de la puissance pour tout faire, même séduire les utilisateurs d’Android

[ad_1]

Un smartphone d’entrée de gamme avec la puce des modèles haut de gamme. La promesse fait rêver. Comme l’iPhone SE sorti en 2016, le nouveau smartphone d’Apple joue la carte d’un prix abordable et d’une configuration solide.

La meilleure des puces pour iPhone d’Apple

Il embarque ainsi la même puce que celle introduite avec les iPhone 11 et 11 Pro en septembre dernier, l’A13 Bionic. On retrouve donc un SoC qui propose une partie CPU avec six cœurs, deux hautes performances et quatre basse consommation, ainsi qu’une partie GPU avec quatre cœurs.

D’après nos outils de mesures, la fréquence de l’ensemble est quasiment identique, environ 2,6 GHz. La différence se fait au niveau de la quantité de mémoire vive intégrée. Là où les smartphones haut de gamme d’Apple bénéficient de 4 Go, l’iPhone SE 2020 n’en contient que 3 Go. Il se place donc au côté de l’iPhone XR (toujours commercialisé par Apple) pour ce qui est de la quantité de RAM disponible.

Nous avons donc réalisé nos habituels tests de performances avec l’iPhone SE 2020. Pour l’aborder au mieux, nous allons concentrer notre comparaison sur son aîné, ainsi que sur les autres iPhone qu’Apple continue de vendre, à savoir l’iPhone XR et les iPhone 11 et 11 Pro.

Néanmoins, puisqu’il faut attendre quatre ans pour avoir un nouvel iPhone SE, on peut assez logiquement estimer que ce smartphone est très attendu et que, au vu de son prix, il pourrait intéresser beaucoup d’utilisateurs d’iOS – et même d’Android.

Pour être le plus exhaustif possible, nous vous proposons donc de commencer par un tableau complet des benchs réalisés avec Geekbench 4 (pour des raisons de rétrocompatibilité et de disponibilité de nos iPhone de test) sur tous les iPhone sortis depuis 2016.

Si le graphique ci-dessus ne s’affiche pas, cliquez ici.

Pour éviter de surcharger inutilement cette petite infographie, nous avons exclu à chaque fois les modèles Plus ou Max, dont les résultats étaient généralement proches de ceux des modèles « normaux ».

iPhone SE, le KO debout

Vous pouvez donc constater que l’iPhone SE 2020 se comporte très bien et n’a pas à rougir face à ses illustres prédécesseurs, qu’ils soient d’entrée ou haut de gamme. D’ailleurs, il pulvérise sans sourciller le SE premier du nom.

Sans grande surprise, la puce Apple A9 est très largement dominée par l’Apple A13 Bionic du nouvel modèle. Les deux cœurs du SoC de 2016 ne tiennent pas le choc face aux six cœurs de la dernière venue, la bataille était entendue avant même de commencer.

Avec un outil de test comme Geekbench 4, on obtient des différentiels assez impressionnants. Ainsi en multicore, qui sollicite donc toutes les unités de calcul du SoC, l’iPhone SE 2020 est trois fois plus rapide que son aîné. Si on se penche sur la partie graphique, le multiplicateur est de 2,7. Oui, il y a une forte domination du nouvel iPhone d’entrée de gamme.

Pour affiner un peu les choses sur cette partie GPU, on peut également solliciter des outils dédiés. En l’occurrence, nous nous sommes tournés vers 3Dmark (Ice Storm Unlimited ou Sling Shot, pour la partie OpenGL historique) ou Basemark Metal (pour l’API, d’Apple, mise en avant et bientôt seule à bord).
On obtient alors des différentiels de puissance en faveur du nouvel iPhone SE qui oscillent entre x3,3 et x4. Le meilleur delta est obtenu quand on mesure les performances de la puce avec Metal. Logique.

Vous vous demandiez si vous alliez sentir la différence entre votre vieil iPhone SE et le nouveau. La réponse est oui… Vous devriez y gagner en souplesse au quotidien si vous décidez de sauter le pas et redécouvrir vos jeux préférés…

Les iPhone 7 et 8 se font marcher dessus…

Nous regroupons les iPhone 7 et 8 parce qu’ils portent tous les deux un écran de 4,7 pouces, les derniers de ce petit comparatif, d’ailleurs.

L’iPhone 7 profitait de la première puce quad-core pour iPhone, l’Apple A10 Fusion, épaulée de 2 Go de mémoire vive. L’iPhone 8 comptait sur l’A11, première puce « Bionic » (avec une partie dédiée à l’IA) d’Apple. Elle introduisait six cœurs et utilisait toujours 2 Go de RAM.

