la Corse a organisé, jeudi, la première évacuation d’un patient atteint d’une forme grave du Covid-19. L’homme a été transféré par un Puma militaire vers la cité phocéenne, accompagné d’une équipe médicale du centre hospitalier d’Ajaccio. Le patient est « actuellement placé sous assistance respiratoire extra-corporelle (ECMO) », précise l’ARS de Corse, dans un communiqué.
  • Les soignants « se sentent comme avant un tsunami« . « Après le temps de la vague épidémique, est venu le temps de la vague hospitalière. Un chiffre qui parlera à tout le monde : ici, en huit jours, le nombre de malades hospitalisés pour Covid a été multiplié par quatre« , a alerté le ministre de la Santé Olivier Véran jeudi alors qu’il se trouvait en visite au centre hospitalier d’Aix-en-Provence, dans les Bouches-du-Rhône. « Les équipes ici me disent qu’elles se sentent un peu comme avant un tsunami, quand l’eau se retire, que les oiseaux se taisent et qu’on attend la vague« , a-t-il ajouté. 
  • Obligation vaccinale pour les soignants. Le Conseil constitutionnel a validé la vaccination obligatoire des soignants. Cette obligation de vaccination (ou de présentation d’une attestation de rétablissement après le Covid-19) est censée prendre effet le 15 septembre. D’ici là, les professionnels concernés pourront encore présenter des tests PCR négatifs.
  • Pas d’isolement obligatoire. A l’inverse de ce qu’avaient acté les députés du Parlement le 25 juillet, le Conseil constitutionnel a rejeté l’isolement obligatoire des maladies du Covid expliquant que cette obligation était « contraire à la Constitution ».
  • Contre-indications à la vaccination. Le Conseil Constitutionnel a prévu la détermination par un décret des cas de contre-indication médicale faisant obstacle à la vaccination et la délivrance aux personnes concernées d’un document pouvant être présenté dans les lieux, services ou établissements où sera exigée la présentation d’un  » passe sanitaire « .
 

Les chiffres de l’épidémie de Covid-19 en France sont publiés quotidiennement par le site Carte-et-données du gouvernement et par Santé Publique France

Nombre de cas de Covid (5 août) Nombre de morts du Covid  Nombre de personnes en soins critiques  R0 (31 juillet)
6 233 876 112 130 (+52 en 24h) 1 420 1.3 (-31.0% en 7 jours)

Au niveau national, Santé Publique France informe le 6 août que le taux d’incidence était de 225/100 000 habitants (+17%) et était toujours le plus élevé chez les 10-39 ans. L’augmentation du taux d’incidence était plus marquée chez les 40 ans et plus. Le taux de dépistage (+17%) était en augmentation dans toutes les classes d’âge. Le taux de positivité était stable à 4,1%. En France métropolitaine, le taux d’incidence a continué d‘augmenter dans toutes les régions, à l’exception de l’Île-de-France et de la Nouvelle-Aquitaine où il s’est stabilisé. Les taux d’incidence étaient les plus élevés en Corse (659/100 000, +31%), Provence-Alpes-Côte d’Azur (573, +38%) et Occitanie (422, +14%).

Nombre de cas de Covid (5 août) Evolution sur 24 heures Nombre moyen de nouveaux cas confirmés quotidiens (2 août) Taux d’incidence (2 août) Evolution du taux d’incidence sur 7 jrs 
6 233 876 26 460 21 445 226,9/100 000 habitants +9,2%
taux incidence covid
© Santé Publique France

En semaine 30 (26 juillet-1er août), Santé Publique France indique rapporte : 

  • Une augmentation de 55% du nombre des nouvelles hospitalisations. Cette tendance concernait toutes les classes d’âge, excepté les moins de 20 ans.
  • Une augmentation de 63% du nombre des nouvelles admissions en services de soins critiques. Cette tendance concernait toutes les classes d’âge, excepté les moins de 20 ans.
  • Une augmentation de 56% du nombre des décès à l’hôpital. Cette hausse était plus marquée chez les 70 ans et plus.
Nombre hebdomadaire de patients COVID-19 nouvellement hospitalisés (1) et de nouvelles admissions en services de soins critiques
© Santé Publique France

Voici les chiffres à jour selon le site du gouvernement et Data-gouv.fr

  Nombre de patients Covid hospitalisés   Nombre moyen de nouvelles hospitalisations quotidiennes (5 août) Nombre de patients Covid en soins critiques Nombre moyen de nouvelles entrées en soins critiques quotidiennes (5 août)
Au 5 août 8 210 630 (+59.9% en 7 jours) 1 420 146 (+82,5% en 7 jours)

Nombre de personnes actuellement hospitalisées par région au 5 août 2021 (source : gouvernement.fr)

