78 761 cas en Inde, le bilan France et monde


[Mis à jour le samedi 29 août à 16h40] La pandémie de coronavirus semble malheureusement loin d’être sur une pente descendante, même si les situations diffèrent beaucoup selon les pays. A date, 188 pays ont été touchés par le virus, le cap des 25 millions de personnes contaminées vient d’être franchi et plus de 843 000 personnes en sont décédées, selon les dernières statistiques de l’Université John Hopkins depuis l’apparition du nouveau coronavirus en décembre 2019 à Wuhan, en Chine. Les Etats-Unis sont largement le pays le plus touché avec plus de 5.9 millions de cas et plus de 182 700 décès. Viennent ensuite le Brésil, l’Inde, la Russie, le Pérou et l’Afrique du Sud. En Europe, le virus est particulièrement virulent en France, en Espagne, en Italie, en Belgique, en Allemagne et au Royaume-Uni.

Au 29 août, la France comptabilise 7  379 contaminations au cours des dernières 24 heures, un chiffre extrêmement élevé, non revu depuis le mois de mai, et 20 nouveaux décès selon les données publiées vendredi soir par les autorités sanitaires, qui ont qualifié la progression de l’épidémie d'”exponentielle” lors de leur point de situation du 28 août au soir. 4 530 personnes sont actuellement hospitalisées dont 400 admises en réanimation. Le taux de positivité des tests, estimé à 3.9%, progresse. 52 départements sont en situation de vulnérabilité modérée ou élevée, soit 2 de plus que vendredi. 313 clusters sont en cours d’investigation, soit 23 de plus que la veille. Le pays comptabilise à date 272 530 cas confirmés et 30 602 décès. Malgré ces chiffres, “on est toujours sur la première vague avec une perte liée aux distanciations civiques. Il y a une reprise dans des régions pas touchées lors de la première crise du mois de mars. En France, l’équilibre est fragile, les contaminations augmentent depuis début août“, alerte le Pr Jean-François Delfraissy, Président du Conseil scientifique le 24 août. On observe une forte progression de la circulation du virus du SARS-COV-2 chez les jeunes adultes, notamment les 20-40 ans. Selon Olivier Véran, ministre de la Santé, seulement 10% de la population aurait été immunisée après la première vague de l’épidémie. Pour freiner la propagation du virus, les mesures sanitaires sont renforcées. Le port du masque est obligatoire dans tous les lieux clos (restaurants, magasins, supermarchés, musées…) depuis le 20 juillet, mais aussi à l’extérieur, dans la rue, les marchés et les parcs dans de nombreuses villes de France (Nantes, Montpellier…). Paris, Toulouse, Marseille et Nice ont même généralisé le port du masque dans toute la ville. Le 1er septembre, le port du masque sera même obligatoire en entreprise (publique ou privée), en open-space, dans les salles de réunion, les couloirs, les ascenseurs, les espaces cafétérias… et le télétravail doit être plus que jamais priorisé, particulièrement si la distanciation physique d’un mètre ne peut pas être respectée. Enfin, la rentrée scolaire ne sera finalement pas décalée, comme le demandaient des syndicats d’enseignements, et aura lieu le mardi 1er septembre. Le protocole sanitaire reste le même que celui établi en juillet par le gouvernement, à l’exception que le masque devient obligatoire à partir du collège (élèves et enseignants, membres du personnel) même si la distanciation d’un mètre est possible.

• Le pourcentage des personnes positives au coronavirus augmente : “nous comptions moins de 1 000 nouveaux cas par jour à la fin du confinement, nous sommes aujourd’hui à plus de 3 000

• Le taux d’incidence en France est de 39 cas pour 100 000 habitants, soit quatre fois plus qu’il y a un mois.

• Le virus circule beaucoup chez les jeunes, en particulier pour la tranche 20-30 ans. Ces jeunes adultes présentent des taux positifs proches de 6 %, plus que la moyenne nationale.

19 nouveaux départements sont en rouge : Seine-et-Marne, Val-de-Marne, Yvelines, Essonne, Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-d’Oise, Gironde, Loiret, Rhône, Sarthe, Haute-Garonne, Hérault, Gard, Var, Alpes-Maritimes, Vaucluse, Guadeloupe et Martinique. Ils s’ajoutent aux Bouches-du-Rhône et à Paris, classés en rouge le 14 août. 