En l’occurrence, au petit jeu des comparaisons de performances du processeur, l’iPhone SE est x2,4 plus performant que l’iPhone 7 et x1,4 que l’iPhone 8.
Pour la partie graphique, on retrouve les mêmes types d’écart, avec x2,3 de puissance en plus pour l’iPhone SE par rapport à l’iPhone 7 et x1,8 avec l’iPhone 8.

Pas mal pour un smartphone d’entrée de gamme.

On vous laisse faire les calculs pour les iPhone X et XS. Si l’écart se réduit logiquement, l’iPhone SE fait toujours mieux. Une fois encore la logique est respectée et le SE peut dire merci à son A13.

Le SE 2020 face au reste de la gamme actuelle

Maintenant, passons aux trois modèles d’iPhone qui sont les concurrents directs de l’iPhone SE 2020 au sein de la gamme actuelle.

On retrouve l’iPhone XR, et sa puce Apple A12, à six cœurs CPU et quatre cœurs GPU. Il embarque également 3 Go de RAM. Les deux iPhone 11 et 11 Pro sont animés par le même processeur que l’iPhone SE 2020, à savoir l’A13 Bionic. La différence se fait au niveau de la quantité de mémoire vive présente dans les deux smartphones, puisqu’ils en contiennent 4 Go.

Si le graphique ci-dessus ne s’affiche pas, cliquez ici.

De manière assez logique, l’iPhone XR est en deçà de ses concurrents, et l’iPhone SE est à quasi égalité avec les derniers smartphones haut de gamme d’Apple. Les différences de performances entre les trois modèles équipés de l’A13 n’étant pas vraiment significatifs.

Et face aux meilleurs smartphones Android ?

Puisque Apple récidive et présente cet iPhone SE comme un très bon point d’entrée dans l’univers iOS, soit pour les nouveaux arrivants, soit pour ceux qui sont sous Android, nous avons décidé de comparer cet iPhone à deux concurrents tournant sous l’OS de Google. Pour les choisir, nous avons simplement retenus les deux meilleurs appareils de deux de nos classements, le premier pour les smartphones à moins de 500 euros, à savoir le Xiaomi Mi 9T Pro, et le second, pour les smartphones haut de gamme, le Samsung Galaxy Note 10+. Nous avons alors comparé leurs résultats obtenus avec Geekbench 5.

Si le graphique ci-dessus ne s’affiche pas, cliquez ici.

Il en ressort que, fort de l’A13, l’iPhone SE n’a pas du tout à rougir de la comparaison. Il domine même les deux smartphones pour les performances en monocœur et fait jeu égal avec le Note 10+ pour la partie multicoeur.
Le Mi 9T Pro et son Snapdragon 855 le domine pour la partie multicœur assez nettement, sans l’écraser pour autant. La différence de performances peut peut-être s’expliquer en l’occurrence par le fait que le smartphone de Xiaomi embarque deux fois plus de mémoire vive…

Quoi qu’il en soit, il y a un domaine où l’iPhone SE remet tout le monde d’accord et prend largement la première place, c’est pour la mesure des performances graphiques.
En l’occurrence, il paraît évident que l’étroitesse du couple matériel/logiciel joue grandement en faveur de l’iPhone SE. Il est x1,45 plus performant que le Galaxy Note 10+ et x2,8 plus puissant que le smartphone de Xiaomi, selon Geekbench 5.

Le meilleur rapport performance/prix

Quoi qu’il en soit, au sein de la famille iPhone, le SE fait donc jeu égal avec les ténors de la catégorie que sont les iPhone 11 et 11 Pro. En termes de puissance, ce smartphone vendu à partir de 489 euros a autant à offrir que des modèles vendus à partir de 809 ou 1159 euros. En l’espèce, il fait même mieux que l’iPhone XR, moins puissant et commercialisé à partir de 709 euros, soit 220 euros de plus.

Néanmoins, il nous faut garder en tête que ces tests ne sont qu’un indicateur de performances, ils ne peuvent pas à eux seuls donner toute la mesure d’une expérience d’utilisation ou des capacités d’un appareil, qu’il s’agisse de la taille et de la qualité de l’écran, ou encore de l’autonomie. Mais pas d’inquiétude, nous y viendrons.

D’une manière plus précise, ces chiffres ne mettent pas non plus en exergue tout ce qu’apporte la puce. Par exemple, si on met côte à côte les fiches techniques du XR et du SE 2020, les modules photographiques paraissent identiques. Néanmoins, la présence de la puce A13, d’un processeur d’images plus puissants et embarqués dans cette nouvelle puce, devrait permettre au SE de mieux s’en sortir.

Enfin, rappelons que si la puissance a toujours été un bel atout pour les SE, c’est aussi son prix et sa compacité qui l’ont rendu si populaire. Nous vous ferons très bientôt part de toutes nos impressions sur cet iPhone SE 2020, dans un test, complet.



[ad_2]

Source link