Région Nombre de personnes actuellement hospitalisées Evolution en 7 jours
Auvergne-Rhône-Alpes 764 +19.4%
Hauts-de-France 642 -21,6%
Provence-Alpes-Côte d’Azur 1134 +29,8%
Grand Est 419 -3,5%
Occitanie 898 +47,5%
Normandie 425 +11.3%
Nouvelle-Aquitaine 558 +28,6%
Centre-Val de Loire 227 +6,1%
Bourgogne-Franche-Comté 186 -12,7% 
Bretagne 292 +4.3%
Corse 68 +100%
Pays de la Loire 177 +13.5% 
Île-de-France 1 708 +5,4%
Guadeloupe 187 +55,8%
Martinique 242 +65,8%
Guyane 102 -12,8%
La Réunion 179 +24,3%
Mayotte 2 NC

La mortalité liée à la COVID-19 a faibli. 112 130 décès sont recensés au 5 août dont 85 577 à l’hôpital (+49 au cours des 24 dernières heures), selon les chiffres de Santé Publique France. Ce chiffre ne comprend pas les décès à domicile. 

En semaine 30 (26 juillet-1er août 2021), la circulation du SARS-CoV-2 était toujours très intense sur le territoire national, avec cependant une augmentation plus modérée du nombre de cas se traduisant par un nombre de reproduction en baisse (1,27 vs 1,89 en S29). Les taux d’incidence restaient les plus élevés chez les 10-39 ans, mais l’augmentation cette semaine était plus marquée chez les 40 ans et plus, reflétant la diffusion de l’épidémie des personnes les plus jeunes vers les plus âgées. L’augmentation du nombre des nouvelles hospitalisations et admissions en soins critiques s’est accélérée, confirmant le retentissement hospitalier de cette quatrième vague épidémique. Cette quatrième vague épidémique ne sera pas la dernière. Invité sur BFM-TV vendredi, Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique a estimé que « le retour à la normale, c’est peut-être 2022, 2023 »; « Nous gagnerons » face au Covid, mais pas tout de suite. « Nous aurons probablement un autre variant qui arrivera dans le courant de l’hiver », anticipe le spécialiste.

taux incidence covid
Courbe d’évolution des cas de Covid en France © Santé Publique France

Pour rappel, la France a connu trois « vagues » épidémiques depuis janvier 2020 : 

→ Une première vague marquée par un pic épidémique au cours de la semaine du 6 au 12 avril 2020, soit 15 jours après la mise en œuvre du premier confinement de la population (le 17 mars 2020).

→ Une deuxième vague marquée par un pic au cours de la semaine du 16 au 20 novembre 2020, trois semaines après le deuxième confinement (29 octobre 2020).

→ Une troisième vague dont le pic épidémique a été estimé à la mi-avril 2021. 

→ Une quatrième vague épidémique a commencé début juillet 2021, avec un chiffre record de nouvelles contaminations (18 181) le 20 juillet. 

Le variant Delta est majoritaire en France métropolitaine. Il représentait 93,8% des séquences interprétables de l’enquête Flash #16 du 20 juillet en métropole (vs 87,4% pour Flash #15 le 13 juillet). En Outre-mer, les données de séquençage globales (enquêtes Flash comprises) montraient une forte augmentation de Delta à La Réunion, avec une moindre prédominance de Beta, tandis que Gamma restait majoritaire en Guyane. Dans les Antilles, Alpha était toujours dominant, même si la circulation du variant Delta augmentait en Guadeloupe et en Martinique.

Confinement et couvre-feu ont laissé place au déploiement du pass sanitaire en France. Attestation de vaccination ou certificat de tests sont désormais nécessaires pour se rendre aux restaurants, cafés, théâtre, concert, parc d’attractions… Le port du masque qui n’est plus obligatoire au niveau national en extérieur est peu à peu réimposé par les préfets dans les zones où l’épidémie repart au cours de l’été 2021.  Il n’y a plus de couvre-feu en France depuis le 20 juin. Le port du masque en extérieur n’est aussi plus obligatoire au niveau national depuis cette date mais des villes ont recommencé à l’imposer début juillet à cause de la diffusion du variant indien (Lille, Saint-Malo, Touquet…). A l’école, le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer a dévoilé le 28 juillet le nouveau protocole Covid pour la rentrée de septembre 2021. Masque, cours à distance, activités physiques, fermeture des établissements… Quatre scénarios sont envisagés, et « à la fin du mois d’août je dirai, évidemment en me reposant sur les analyses des autorités de santé, où est le curseur de la circulation du virus et donc, quel scénario nous appliquerons« , a expliqué Jean-Michel Blanquer.