• “Des plans de reconfinement territoriaux ou globaux sont prêts. Notre système hospitalier est prêt aussi à une éventuelle nouvelle vague de patients, en termes de lits, masques, médicaments, réanimateurs. Mais notre objectif est de tout faire pour éviter un reconfinement, surtout généralisé, et un afflux massif de patients, tel que nous l’avons connu“, insiste Jean Castex.

• Concernant les masques. Des masques seront gratuitement fournis “à nos concitoyens les plus modestes” et 50 millions de masques ont déjà été envoyés à 3 millions de familles modestes et précaires. “Nous avons décidé de renouveler cette opération en octobre et aussi souvent que cela sera nécessaire jusqu’à la fin de l’épidémie”, déclare-t-il. 

• Concernant les tests. La France a aujourd’hui une capacité de tester parmi les meilleures au monde avec 840 000 tests par semaine et la perspective du million en septembre. “58 % des résultats des tests sont rendus en moins de 24 heures, précise Olivier Véran. C’est un effort de dépistage sans précédent dans l’histoire des maladies infectieuses en France.” Et d’ajouter : “Nous avons connu des difficultés d’accès au test dans certaines zones de France, mais nous suivons cette situation de façon très attentive. Il est possible que dans les prochains jours qu’il y ait quelques embouteillages. Si vous n’êtes pas un cas contact ou que vous n’avez pas de symptôme, il est possible qu’on vous demande de patienter “.

• Concernant la rentrée scolaire. L’école est un élément essentiel, les enfants iront à l’école la semaine prochaine”, a insisté le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer. Le masque sera donc obligatoire pour tous les adultes (enseignants, personnel) dès la maternel, en primaire, au collège, au lycée… et pour tous les élèves de collège et de lycée. Un lavage des mains régulier est également préconisé. Du gel hydroalcoolique et des savons seront mis à disposition dans chaque établissement scolaire et les locaux seront désinfectés tous les jours. “Il n’est pas prévu de mesures différentes dans les zones de circulation active du virus. Mais en cas de suspicion à l’école, nous aurons une procédure d’isolement, d’enquête de proximité et même de fermeture d’une classe ou d’une école avec enseignement à distance“, finit-il. 

• Le chômage partiel est prolongé pour les secteurs particulièrement couchés par l’épidémie, dont les cinémas et les spectacles vivants. 

Carte du taux d'incidence en France le 27 août 2020
Carte de France du taux d’incidence au 27 août 2020 © Gouvernement.fr

La France est déconfinée mais toujours en stade 3 de coronavirus depuis le 14 mars puisque le virus circule sur tout le territoire et plus uniquement dans certaines régions et villes. Depuis mi-juin, le nombre de nouveaux cas confirmés de COVID-19 augmente régulièrement. On observe une forte progression de la transmission du coronavirus (+58% en semaine 34, du 17 au 23 août), plus rapide chez les jeunes adultes, indique Santé publique France dans son point épidémiologique du 27 août. Le nombre de personnes présentant des symptômes est en nette augmentation (+74%), ce qui représente plus de la moitié des cas. Entre le 17 et le 23 août, Le taux d’incidence en France métropolitaine était en augmentation avec 39,2 cas /100 000 habitants. La semaine précédente, il était de 24.7 cas pour 100 000 habitants. Au 28 août 2020, un total de 267 077 cas confirmés de COVID-19 a été rapporté à Santé publique France.

Hospitalisations. Depuis le 1er mars 2020, 1 545 établissements de santé ont déclaré au moins un cas de COVID-19 hospitalisé et 110 529 patients ont été hospitalisés depuis le 1er mars. L’âge médian des patients est de 71 ans et 53% sont des hommes. 86 177 patients sont retournés à domicile. Au 28 août 2020, 4 535 cas de COVID-19 étaient hospitalisés en France dont 387 cas en réanimation. Le nombre de nouvelles hospitalisations pour COVID-19 a augmenté pour la quatrième semaine consécutive en semaine 34 (du 17 au 23 août) : 1 084 en S34 versus 604 en S29. Depuis début juillet (S28) et jusqu’en semaine 34, les personnes hospitalisées âgées de moins de 40 ans représentaient 19% (1 832/9 695) des admissions alors que cette proportion était de 8% (8 326/100 833) sur la période mars-juin 2020. En semaine 34, le nombre hebdomadaire de nouvelles admissions en réanimation continue d’augmenter depuis la semaine 27 : ce nombre est en augmentation depuis 7 semaines,

