Covid France : chiffres, confinement, nouvelle attestation


CORONAVIRUS DIRECT – Depuis ce samedi 20 mars, 16 départements sont confinés pour 4 semaines. Face aux critiques autour des nouvelles attestations de déplacement, le gouvernement a choisi de simplifier le dispositif. Commerces ouverts, fermés, couvre-feu à 19 heures, derniers chiffres, carte des départements, infos.

[Mis à jour le samedi 20 mars à 20h5616 départements sont à nouveaux confinés depuis vendredi 19 mars minuit pour une durée de 4 semaines. Alors que le ministère de l’Intérieur a mis en ligne la nouvelle attestation de sortie dérogatoire ce samedi 20 mars, le gouvernement a décidé finalement de la supprimer en journée. Un justificatif de domicile sera suffisant pour les déplacements dans un rayon de 10 km. Plusieurs commerces sont autorisés à rester ouvert (en plus des commerces alimentaires) : fleuristes, coiffeurs, cordonniers, librairies… Le dispositif de couvre-feu est en vigueur de 19 heures à 6 heures du matin dans toute la France. Quels sont les chiffres aujourd’hui de l’épidémie ? Combien d’hospitalisations, de cas en réanimation, de décès Que disent les cartes de suivi de l’épidémie ? Quels sont les symptômes du coronavirus ? Quand s’isoler et combien de tempsQuel est le taux de R0 du virus ? Quand est-on contagieux ? Que sait-on des vaccins ? Des effets secondaires après la vaccination ? Chiffres et infos du jour.