PROTOCOLE école covid 2021 2022
Mesures sanitaires pour la rentrée scolaire de septembre 2021 © Ministère de l’Education nationale

Conformément à la loi du 6 août 2021, la présentation du pass sanitaire est obligatoire pour les plus de 18 ans pour aller aux restaurants, cafés, bars, dans les salons, foires, séminaires, pour les déplacements longue distance en transport, rendre visite à un proche à l’hôpital… Elle avait déjà étendue aux lieux de loisirs et de culture pouvant accueillir plus de 50 personnes le 21 juillet. Les mineurs à partir de 12 ans seront concernés à partir du 30 septembre

La vaccination contre la Covid-19 se poursuit en France avec les vaccins Pfizer-BioNTech, Moderna, AstraZeneca et Janssen (chez les médecins généralistes, au travail et en pharmacie). L’Agence européenne des médicament vient d’approuvé l’utilisation du vaccin Moderna pour les jeunes de 12 à 17 ans. Les épidémiologistes recommandent un taux de vaccination de 90% de la population de plus de 12 ans pour atteindre l’immunité collective. La prise de rendez-vous est possible sur les sites Internet Doctolib, Maiia et KelDoc et peut aussi se faire en contactant par téléphone le centre de vaccination le plus proche de chez soi (liste disponible sur Sante.fr). En cas de difficulté, le numéro vert national : 0 800 009 110, permet d’être redirigé vers le standard téléphonique d’un centre ou d’obtenir un accompagnement à la prise de rendez-vous.

Nombre de personnes vaccinées en France au 21 juillet
Nombre de personnes vaccinées en France au 4 août © Gouvernement.fr

Depuis le 9 juin 2021, une classification des pays et des modalités spécifiques d’encadrement des déplacements vers la France sont définies en fonction de la situation sanitaire et de la vaccination des voyageurs. Elles sont désignées par les catégories 1 (vert), 2 (rouge) et 3 (orange). Il est fortement recommandé de ne pas voyager vers les pays/territoires de catégorie 2 classés « rouges » pour des raisons sanitaires. Pour les autres pays, il faut consulter les Conseils aux voyageurs pour la destination, afin de s’assurer des conditions d’entrée et de séjour en vigueur dans ce pays. Depuis le 1er juillet, le « pass européen » est entré en application dans tous les États membres. Depuis le 17 juillet 2021, les contraintes pesant sur les voyageurs bénéficiant d’un schéma vaccinal complet avec un vaccin reconnu par l’Agence européenne du médicament ont été levées, quel que soit le pays de provenance. Il reste toutefois fortement déconseillé de voyager vers un pays classé « rouge ».

Le dépistage du Covid-19 est réalisé en France par RT-PCT et par tests antigéniques (sans avance de frais et 100% pris en charge par la Sécurité sociale). Ces deux tests sont reconnus comme pass sanitaire. Depuis le 11 février 2021, les tests salivaires sont déployés dans les établissements scolaires et peuvent être utilisés en première intention pour dépister la Covid-19, conformément aux recommandations de la HAS. Depuis le 12 avril, des autotests Covid sont aussi disponibles en vente libre dans les pharmacies françaises (non remboursé) et peuvent être utilisés dans les écoles. Enfin, des tests sérologiques peuvent être réalisés en laboratoires (moins en pharmacie) pour avoir connaissance d’une infection passée au Covid (ils ne sont pas remboursés par la Sécurité sociale). « Il reste déterminant que chaque personne présentant des symptômes évocateurs de COVID-19 s’isole immédiatement et réalise un test diagnostique dans les plus brefs délais » rappelle Santé Publique France dans ses bulletins hebdomadaires.

Si au début, on ne parlait que de fièvre, toux sèche, rhume, état grippal et de fatigue, les symptômes de l’infection par le coronavirus ont évolué. On sait désormais que le virus peut avoir des effets sur la peau (urticaire, lésions inflammatoires sur les orteils), la sphère digestive (vomissements, diarrhées…), l’odorat, le goût et même le cerveau.

Chaque personne présentant des symptômes évocateurs de COVID-19 doit s’isoler immédiatement et réaliser un test diagnostique dans les plus brefs délais.

Appeler le 15 en cas de difficultés respiratoires : « Si la toux et la fièvre s’accompagnent d’une gêne respiratoire qui devient permanente avec souffle court, difficulté à inspirer et à expirer, d’une aggravation importante de la toux, cela peut signifier une évolution de la maladie sous la forme d’une pneumopathie. Il s’agit alors d’une urgence respiratoire potentielle et comme dans tous les cas d’urgence, il faut alors appeler le 15 qui prendra les meilleures dispositions pour répondre à la situation », prévient le Dr Patrick Aubé, médecin généraliste.  

DATES CLÉS DE L’ÉPIDÉMIE EN FRANCE

2019

  • 31 décembre 2019, l’Organisation mondiale de la Santé en Chine est informée de plusieurs cas de pneumonies dans la ville de Wuhan. 44 personnes sont infectées entre cette date et le 3 janvier 2020.