► Actes médicaux. Depuis le 3 mars, 76 940 actes médicaux SOS Médecins pour suspicion de Covid-19 ont été enregistrés (données arrêtées le 23 août), dont 2 464 actes médicaux du 17 au 23 août (semaine 34). Pour la 2e semaine consécutive, ces actes étaient en hausse de 20% comparée à la semaine précédente (soit +410 actes, par rapport aux 2 054 actes enregistrés en semaine 33). La majorité des actes étaient enregistrés en Nouvelle-Aquitaine (18%), Ile-de-France (17%), Auvergne-Rhône-Alpes (14%) et Provence-Alpes-Côte d’Azur (12%).

Dépistage et taux de positivité. En semaine 34, 726 235 personnes ont été testées par test RT-PCR. 16 171 ont eu lieu dans les aéroports d’Île-de-France. Parmi les personnes testées, 26 890 se sont avérées positives. Ce nombre est en augmentation de 57% par rapport à la semaine précédente. Le taux de dépistage (nombre de personnes testées rapporté à la population) hebdomadaire est de 1 082/100 000 habitants. Le taux de positivité national hebdomadaire est de 3.7%, en forte augmentation (+20%) par rapport à la semaine précédente. 

Bilan par département. En semaine 34, 78 départements métropolitains ont un taux d’incidence supérieur à 10/100 000 habitants (contre 54 en semaine 33). 14 ont un taux d’incidence supérieur à 50/100 000 dont 5 en Ile de France et 3 en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Le taux d’incidence le plus élevé était observé dans les Bouches-du-Rhône (140/100 000 hab.) en forte progression par rapport à la semaine précédente (87 en S33) et les Alpes Maritimes (102/100 00 hab.) suivi par Paris (97/100 000 hab. hors tests aux aéroports.). Le taux de positivité des tests était supérieur à 5% dans 8 départements de France métropolitaine. Les plus élevés étaient rapportés dans le Val-de-Marne (6,6%), les Bouches-du-Rhône (6,3%), la Seine-Saint-Denis (6,2%). 

Situation en Outre-Mer. En Guyane, le taux d’incidence continue de diminuer avec 88/100 000 hab. contre 104/100 000 en S33. En revanche, aux Antilles, les indicateurs de la surveillance sont en très nette progression en semaine 34, notamment à Saint Martin avec un taux d’incidence de 154/100 000 hab (vs 107 en S33), en Guadeloupe où le taux était de 83/100 000 hab (vs 48 en S33) et en Martinique avec un taux de 46/ 100 000 hab. (vs 34 en S33). A la Réunion, le taux d’incidence était de 43,7/100 000 hab. et le taux de positivité de 2,7% , indicateurs en augmentation par rapport à la semaine précédente.

A quel âge est-on le plus touché ? En semaine 34, par rapport à la semaine 33, le nombre de cas a augmenté dans l’ensemble des classes d’âge mais l’augmentation était plus importante chez les 15-44 ans et les 45-64 ans : +44% chez les 0-14 ans, +67% chez les 15-44 ans, +51% chez les 45-64 ans, +43% chez les 65-74 ans et +13% chez les 75 ans et plus. Parmi les 15-44 ans, l’augmentation du taux d’incidence observée était la plus importante chez les 20 -24 ans (+86%).

→ • 19 nouveaux départements ont été classés en rouge : Seine-et-Marne, Val-de-Marne, Yvelines, Essonne, Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-d’Oise, Gironde, Loiret, Rhône, Sarthe, Haute-Garonne, Hérault, Gard, Var, Alpes-Maritimes, Vaucluse, Guadeloupe et Martinique. Ils s’ajoutent aux Bouches-du-Rhône et à Paris, classés en rouge le 14 août. 

