où pourra-t-on partir en vacances en famille ?

[ad_1]

Emmanuel Macron a invité les Français à limiter leurs déplacements lors de leurs congés d’été et leur a promis qu’ils en sauraient plus début juin. Ouverture des plages, pont de l’Ascension, vacances en France… On fait le point.

[Mise à jour du 6 mai à 15h02]. Les vacances d’été sont-elles compromises ? Les parents se demandent si ils pourront partir en vacances en famille. « On n’a pas gagné la bataille. On l’a ralentie. On ouvre une nouvelle phase en ce moment, et si on est tous responsables, on y arrivera. On va limiter les déplacements internationaux pendant les vacances d’été. On va essayer de rester en Europe, ou même dans une zone plus restreinte. On saura ça début juin, c’est trop tôt pour le dire aujourd’hui », a déclaré Emmanuel Macron ce mardi 5 mai, lors d’une interview diffusée sur TF1. 

Le plan de déconfinement présenté par Edouard Philippe a été rejeté. Il prévoyait notamment de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 24 juillet. Ce 6 mai, les sénateurs ont finalement voté le projet de loi en l’adaptant avec des amendements. Ainsi, l’état d’urgence est fixé au 10 juillet. Entré en vigueur le 24 mars, l’état d’urgence sanitaire permet notamment aux autorités de rendre obligatoire le port du masque dans les transports, d’imposer une mise en quarantaine aux personnes entrant sur le territoire Français… Le texte sera examiné à partir de ce lundi par le Sénat, avant d’être transmis à l’Assemtblée nationale en vue d’une adoption définitive dans la semaine. 

Il est encore trop tôt pour penser aux vacances d’été. « Je donne d’ores et déjà rendez-vous aux Français à la fin du mois de mai pour évaluer les conditions dans lesquelles nous organiserons une nouvelle phase de déconfinement, et prendrons en particulier des décisions sur l’organisation des vacances« , a déclaré Edouard Philippe à l’Assemblée nationale lors de l’annonce de son plan de déconfinement. D’ici là, les déplacements de plus de 100 kilomètres sont à proscrire, hors motifs « impérieux, familial ou professionnel », et les Français ne pourront pas profiter des ponts de mai, mais surtout du pont l’Ascension le 21 mai, qui aura lieu après le déconfinement. « Le jeudi de l’Ascension sera bien férié, mais je dis clairement aux Français : ce n’est pas le moment de quitter son département pour partir en week-end« , a prévenu Edouard Philippe. Mardi 5 mai, Emmanuel Macron a lui aussi prévenu : « Il y a deux grands week-ends qui arrivent: on veut éviter que des gens qui sont dans des villes très touchées aillent dans des zones moins touchées pour prendre un peu le vert, aller à la plage ou ailleurs » a-t-il déclaré.

Le 2 mai, le ministre de la Santé  ne s’est pas montré très optimiste concernant les vacances d’été. « A titre personnel, je ne m’engagerais pas sur l’achat d’un billet d’avion. Ne soyons pas trop pressés de faire des réservations« , a confié Olivier Véran au journal Le Parisien. Ce 6 mai, Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, chargé du tourisme a déclaré sur France Info que « le déplacement à plusieurs milliers de kiloèmetres » était « exclu ». « Le tourisme va reprendre par cercles concentriques, c’est-à-dire que le premier moteur de cette reprise touristique sera le tourisme national » a-t-il ajouté.

Pourra-t-on aller à la plage cet été ?

Le ministre de la Santé a ajouté : « je ne sais pas si les plages pourront être ouvertes. » Une incertitude qui inquiète les professionnels du secteur d’autant qu’Edouard Philippe avait déjà annoncé, le 28 avril, que l’accès aux plages ne serait pas autorisé avant au moins le 2 juin. Depuis, les appels se multiplient pour « libérer les plages » dès le déconfinement prévu le 11 mai. Le président de l’association des maires du Finistère a adressé un courrier au Premier ministre, co-signé par plusieurs maires de la région. « A partir du 11 mai on pourra se promener dans un rayon de 100 km dans les parcs et les bois des départements verts et on ne serait pas capable de le faire sur les grèves et les sentiers littoraux de Bretagne ?« , s’interroge Dominique Cap. Alain Cadec, président LR des Côtes d’Armor, demande, pour sa part, un accès organisé aux plages dans le respect des recommandations sanitaires et sous l’autorité des édiles. Une pétition lancée le 28 avril et appelant à autoriser la pratique sportive sur les plages a recueilli plus de 67 0000 signatures à ce jour.

Des vacances en France

Edouard Philippe avait déjà annoncé le 19 avril que les vacances d’été seraient particulières cette année et incité les Français à privilégier les séjours dans notre beau pays. Interrogé au sujet des congés d’été, il a annoncé qu’il allait falloir prendre son mal en patience et repousser ses projets de séjour à l’étranger un plus tard : « Est-ce qu’on peut réserver une maison, une location, une place de camping ou un hôtel au mois de juillet ou au mois d’août en France ou à l’étranger ? Je crains qu’il ne soit pas raisonnable d’imaginer voyager loin à l’étranger très vite ». Le Premier ministre a ajouté qu’il n’était « pas sûr que le transport aérien pourrait reprendre dans de bonnes conditions rapidement« , et que « les conditions d’entrée ou de ré-entrée sur le territoire national » seront certainement « assez exigeantes vis-à-vis de ceux qui arrivent de l’étranger ». Un avis partagé par Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, en charge du Tourisme. « Lorsque les conditions sanitaires le permettront, je suis persuadé que les Français auront « envie de France » et je souhaite qu’ils puissent soutenir les hôteliers, restaurateurs, activités de loisirs, les sites patrimoniaux qui font la richesse de nos territoires« , a-t-il confié au Parisien le 26 avril. La majorité des parents devraient donc profiter de leurs vacances en France. Une campagne pourrait même être lancée pour soutenir les professionnels du tourisme, en incitant les Français à rester dans l’hexagone, et ainsi limiter la propagation du virus d’un pays à l’autre. Mais reste à savoir dans quelle mesure il est possible de partir.