  • Chiffres vaccination en France. Selon le ministère de la Santé, au 20 mars, 6 137 375 premières injections et 2 444 473 secondes injections ont été réalisées depuis le début de la campagne de vaccination.
  • Le Stade de France en centre de vaccination. Selon les informations du Parisien, publiées ce samedi 20 mars, le Stade de France, situé à Saint-Denis, en Seine-Saint-Denis, devrait devenir un grand centre de vaccination pour tous les Franciliens à partir 1er avril. Objectif : au moins 10 000 personnes vaccinées par semaine. A l’instar du stade Vélodrome à Marseille, qui accueille déjà depuis lundi, un centre de vaccination contre le Covid-19.
  • Nouvelle attestation. Le ministère de l’Intérieur a mis en ligne ce samedi 20 mars au matin la nouvelle attestation de déplacement obligatoire pour sortir dans les 16 départements (ceux d’Île-de-France, des Hauts-de-France, la Seine-Maritime, l’Eure et les Alpes-Maritimes) confinés depuis ce vendredi soir et pour quatre semaines. Jugée complexe, elle a toutefois été abandonnée. L’attestation en journée n’est désormais plus nécessaire. En revanche, un justificatif de domicile et une pièce d’identité sont obligatoires pour justifier une sortie dans un rayon de 10 km. Le ministère doit mettre en ligne ces prochaines heures l’attestation dérogatoire pour se déplacer durant le couvre-feu de 19h à 6h sur l’ensemble du territoire.
  • Quels commerces ouverts ? Dans les 16 départements concernés par le “nouveau” confinement, les fleuristes, les jardineries, les cordonniers, les concessions automobiles sur rdv, les visites immobilières, les chocolatiers sont autorisés à rester ouverts, a indiqué le gouvernement vendredi 19 mars. 
  • Premier décès à Wallis et Futuna. Alors qu’une campagne massive de vaccination de toute la population majeure a été lancée ce samedi 20 mars, l’archipel enregistre son premier décès. Selon les infos de la 1ère, il s’agirait d’une femme de 83 ans, décédée suite à des complications respiratoires. Wallis et Futuna compte 302 cas positifs (292 à Wallis et 10 à Futuna).
  • 15 départements dépassent le seuil d’alerte maximale. L’Aube, les Bouches-du-Rhône, le Doubs, l’Eure-et-Loir, le Gard, la Haute-Savoie, l’Yonne, le Rhône, les Hautes-Alpes, la Moselle, la Nièvre, l’Orne, les Pyrénées-Orientales, le Var et le Territoire de Belfort…Selon le Parisien, ces 15 départements dépassaient ce vendredi 19 mars “le seuil d’alerte maximale”, fixé par le gouvernement à 250 cas de Covid-19, pour 100 000 habitants.
  • Nouvelles restrictions. Dans les colonnes de Nice-Matin, ce samedi 20 mars, le nouveau membre du Conseil scientifique, Olivier Guérin, a annoncé que d’autres départements ou régions “vont probablement” connaître des mesures de restrictions similaires à celles mises en place dans les 16 départements, “dans les quinze jours ou trois semaines qui viennent“, a-t-il estimé.
  • Bilan des vaccinations. 5 960 223 de personnes ont reçu au moins une injection (soit 8,9 % de la population totale et 11,3 % de la population majeure), depuis le début de la campagne de vaccination en France. Et 2 431 395 de personnes ont reçu deux injections (soit 3,6 % de la population totale et 4,6 % de la population majeure), a indiqué vendredi le ministère de la santé.
  • Surveillance des vaccins. Dans son rapport hebdomadaire, l’agence de sécurité du médicament (ANSM) appuie la décision de l’agence européenne du médicament (EMA) : “la balance bénéfice/risque du vaccin AstraZeneca dans la prévention du Covid-19 est positive” souligne l’agence. “Le vaccin n’est pas associé à une augmentation du risque global de caillots sanguins (événements thromboemboliques). Cependant, un lien possible avec deux formes très rares de caillots sanguins (coagulation intravasculaire disséminée (CIVD) et thromboses des sinus veineux cérébraux) associés à un déficit en plaquettes sanguines ne peut pas être exclu à ce stade” précise t-elle. “La majorité de ces formes rares est survenue chez des femmes de moins de 55 ans. Les investigations se poursuivent et des informations concernant ce risque seront ajoutées dans le Résumé des Caractéristiques du Produit (RCP) et la notice du vaccin. Par ailleurs, il n’y a aucune preuve d’un problème de qualité lié à des lots spécifiques du vaccin ou à des sites de fabrication particuliers”, a rapporté l’ANSM.
  • Nouvelles règles. Un décret devrait paraitre “dans les prochaines heures” a indiqué vendredi 19 mars le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, qui va permettre de cadrer tous les motifs d’exception permettant aux Français “de bien savoir ce qu’ils doivent ou ne doivent pas faire“. En attendant la parution du décret, le ministre a promis de “la pédagogie” et de la “compréhension” des forces de l’ordre lors du contrôle du respect du confinement.

Le 18 mars 2021, le Premier ministre Jean Castex et le ministre de la Santé Olivier Véran ont annoncé de nouvelles mesures de freinage de l’épidémie de Covid-19 territorialisées. Les règles sont claires, a indiqué Jean Castex. Elle s’appuient sur un principe de confiance et de responsabilité, je dirais même de bon sens et certainement pas d’infantilisation : profitons des espaces extérieurs mais soyons rigoureux pour proscrire les regroupements privés ou dans l’espace public.”

  • 16 départements sont confinés pour 4 semaines : les 8 départements d’Ile-de-France, les 5 départements des Hauts-de-France, les Alpes-Maritimes, la Seine-Maritime et l’Eure seront confinés dès vendredi soir minuit. 
  • Le dispositif de couvre-feu sera maintenu selon les mêmes règles qu’aujourd’hui, dans tous les départements, mais son heure de début passera de 18h00 à 19h00.
  • La vaccination avec AstraZeneca va reprendre dès “vendredi après-midi” après l’avis favorable rendu par l’EMA. Dès vendredi matin, “la Haute autorité de santé actualisera sa recommandation s’agissant du vaccin AstraZeneca afin que nous puissions reprendre immédiatement, dans la foulée, la vaccination” a affirmé le Premier ministre qui se fera vacciner dès vendredi.
  • Le recours au télétravail est incité par le Premier ministre sur “au moins 4 jours sur 5” et sur tout le territoire.
Actu à voir aussi ...  Salade de nectarines et billes de mozzarella