→ En France métropolitaine, le pic épidémique a été observé la semaine du 23-29 mars, soit une semaine après la mise en œuvre des mesures de confinement de la population générale, le 17 mars 2020. Le nombre le plus élevé de nouvelles hospitalisations pour COVID-19 a été observé au cours de la semaine du 30 mars au 5 avril.

Courbe d’évolution du R effectif (taux de reproduction) du virus Sars-CoV-2 en France entre le 1er juin et le 24 août.

R0 / taux de reproduction en France au 24 août
Taux de reproduction en France au 24 août © Gouvernement.fr

Invité du Grand Entretien sur France Inter mercredi 26 août, le Premier ministre Jean Castex a assuré qu’il n’y avait “pas de quoi s’affoler” face au rebond épidémique en France. “Nous ne sommes pas revenus à la situation des mois d’avril et mai (…) mais il y a quelque chose qui se passe”, a-t-il ajouté. Selon lui, le gouvernement ne baisse pas la garde quant à la survenue d’une éventuelle deuxième vague : “Des plans de reconfinement territoriaux ou globaux sont prêts. Notre système hospitalier est près aussi à une éventuelle nouvelle vague de patients, en termes de lits, masques, médicaments, réanimateurs. Mais notre objectif est de tout faire pour éviter un reconfinement, surtout généralisé”, précise-t-il le 27 août à l’Elysée. Dans un avis du 27 juillet, le Conseil scientifique du Covid-19 prévenait qu’il “était hautement probable qu’une seconde vague épidémique soit observée à l’automne ou l’hiver prochain“. Pour autant, le Président du Conseil scientifique, le Pr Jean-François Delfraissy, refuse de parler de deuxième vague. Il préfère le terme de “rebond épidémique“. Selon lui, “c’est la même vague qui reprend parce qu’on a perdu les mesures de distanciation sociale“, indique-t-il le 24 août sur FranceInfo. Pour les membres du Conseil scientifique, une recrudescence importante des cas à l’automne-hiver est “quasi inévitable” et pour mieux l’appréhender, la lutte doit aujourd’hui se recentrer “au niveau local, ce qui “permettrait une meilleure acceptation par la population“, estime le Pr Pierre-Louis Druais, membre du Conseil scientifique du Covid-19 et médecin généraliste. Ce serait donc aux maires de chaque ville, en accord avec les préfets, de prendre des décisions localement et de mettre en place des mesures plus restrictives, d’organiser des dépistages massifs, de généraliser le port du masque dans la rue, de fermer des lieux publics ou de restreindre des accès. Pour Karine Lacombe, chef du service maladies infectieuses à l’hôpital Saint-Antoine (Paris) partage un autre point de vue : “Quoi qu’on dise, la deuxième vague est là et n’a rien à voir avec la première vague que l’on a connu en mars-avril. (…) On a évidemment une augmentation du nombre de cas avec un frémissement des augmentations d’hospitalisations sur la fin de la semaine dernière”. Cette deuxième vague aurait débuté, selon elle, fin juillet. Concernant un possible reconfinement, le Président de la République Emmanuel Macron parle, dans une interview exclusive à Paris Match le 19 août, dereconfinement ciblé qu’on pourrait instaurer si la situation l’imposait“, plutôt que de “mettre le pays à l’arrêt, parce que les dommages collatéraux seraient considérables“. 

Actu à voir aussi ...  Xiaomi dévoile son premier smartphone 5G haut de gamme... toujours à prix imbattable

Nombre incident de cas confirmés de COVID-19 par semaine, rapportés à Santé publique France, du 23 janvier au 23 août 2020.

Nombre de cas confirmés au 26 août en France
Nombre incident de cas confirmés de COVID-19 par semaine, rapportés à Santé publique France, du 23 janvier au 23 août 2020 © Santé publique France

Depuis le 1er mars 2020, 1 545 établissements de santé ont déclaré au moins un cas de COVID-19 hospitalisé et 110 529 patients ont été hospitalisés depuis le 1er mars, indique Santé publique France dans son point épidémiologique du 27 août. L’âge médian des patients est de 71 ans et 53% sont des hommes. 86 177 patients sont retournés à domicile. Le nombre de nouvelles hospitalisations pour COVID-19 a augmenté pour la quatrième semaine consécutive en semaine 34 (du 17 au 23 août) : 1 084 en S34 versus 604 en S29. Depuis début juillet (S28) et jusqu’en semaine 34, les personnes hospitalisées âgées de moins de 40 ans représentaient 19% (1 832/9 695) des admissions alors que cette proportion était de 8% (8 326/100 833) sur la période mars-juin 2020. En semaine 34, le nombre hebdomadaire de nouvelles admissions en réanimation continue d’augmenter depuis la semaine 27 : ce nombre est en augmentation depuis 7 semaines, Au 28 août, 4 535 patients sont actuellement hospitalisés, 65 personnes de moins que la veille, dont 387 admis en service de réanimation, soit 6 de plus que la veille.