Alors que des députés proposaient de reporter le début des vacances scolaires au mois de septembre pour permettre à l’industrie touristique d’être moins impactée par la crise sanitaire, Jean-Michel Blanquer a réaffirmé que les dates des vacances scolaires ne seraient pas changées. « Dans une période où tout change, il est important de maintenir certains repères » a déclaré le ministre de l’Education ce 29 avril sur BFMTV qui commence déjà à « réfléchir à la rentrée de septembre ». Les vacances d’été auront donc lieu du 4 juillet au 1er septembre 2020.

42% des Français comptent annuler leurs vacances

Un sondage d’in-Store Media et Happydemics montre que la majorité des Français changent leurs plans pour cet été. Pour réaliser cette étude, 1086 Français ont été interrogés sur Internet les 14 et 15 avril, suite à l’allocution d’Emmanuel Macron le 13 avril. Tandis qu’habituellement, ils sont 75% à prendre des vacances en juillet et en août, 7 personnes interrogées sur 10 ne prendront finalement pas de congés comme prévus. Par conséquent, 42% des Français pensent annuler leur séjour en famille, 22% devraient les réduire d’une semaine ou plus, et 17% pourraient les décaler en août-septembre. A l’inverse, 30% ont décidé de maintenir les dates posées pour leurs vacances. En outre, face à l’incertitude quant à la possibilité de voyager, 9 Français sur 10 annoncent qu’ils n’ont pas prévu de partir à l’étranger, et qu‘ils passeront leurs vacances en France.

« Cet été, quand tout sera revenu à la normale, on montera des modules de soutien scolaire aux élèves qui en ont besoin, de façon à ce qu’ils passent dans la classe supérieure avec le niveau requis« , a précisé Jean-Michel Blanquer début avril. Ces modules de soutien scolaire gratuits pourraient avoir lieu « au moins pour la dernière semaine d’août ». Le ministère prévoit aussi d’organiser des colonies de vacances éducatives à la fin de la crise. Le ministre de l’Éducation estime en effet qu’entre « 5 et 8% des élèves » ont été « perdus » par leurs professeurs qui ne sont pas parvenus à les joindre à distance, a-t-il précisé dans Le Parisien le 31 mars. Aussi, dès le 4 juillet, ces congés seront un peu différents des autres années : « nous avons premièrement les vacances apprenantes, autrement dit des colonies de vacances très éducatives. Nous allons déployer le dispositif « écoles ouvertes » de manière générale dans toute la France, c’est-à-dire que le bâtiment sera ouvert et permettra dans un grand nombre de cas d’avoir des activités au quotidien de façon à ce qu’il n’y ait aucun enfant qui soit confiné pour des raisons sociales et non plus sanitaires aux mois de juillet et août« , a expliqué le ministre sur LCI. L’objectif de ces dispositions est notamment d’éviter le décrochage scolaire, et « que les enfants puissent un petit peu se régénérer à l’occasion des vacances d’été grâce à toutes les propositions ».

Malgré la crise et le calendrier scolaire chamboulé entre le 16 mars et le 11 mai, les dates des vacances d’été ne sont pas modifiées a annoncé Jean-Michel Blanquer ce 15 avril. Les élèves seront donc en grandes vacances dès le 4 juillet 2020. Les dates sont communes à toutes les zones A, B ou C et les vacances d’été se terminent alors le jour de la rentrée des classes, le mardi 1er septembre 2020.

Zone A

Besançon, Bordeaux, Clermont-Ferrand, Dijon, Grenoble, Limoges, Lyon, Poitiers Du 4 juillet au 1er septembre 2020
Zone B Aix-Marseille, Amiens, Caen, Lille, Nancy-Metz, Nantes, Nice, Orléans-Tours, Reims, Rennes, Rouen, Strasbourg Du 4 juillet au 1er septembre 2020
Zone C Créteil, Montpellier, Paris, Toulouse, Versailles Du 4 juillet au 1er septembre 2020

Zone A

Besançon, Bordeaux, Clermont-Ferrand, Dijon, Grenoble, Limoges, Lyon, Poitiers A partir du 6 juillet 2021
Zone B Aix-Marseille, Amiens, Caen, Lille, Nancy-Metz, Nantes, Nice, Orléans-Tours, Reims, Rennes, Rouen, Strasbourg A partir du 6 juillet 2021
Zone C Créteil, Montpellier, Paris, Toulouse, Versailles A partir du 6 juillet 2021

Les dates des vacances d’été se débutent le samedi 4 juillet 2020 pour les élèves de la zone A : Besançon, Bordeaux, Clermont-Ferrand, Dijon, Grenoble, Limoges, Lyon, ou Poitiers. Le jour de la rentrée des classes aura lieu cette année le mardi 1er septembre 2020.

Comme pour les élèves de la zone A et C, ceux de la zone B (Aix-Marseille, Amiens, Caen, Lille, Nancy-Metz, Nantes, Nice, Orléans-Tours, Reims, Rennes, Rouen, Strasbourg) seront en grandes vacances entre le 4 juillet et le 1er septembre 2020.

Les élèves de la zone C (Créteil, Montpellier, Paris, Toulouse, Versailles), seront en vacances d’été entre le 4 juillet et le 1er septembre 2020.

[ad_2]

Source link