À compter du 20 mars 2021, un couvre-feu s’applique de 19h à 6h sur l’ensemble du territoire métropolitain et des mesures renforcées sont en vigueur tous les jours de la semaine de 6h à 19h dans 16 départements (Aisne, Alpes-Maritimes, Essonne, Eure, Hauts-de-Seine, Nord, Oise, Paris, Pas-de-Calais, Seine-et-Marne, Seine-Saint-Denis, Seine-Maritime, Somme, Val-de-Marne, Val-d’Oise et Yvelines). Dans ces départements, les déplacements ne sont autorisés qu’au sein du département ou dans un périmètre défini par un rayon de 30 km autour du lieu de résidence sauf pour les motifs de déplacement signalés par un astérisque sur l’attestation. De plus, les personnes résidant dans les départements n’étant pas soumis à des mesures renforcées ne peuvent entrer dans les départements soumis à des mesures renforcées au-delà d’un périmètre défini par un rayon de 30 km autour de leur lieu de résidence que pour les motifs signalés par un astérisque sur la présente attestation ainsi que dans le cadre de déplacements de longue distance conduisant seulement à un transit par une zone soumise à des mesures renforcées.

> Télécharger l’attestation 

En raison de la forte progression de l’épidémie de Covid-19 dans certains territoires, un confinement sept jours sur sept est décrété pour 4 semaines dans les départements de l’Île-de-France et des Hauts-de-France, l’Eure, la Seine-Maritime et les Alpes-Maritimes. Dans ces 16 départements, à compter de vendredi 19 mars 2021 à minuit, seuls les commerces de première nécessité pourront ouvrir, les déplacements seront autorisés dans une limite de 10 km, sans limite de durée. En revanche, les écoles resteront ouvertes. Dans le reste du pays, le couvre-feu est repoussé à 19h. C’est ce qu’a annoncé le Premier ministre dans sa conférence de presse du 18 mars 2021.

Les départements concernés par les mesures de confinement sont :

  • les 8 départements d’Île-de-France : Paris (75), Seine-et-Marne (77), Yvelines (78), Essonne (91), Hauts-de-Seine (92), Seine-Saint-Denis (93), Val-de-Marne (94), Val-d’Oise (95).
  • les 5 départements des Hauts-de-France : Aisne (02), Nord (59), Oise (60), Pas-de-Calais (62), Somme (80).
  • l’Eure (27).
  • la Seine-Maritime (76).
  • les Alpes-Maritimes (06).

Les nouvelles mesures de confinement dans ces 16 départements

À compter de vendredi 18 mars 2021 à minuit, les mesures de confinement seront les suivantes :

  • Les écoles maternelles, élémentaires et les collèges resteront ouverts.
  • Les lycées basculeront tous en demi-jauge.
  • Les universités continueront à fonctionner selon le rythme actuellement en vigueur.
  • L’éducation physique et sportive (EPS) sur le temps scolaire reprendra. Les activités sportives extrascolaires des mineurs seront maintenues.
  • Les lieux de culte resteront accessibles dans les mêmes conditions .
  • Seuls les commerces vendant des biens et des services de première nécessité seront autorisés à ouvrir dont les libraires et les disquaires (et les rayons vendant ces produits culturels dans les supermarchés).
  • Les promenades autour de chez soi pour s’aérer ou faire du sport seront autorisées sans aucune limitation de durée dans un rayon de 10 km et à condition de se munir d’une attestation.
  • Les déplacements interrégionaux seront interdits sauf motifs impérieux ou professionnels.

Dans les autres départements

Le couvre-feu sera retardé d’une heure en métropole à compter de samedi 19 mars 2021 pour s’adapter au passage à l’heure d’été. Il passera de 18h à 19h. Après 19 heures, il faudra se munir d’une attestation pour justifier son déplacement.