Dans les établissements de santé, le gouvernement a activé plusieurs plans : 

  • La France applique le plan blanc élargi généralisé (plan de mobilisation interne) depuis le 19 mars, dans tous les établissements de santé (publics et privés), pour mettre en place rapidement des moyens matériel, logistiques et humains indispensables en cas d’afflux de patients dans les établissements hospitaliers. Les consultations et les hospitalisations non urgentes sont déprogrammées.
  • La France a déclenché le plan bleu dans les Ehpad (Etablissement Hébergeant des Personnes Âgées Dépendantes) le 6 mars. Le principe est le même que dans les hôpitaux : le chef d’établissement doit permettre “la mise en oeuvre rapide et cohérente des moyens indispensables pour faire face efficacement à une situation exceptionnelle“. Le plan bleu peut induire notamment “le confinement des résidents, usagers et personnels ; l’évacuation des résidents, usagers et personnels“.
  • La réserve sanitaire et la réserve civique (aide alimentaire d’urgence, garde exceptionnelle d’enfants, lien avec les personnes fragiles isolées, solidarité de proximité) sont aussi mobilisées. 

Courbe du nombre quotidien de personnes nouvellement hospitalisées pour Covid-19 du 19 mars au 27 août 2020

Nombre quotidien de personnes nouvellement hospitalisées pour Covid-19 du 19 mars au 27 août
Nombre quotidien de personnes nouvellement hospitalisées pour Covid-19 du 19 mars au 27 août © Géodes/ Santé publique France

Selon les chiffres communiqués par le gouvernement, consolidés avec l’Agence Santé Publique France et les ARS (Agences régionales de Santé), voici le nombre de personnes hospitalisées en France par région, celles en réanimation et celles qui sont guéries et ont pu rentrer chez elles. Pour l’instant, Santé Publique France ne publie plus le nombre de cas recensés par régions.

Nombre d’hospitalisations et de décès à l’hôpital à cause du coronavirus par régions de France selon Santé publique France (au 28 août)
Régions Personnes hospitalisées Réanimations Retours à domicile Décès à l’hôpital
Île-de-France 2 291 173 30 822 7 705
Grand Est 448 14 13 123 3 664
Auvergne-Rhône-Alpes 287 21 8 333 1 777
Hauts-de-France 437 33 7 274 1 943
Bourgogne-Franche-Comté 26 4 4 110 1 065
Provence-Alpes-Côte d’Azur 343 43 6 370 988
Occitanie 138 22 3 100 524
Bretagne 65 6 1 383 269
Nouvelle-Aquitaine 70 11 2 336 433
Normandie 67 2 1 901 447
Centre Val-de-Loire 55 7 2 388 574
Pays de la Loire 91 6 2 409 492
Corse 9 1 258 59
Martinique 13 4 103 17
Guadeloupe 18 7 95 19
La Réunion 67 13 207 7
Guyane 85 13 1 493 54
Mayotte 7 1 442 28
TOTAL 4 535 387 86 177 20 089

 

Le premier décès du coronavirus est survenu à Paris le 14 février, il s’agissait d’un patient chinois de 80 ans. Au 28 août 2020, 30 596 personnes sont décédées en France, dont 20 089 personnes au sein des établissements hospitaliers et 10 507 en établissements sociaux et médico-sociaux (ESMS). Néanmoins, le nouveau coronavirus aurait causé entre 25 000 et 30 000 décès supplémentaires en France entre le 2 mars et le 31 mai, selon une synthèse publiée par Santé Publique France le 23 juillet. “Parmi les 25 030 décès en excès toutes causes confondues, 23 400 personnes décédées étaient âgées de 65 ans ou plus et 1 510 personnes étaient âgées de 15-64 ans. Dans cette dernière classe d’âges, ce sont les personnes de 45-64 ans qui ont été touchées. Inversement, la mortalité chez les enfants de moins de 15 ans a diminué de 14% sur la période au niveau national” explique Anne Fouillet, responsable de la surveillance de la mortalité à la Direction Appui, Traitements et Analyses des données (DATA) de Santé publique France.