2020

  • 7 janvier 2020, les autorités chinoises identifient un « nouveau type de coronavirus ».
  • 13 janvier, un cas importé est recensé en Thaïlande.
  • 15 janvier, le virus cause la mort d’une première personne à Wuhan, un homme de 69 ans. 
  • 23 janvier, trois villes chinoises dont Wuhan sont placées en quarantaine.
  • 25 janvier, trois personnes contaminées sont recensées en France, deux à Paris et une Bordeaux. Ce sont les premiers cas enregistrés sur le continent européen.
  • 30 janvier, l’Organisation mondiale de la Santé décrète l’urgence de santé mondiale. Cette mesure n’avait été décrétée que 5 fois depuis sa création (pour Ebola (deux fois), la grippe H1N1, Zika et la poliomyélite). 
  • 23 février, la France déclenche le plan ORSAN, un dispositif exceptionnel d’organisation des soins.
  • 28 février, la France passe en stade 2 de l’épidémie.
  • 11 mars, l’OMS classifie de pandémie la diffusion de la maladie à coronavirus Covid-19 dans le monde.
  • 12 mars, le président de la République Emmanuel Macron annonce la fermeture nationale des crèches et établissements scolaires de France à compter du 16 mars et « jusqu’à nouvel ordre ».
  • 14 mars, la France passe au stade 3 de l’épidémie.
  • 16 mars : la France met en place un premier confinement interdisant les déplacements.
  • 26 mars, un premier cas jeune meurt en France, une adolescente de 16 ans, en Ile-de-France originaire de Morsang-sur-Orge.
  • 27 mars, le confinement de la population française est renouvelé jusqu’au 15 avril.
  • 13 avril, Emmanuel Macron annonce le prolongement du confinement jusqu’au 11 mai.
  • 11 mai, la France commence son déconfinement.
  • 20 juillet, le port du masque est rendu obligatoire dans les lieux publics clos en France.
  • 17 octobre, un couvre-feu est instauré dans 9 territoires français (Paris-Ile-de-France, Rouen, Grenoble, Lille, Lyon, Aix-Marseille, Montpellier, Saint-Etienne, Toulouse).
  • 29 octobre : un deuxième confinement est instauré en France.
  • 28 novembre : réouverture des commerces non essentiels un mois avant les fêtes de fin d’année.
  • 15 décembre : déconfinement avec couvre-feu de 20 heures à 6 heures du matin.
  • 24 décembre : autorisation du vaccin Pfizer-BioNTech en France.
  • 27 décembre : début de la vaccination en France avec le vaccin Pfizer BioNTech.

2021

  • 8 janvier 2021 : autorisation du vaccin Moderna en France.
  • 31 janvier : fermeture des frontières de la France aux pays extérieurs à l’Union européenne
  • 2 février : autorisation du vaccin AstraZeneca en France.
  • 11 février : déploiement des tests salivaires dans les établissements scolaires.
  • 12 mars : autorisation du vaccin Johnson&Johnson.
  • 16 mars : autorisation des autotests en France.
  • 19 mars : confinement de 16 départements pour une durée de 4 semaines. Le couvre-feu repasse à 19 heures dans toute la France au lieu de 18 heures.
  • 25 mars : confinement de 3 nouveaux départements pour une durée de 4 semaines.
  • 3 avril : la France met en place son troisième confinement, les écoles ferment pour trois semaines, les déplacements sont limités à 10 km.
  • 12 avril : ouverture de la vaccination à tous les Français âgés de 55 ans ou plus.
  • 3 mai : première étape du déconfinement avec la fin de l’attestation de déplacement et de la limitation des déplacements à 10 km. Le couvre-feu est en vigueur de 19h à 6h.
  • 10 mai : ouverture de la vaccination aux plus de 50 ans.
  • 19 mai : deuxième étape du déconfinement avec la réouverture des lieux essentiels fermés (terrasses des bars et restaurants, musées, cinémas, théâtres, commerces…) et couvre-feu de 21 h à 6 h. 
  • 31 mai : ouverture de la vaccination à toutes les personnes majeures, sans aucune condition. 
  • 9 juin : troisième étape du déconfinement avec la réouverture de plusieurs lieux (piscines, salles de sport, restaurants, bars, parcs d’attractions…), la mise en place d’un couvre-feu de 23h à 6h et du pass sanitaire national. 
  • 17 juin : fin de l’obligation de porter le masque en extérieur.
  • 20 juin : fin du couvre-feu.
  • 30 juin : déconfinement total de la France, suppression des jauges.
  • 21 juillet : Extension du pass sanitaire à tous les lieux de loisirs et de culture réunissant plus de 50 personnes

Cet article est mis à jour quotidiennement par Aurélie Blaize et Anaïs Thiébaux.



[ad_2]

Source link