Selon les derniers chiffres publiés par le gouvernement, au vendredi 19 mars (dernières données disponibles), en France :

• 4 216 695 personnes ont été contaminées par le coronavirus (+35 088 en 24 heures).

• 4 287 patients Covid-19 sont en réanimation (+41 en 24 heures).

• 25 339 patients Covid-19 sont hospitalisés (-50 en 24 heures).

• 91 964 personnes sont décédées en France (+285 en 24 heures), dont 66 559 à l’hôpital, auxquels se sont ajoutés 94 décès en Ephad et ESMS entre le 10 et le 16 mars.

 

 

Dans son dernier bilan hebdomadaire du 18 mars, Santé Publique France confirme la dégradation de la situation épidémique en France. En semaine 10 (8-14 mars), l’ensemble des indicateurs, déjà à des niveaux élevés, étaient à la hausse avec notamment une augmentation de 14% du nombre de nouvelles infections et ce, sur la majeure partie du territoire métropolitain. Elle rapporte :

  • Augmentation du nombre de nouveaux cas, après un plateau de deux semaines.
  • Augmentation du nombre de patients en hospitalisation (+5%) et en services de soins critiques (+11%).
  • Tendance à la hausse de la proportion d’hospitalisations et d’admission en services de soins critiques chez les jeunes adultes.
  • Augmentation de la proportion du variant anglais en France (72% des tests positifs à un variant), stabilisation des suspicions de variant sud-africain et brésilien à 5%.
  • Mortalité liée à la COVID-19 toujours élevée.

Une bonne nouvelle cependant : la poursuite de l’amélioration de l’ensemble des indicateurs chez les personnes de 75 ans et plus, en cohérence avec l’augmentation de la couverture vaccinale.

Évolution des taux d’incidence et taux de dépistage par semaine, depuis la semaine 23-2020, France (données au 17 mars 2021)

Évolution des taux d’incidence et taux de dépistage covid france
Évolution des taux d’incidence et taux de dépistage par semaine, depuis la semaine 23-2020, France (données au 17 mars 2021) © Santé Publique France

Le gouvernement suit également l’évolution du taux d’occupation des lits en réanimation par des patients Covid-19 (sur les capacités initiales). Ce taux met en lumière une éventuelle tension hospitalière. 

Taux d'occupation des lits en réanimation au 18 mars par des patients Covid-19
Taux d’occupation des lits en réanimation au 19 mars par des patients Covid-19 © Gouvernement.fr

Le pic épidémique de la première vague a été observé la semaine du 6 au 12 avril, soit 15 jours après la mise en œuvre des mesures de confinement de la population générale, le 17 mars 2020. Le pic de la deuxième vague a eu lieu du 16 au 20 novembre, trois semaines après le deuxième confinement.

Actuellement, 16 départements sont particulièrement sous tension : 

  • les 8 départements d’Île-de-France : Paris (75), Seine-et-Marne (77), Yvelines (78), Essonne (91), Hauts-de-Seine (92), Seine-Saint-Denis (93), Val-de-Marne (94), Val-d’Oise (95).
  • les 5 départements des Hauts-de-France : Aisne (02), Nord (59), Oise (60), Pas-de-Calais (62), Somme (80).
  • l’Eure (27).
  • la Seine-Maritime (76).
  • les Alpes-Maritimes (06).
département confinés mars 2021 france
Carte des territoires confinés à compter du vendredi 19 mars à minuit, pour une durée de 4 semaines. © Twitter Jean Castex – 18 mars 2021

Au vendredi 19 mars 2021 (dernières données disponibles), un total de 4 216 695 cas confirmés de coronavirus est rapporté depuis le début de la pandémie.