• La proportion de décès en excès chez les hommes était supérieure à celle des femmes.

• D’après l’ECDC (Centre européen de surveillance et de prévention des maladies infectieuses) pour la zone de l’Union Européenne et du Royaume-Uni, la France est le 6e pays ayant déclaré le plus grand nombre de décès associés à la COVID-19 pour 100 000 habitants depuis le début de l’épidémie, après la Belgique, le Royaume-Uni, l’Espagne, l’Italie et la Suède.

L’Ile-de-France est la région qui a été la plus impactée (+64% par rapport à la mortalité attendue), suivie du Grand-Est (+37%) et en particulier les départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle. En Ile-de-France, aussi bien les personnes de 15-44 ans que celles de 45-64 ans ont été concernées par un excès de décès.

Courbe d’évolution du nombre quotidien de personnes nouvellement décédées pour Covid-19 à l’hôpital en France

Nombre quotidien de personnes nouvellement décédées pour covid-19
Nombre quotidien de personnes nouvellement décédées pour covid-19 © Géodès/ Santé publique France

Carte des décès en France

Qui est le plus touché par cette pandémie ? Qui en meurt le plus ? A quel âge ? Les plus de 60 ans ou les personnes plus jeunes ? Les enfants sont-ils touchés ? Pour pouvoir mieux se protéger, il est important de connaître le profil des personnes à risque. Âge, sexe, facteurs de risque, comorbidités… Portrait-robot des victimes du Covid-19.

Où se faire dépister du Covid-19 ?

Détecter le coronavirus permet de suivre l’évolution de l’épidémie dans le pays et la circulation du virus particulièrement depuis le déconfinement. Le 25 juillet, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a annoncé que les tests PCR étaient possibles pour tous les Français, sans ordonnance du médecin, sans qu’ils présentent des symptômes et remboursés à 100%. Le dépistage peut aussi se faire sans ordonnance pour les cas contacts lors de la découverte de cluster, ou lors de campagnes de dépistages organisées gratuitement par les villes. Le 17 août, l’Agence régionale de Santé (ARS) de l’Île-de-France lance une plateforme de dépistage dans la région pour faciliter et accélérer les dépistages. Cet outil est dédié aux médecins qui pourront appeler la plateforme téléphonique, être rapidement mis en relation avec des laboratoires et orienter en 24 heures les patients présentant des symptômes évocateurs du Covid-19 vers un centre de dépistage. Au 26 août, le taux de positivité des tests est de 3.7%, en forte augmentation (+42%) par rapport à la semaine précédente. En semaine 34, 726 235 personnes ont été testées par test RT-PCR. 16 171 ont eu lieu dans les aéroports d’Île-de-France. Parmi les personnes testées, 26 890 se sont avérées positives. Ce nombre est en augmentation de 57% par rapport à la semaine précédente. Le taux de dépistage (nombre de personnes testées rapporté à la population) hebdomadaire est de 1 082/100 000 habitants. Le taux de positivité national hebdomadaire est de 3.7%, en forte augmentation (+20%) par rapport à la semaine précédente. 

Dans son point épidémiologique du 27 août, Santé publique France indique qu’au total, 1 097 clusters ont été signalés depuis le début de l’épidémie incluant 12 428 cas. En semaine 34 (17 au 23 août), 192 clusters ont été signalés. En moyenne, on comptabilise 9 cas par cluster, contre 17 en mai-juin. Au 24 août, 352 clusters, soit 32% du total des clusters, étaient en cours d’investigation, dont 66 en criticité élevé (potentiel de transmission, critères de gravité…), 10.6% des clusters sont maîtrisés, 57.2% sont clôturés et 0.2% sont impliqués dans une diffusion communautaire. Parmi les 1 097 clusters signalés au total, le milieu familial élargi (plusieurs foyers) et les événements publics/privés rassemblant de manière temporaire des personnes restaient parmi les types de collectivités les plus représentés (26%), avec les établissements de santé (ES) (12%) et les entreprises hors ES (27%). 169 clusters en Ehpad ont été signalés : 26% sont en cours d’investigation (ils sont localisés en métropole et sont répartis sur 11 des 13 régions métropolitaines), 4% sont maîtrisés et  70% sont clôturés.  