Sur la semaine 10 (8-14 mars) :

  • les nouveaux cas de Covid ont augmenté de +14% (169 470 vs 148 377 en semaine 9)
  • le taux d’incidence était en augmentation dans toutes les classes d’âge, excepté chez les 75 ans et plus, pour lesquels ce taux était stable. L’augmentation la plus importante était observée chez les 0-14 ans (27%).
  • Le taux de dépistage était en forte augmentation chez les 0-14 ans (+65%).
Actu à voir aussi ...  Cookies aux flocons d’avoine, chocolat, tahiné et beurre de cacahuètes

Nombre incident de cas confirmés de COVID-19 par semaine (date de prélèvement) rapportés à Santé publique France du 11 mai 2020 au 14 mars 2021, France (données au 17 mars 2021)

courbe cas covid france
Nombre incident de cas confirmés de COVID-19 par semaine (date de prélèvement) rapportés à Santé publique France du 11 mai 2020 au 14 mars 2021, France (données au 17 mars 2021) © Santé publique France

Évolution des taux d’incidence des cas de Covid-19 selon les classes d’âge, depuis la semaine 23-2020, France (données au 17 mars 2021) 

Évolution des taux d’incidence covid par âge
Évolution des taux d’incidence des cas de Covid-19 selon les classes d’âge, depuis la semaine 23-2020, France (données au 17 mars 2021) © Santé Publique France

Vendredi 19 mars (dernières données disponibles), +35 088 nouvelles personnes ont reçu un test positif au Covid-19 par rapport à la veille.

Taux d’incidence – quotidien – tous âges jusqu’au 15 mars

Taux d'incidence - quotidien - tous âges
Taux d’incidence – quotidien – tous âges jusqu’au 15 mars © Géodes

Vendredi 19 mars (dernières données disponibles), 4 287 personnes sont hospitalisées en réanimation (+41 que la veille). La tension sur le système hospitalier continue de s’accentuer et est critique dans certaines régions, confirme Santé Publique France dans son point hebdomadaire du 18 mars. “On observe en particulier une tendance à la hausse de la proportion d’hospitalisations et d’admission en services de soins critiques chez les jeunes adultes” prévient l’agence.

En semaine 10 (8-14 mars) : 

  • Le taux hebdomadaire d’hospitalisations augmentait à nouveau de +5% et le nombre de patients COVID-19.
  • Le taux d’admissions en services de soins critiques poursuit son augmentation de manière plus marquée : +11% par rapport à la semaine 9. Cette tendance se traduit par une augmentation constante du nombre de personnes en cours d’hospitalisation en services de soins critiques.
  • Les plus fortes augmentations du taux hebdomadaire de nouvelles admissions en services de soins critiques étaient observées dans les régions Grand-Est (+24%), Île-de-France (+21%), Centre-Val de Loire (+16%) et Occitanie (+16%).
  • Les plus forts taux hebdomadaires d’admissions en services de soins critiques en métropole étaient encore rapportés en Île-de-France (5,9), Provence-Alpes-Côte d’Azur (5,1/100 000 habitants), et Hauts-de-France.
  • Les taux d’incidence, d’hospitalisations et d’admissions en réanimation ont nettement diminué chez les personnes de 75 ans et plus, traduisant l’impact du niveau de couverture vaccinale atteint dans ce groupe d’âge. 
Nombre de patients COVID-19 en services de réanimation, par date de déclaration, depuis le 23 mars 2020, France (données au 16 mars 2021)
Nombre de patients COVID-19 en services de réanimation, par date de déclaration, depuis le 23 mars 2020, France (données au 16 mars 2021) © Santé publique France

Selon les chiffres communiqués par le gouvernement, consolidés avec l’Agence Santé Publique France et les ARS (Agences régionales de Santé), voici l’évolution des hospitalisations (dont la réanimation) et des décès en France par région.

Evolution des hospitalisations (dont en réanimation) et décès à l’hôpital du Covid-19 par région au 19 mars

Régions Hospitalisations en cours Evolution des nouveaux patients sur les  dernières 24 H Réanimation Soins intensif Evolution des nouveaux patients sur les  dernières 24 H Décès
Île-de-France 6 066 +26 1 225 NC 16 014
Grand Est 2 337 -7 384 +13 8 529
Auvergne-Rhône-Alpes 2 992 +36 448 +7 9 607
Hauts-de-France 3 094 -75 518 -3 6 865
Bourgogne-Franche-Comté 1 133 +5

152

+3 3 981
Provence-Alpes-Côte d’Azur 3 106 +30 506 -4 6 352
Occitanie 1 339 +9 262 +2 3 447
Bretagne 653 -4 80 -4 1 253
Nouvelle-Aquitaine 1 138 -6 195 -3 3 049
Normandie 1 238

+8

168 -13 2 457
Centre Val-de-Loire 990 +21 141 NC 2 147
Pays de la Loire 835 +10 95 +1 2 164
Corse 111 -6 13 -1 158
Martinique 28 -4 9 +1 49
Guadeloupe 40 +2 11 -1 185
La Réunion 156 -10 56 +2 103
Guyane 17 -2

8

-2 85
Mayotte 66 +5 16

+3

114
TOTAL 25 339 +38 4 287 +1

66 559

91 964 décès sont recensés au 19 mars dont 66 559 à l’hôpital (+285 que la veille), selon les chiffres de Santé publique France (dernières données disponibles). En France, depuis le début de l’épidémie, 1 personne sur 1000 est morte du fait de la Covid-19, indique la Haute Autorité de Santé le 29 janvier. Les personnes les plus gravement touchées par cette épidémie restent les personnes âgées de 65 ans et plus ainsi que celles présentant des comorbidités. 94% des cas de Covid-19 décédés étaient âgés de 65 ans ou plus. Par ailleurs, la part des décès Covid est de 54% chez les hommes pour 46% chez les femmes.

En semaine 10 (8-14 mars) :

  • les plus forts taux de décès dus à la Covid-19 par région rapportés à la population étaient observés en Provence-Alpes-Côte d’Azur (5,1/100 000 habitants), Hauts-de-France (4,0), Île-de-France (3,3) et Grand Est (3,2).
Nombre hebdomadaire de nouveaux décès de patients COVID-19 selon la date de déclaration, depuis le 23 mars 2020, France (données au 28 février 2021)
Nombre hebdomadaire de nouveaux décès de patients COVID-19 selon la date de déclaration, depuis le 23 mars 2020, France (données au 14 mars 2021) © Santé publique France

La France a franchi la barre des 40 000 morts samedi 7 novembre 2020, celle des 50 000 le 24 novembre, celle des 60 000 le 18 décembre et celle des 90 000 le 12 mars 2021. Un pic de mortalité a été atteint le 9 novembre 2020 (40 987 morts, dont 548 en 24 heures). 

 

Le taux de reproduction du virus repasse au-dessus de 1 : 1.12 le 13 mars ce qui signifie que l’épidémie reste à un niveau élevé puisqu’un malade du Covid-19 en contamine plus d’un. Les taux de reproduction du virus appelés “R-effectifs” ou “Reff” permettent de décrire la dynamique de l’épidémie : lorsque le Reff est significativement supérieur à 1, ceci signifie que l’épidémie est en progression, lorsqu’il est égal à 1, l’épidémie se stabilise, lorsqu’il est significativement inférieur à 1, l’épidémie régresse. 

Le dépistage du Covid-19 est réalisé en France par RT-PCT et par tests antigéniques. Depuis le 11 février, les tests salivaires sont déployés dans les établissements scolaires et peuvent être utilisés en première intention pour dépister la Covid-19, conformément aux recommandations de la HAS. Au 18 mars, le taux de positivité national s’établit à 7,74 %. “Il reste déterminant que chaque personne présentant des symptômes évocateurs de COVID-19 s’isole immédiatement et réalise un test diagnostique dans les plus brefs délais” rappelle Santé Publique France dans ses bulletins hebdomadaires.

Si au début, on ne parlait que de fièvre, toux sèche, rhume, état grippal et de fatigue, les symptômes de l’infection par le coronavirus ont évolué. On sait désormais que le virus peut avoir des effets sur la peau (urticaire, lésions inflammatoires sur les orteils), la sphère digestive (vomissements, diarrhées…), l’odorat, le goût et même le cerveau.

Chaque personne présentant des symptômes évocateurs de COVID-19 doit s’isoler immédiatement et réaliser un test diagnostique dans les plus brefs délais (sans avoir d’ordonnance).

Appeler le 15 en cas de difficultés respiratoires : “Si la toux et la fièvre s’accompagnent d’une gêne respiratoire qui devient permanente avec souffle court, difficulté à inspirer et à expirer, d’une aggravation importante de la toux, cela peut signifier une évolution de la maladie sous la forme d’une pneumopathie. Il s’agit alors d’une urgence respiratoire potentielle et comme dans tous les cas d’urgence, il faut alors appeler le 15 qui prendra les meilleures dispositions pour répondre à la situation”, prévient le Dr Patrick Aubé, médecin généraliste.  

La vaccination contre la Covid-19 se poursuit en France avec les vaccins Pfizer-BioNTech, Moderna et AstraZeneca (chez les médecins généralistes, au travail et en pharmacie). La prise de rendez-vous est ouverte sur les sites Internet Doctolib, Maiia et KelDoc et peut aussi se faire en contactant par téléphone le centre de vaccination le plus proche de chez soi (liste disponible sur Sante.fr). En cas de difficulté, le numéro vert national : 0 800 009 110, permet d’être redirigé vers le standard téléphonique d’un centre ou d’obtenir un accompagnement à la prise de rendez-vous.

Actu à voir aussi ...  Il était une fois la pâtisserie

Depuis le 1er mars, l’Allemagne exige “un test PCR ou antigénique” de moins de 48 heures à l’entrée sur son territoire depuis la Moselle, y compris pour les travailleurs français qui y travaillent quotidiennement.

  • A partir du 12 mars, les conditions d’accès à 7 pays hors UE s’assouplissent. “Il ne sera plus nécessaire de justifier d’un motif impérieux pour les déplacements en provenance ou vers l’Australie, la Corée du Sud, Israël, le Japon, la Nouvelle-Zélande, le Royaume-Uni et Singapour“, a indiqué le ministère français des Affaires étrangères. Pour les autres pays hors UE, il faut justifier d’une raison impérieuse depuis le 31 janvier 2021. 
  • Depuis le dimanche 24 janvier, tous les voyageurs entrant en France et venant d’un pays européen doivent présenter avant leur départ pour l’Hexagone un test PCR négatif de moins de 72 heures.
  • Depuis le 18 janvier, les voyageurs entrant en France en provenance d’un pays hors Union-Européenne doivent présenter un test PCR négatif  et s’isoler pendant 7 jours une fois arrivés en France et faire un 2e test à l’issue de cette période. 
DATES CLÉS DE L’ÉPIDÉMIE EN FRANCE
  • 31 décembre 2019, l’Organisation mondiale de la Santé en Chine est informée de plusieurs cas de pneumonies dans la ville de Wuhan. 44 personnes sont infectées entre cette date et le 3 janvier 2020.
  • 7 janvier 2020, les autorités chinoises identifient un “nouveau type de coronavirus”.
  • 13 janvier, un cas importé est recensé en Thaïlande.
  • 15 janvier, le virus cause la mort d’une première personne à Wuhan, un homme de 69 ans. 
  • 23 janvier, trois villes chinoises dont Wuhan sont placées en quarantaine.
  • 25 janvier, trois personnes contaminées sont recensées en France, deux à Paris et une Bordeaux. Ce sont les premiers cas enregistrés sur le continent européen.
  • 30 janvier, l’Organisation mondiale de la Santé décrète l’urgence de santé mondiale. Cette mesure n’avait été décrétée que 5 fois depuis sa création (pour Ebola (deux fois), la grippe H1N1, Zika et la poliomyélite). 
  • 23 février, la France déclenche le plan ORSAN, un dispositif exceptionnel d’organisation des soins.
  • 28 février, la France passe en stade 2 de l’épidémie.
  • 11 mars, l’OMS classifie de pandémie la diffusion de la maladie à coronavirus Covid-19 dans le monde.
  • 12 mars, le président de la République Emmanuel Macron annonce la fermeture nationale des crèches et établissements scolaires de France à compter du 16 mars et “jusqu’à nouvel ordre”.
  • 14 mars, la France passe au stade 3 de l’épidémie.
  • 16 mars : la France met en place un dispositif de confinement interdisant les déplacements.
  • 18 mars le premier transfert de patients Covid-19 en France est réalisé grâce à l’Armée, par voie terrestre et aérienne. 
  • 26 mars, un premier cas jeune meurt en France, une adolescente de 16 ans, en Ile-de-France originaire de Morsang-sur-Orge.
  • 27 mars, le confinement de la population française est renouvelé jusqu’au 15 avril.
  • 13 avril, Emmanuel Macron annonce le prolongement du confinement jusqu’au 11 mai.
  • 11 mai, la France commence son déconfinement.
  •  15 juin, toute la France passe en zone verte, sauf Mayotte et la Guyane. À Paris, les restaurants et bars peuvent rouvrir complètement.
  • 22 juin, les écoles sont de nouveaux obligatoires en France pour tous les élèves. Les cinémas, salles de jeux, casinos rouvrent. Les sports collectifs peuvent être autorisés tout en respectant certaines conditions sanitaires.
  • 10 juillet, la France a franchi la barre des 30 000 morts. Dans la nuit du 10 au 11 juillet à minuit, l’état d’urgence sanitaire prend fin en France.
  •  20 juillet, le port du masque est obligatoire dans les lieux publics clos en France.
  • 8 octobre, le plan blanc est réactivé dans les hôpitaux d’Ile-de-France.
  • 17 octobre à 0h01, la France repasse en état d’urgence sanitaire et un couvre-feu est instauré dans 9 territoires (Paris-Ile-de-France, Rouen, Grenoble, Lille, Lyon, Aix-Marseille, Montpellier, Saint-Etienne, Toulouse).
  • 24 octobre à 0h01 : extension des mesures de couvre-feu à 38 nouveaux départements français.
  • 29 octobre à 0h01 : reconfinement national pour 4 semaines, jusqu’au 1er décembre au minimum.
  • 28 novembre : première étape d’allègement du confinement avec la réouverture des commerces non essentiels.
  • 15 décembre : seconde étape d’allègement du confinement avec le passage à un couvre-feu de 20 heures à 6 heures du matin.
  • 31 décembre : couvre-feu imposé le soir du 31 décembre, de 20 heures à 6 heures du matin.
  • 21 décembre : autorisation du vaccin Pfizer en Europe.
  • 24 décembre : autorisation du vaccin Pfizer BioNTech en France.
  • 27 décembre : début de la vaccination en France et dans l’Union européenne avec le vaccin Pfizer BioNTech.
  • 8 janvier 2021 : autorisation du vaccin Moderna en France.
  • 24 janvier 2021 : un test PCR négatif est obligatoire pour rentrer en France par avion pour les voyageurs venant d’un pays européen (sauf pour les travailleurs transfrontaliers et le transport terrestre).
  • 31 janvier 2021 : fermeture des frontières en France aux pays extérieurs à l’Union européenne
  • 2 février 2021 : autorisation du vaccin de l’Université d’Oxford et AstraZeneca en France, uniquement pour les personnes âgées de moins de 65 ans.
  • 11 février : déploiement des tests salivaires dans les établissements scolaires.
  • 12 mars : autorisation du vaccin Johnson&Johnson, à injection unique, le 4e vaccin à être autorisé en France.
  • 16 mars : autorisation des autotests en France.
  • 19 mars : confinement de 16 départements pour une durée de 4 semaines. Le couvre-feu repasse à 19 heures dans toute la France au lieu de 18 heures.

Cet article est mis à jour quotidiennement par Aurélie Blaize, Anaïs Thiébaux et Samantha Pagès





Source link