Répartition des clusters en France selon leur statut au 27 août
Nombre total de clusters signalés 1 097
Pourcentage de clusters clôturés 57.2%
Pourcentage de clusters en cours d’investigation 32%
Pourcentage de clusters maîtrisés 10.6%
Pourcentage de clusters avec “diffusion communautaire” 0.2%

Quels sont les gestes barrières ?

Comme il n’y a ni vaccin, ni médicament efficace contre le coronavirus, le meilleur moyen de s’en protéger – surtout depuis le déconfinement et pour prévenir une deuxième vague – est l’application de mesures barrière : respect de la distanciation physique minimale d’un mètre, réduction du nombre de nos contacts doivent être respectés par tous et port du masque obligatoire dans les lieux publics fermés (banques, commerces…) à partir de 11 ans et en extérieur dans certaines villes. Les personnes âgées ou atteintes de pathologies chroniques (atteintes respiratoire, cardiaque, obésité, diabète…) considérées comme des facteurs de risque de développer une forme grave de la maladie sont appelées à la plus grande prudence tant que le virus circule.

Symptômes : dans quel ordre apparaissent-ils, que faire ?

Si au début, on ne parlait que de fièvre, toux sèche, rhume, état grippal et de fatigue, les symptômes de l’infection par le coronavirus ont évolué. On sait désormais que le virus peut avoir des effets sur la peau (urticaire, autres affections dermatologiques), la sphère digestive (vomissements, diarrhées…), l’odorat, le goût et même le cerveau. Santé Publique France a indiqué le 20 août que plus de la moitié (52%) des infections par le SARS-CoV-2 restent asymptomatiques, surtout les personnes jeunes, de moins de 44 ans, et que parmi les personnes symptomatiques, “25% avaient présenté des symptômes le jour ou la veille du prélèvement ; 54% entre 2 et 4 jours avant le prélèvement, 20% entre 5 et 7 jours avant le prélèvement et 1% plus de 7 jours avant le prélèvement“. Dans une étude publiée le 13 août 2020 dans la revue Science Daily, des chercheurs de l’Université de la Californie du Sud (USC) ont tenté de définir l’ordre probable d’apparition des symptômes du Covid-19 : en premier, une fièvre, une toux, puis des douleurs musculaires, des nausées et/ou des vomissements et enfin, des diarrhées. Pour parvenir à leurs résultats, ils se sont concentrés sur les symptômes les plus objectifs (toux, fièvre…) et ont exclu les symptômes plus subjectifs comme les effets neurologiques ou la perte d’odorat. “Connaître l’ordre des symptômes du COVID-19 peut aider les patients à se faire soigner rapidement ou à décider le plus tôt possible de s’auto-isoler. Cela peut également aider les médecins à exclure d’autres maladies“, expliquent les chercheurs. 

Dès les premiers signes évocateurs de la maladie COVID-19, consultez votre médecin traitant ou un médecin de permanence afin qu’il puisse vous prescrire un test de recherche du virus (PCR) et respectez scrupuleusement l’isolement. “Les capacités de tests virologiques pour rechercher le virus de la maladie COVID-19 sont disponibles sur tout le territoire. Tout est fait pour tester rapidement, tracer les personnes contacts, isoler les porteurs du virus et mettre en quatorzaine leurs personnes contacts, prendre en charge de façon optimale les personnes malades” a rappelé le ministère de la Santé dans un communiqué du 11 mai.

  • Si vous présentez des symptômes (toux, fièvre, mal de tête) : éviter les contacts, rester à domicile, prenez du paracétamol si besoin, appeler un médecin pour prendre rendez-vous dans l’éventualité qu’il vous fasse passer un test de dépistage. 
  • Appeler le 15 en cas de difficultés respiratoires : “Si cette toux et cette fièvre s’accompagnent d’une gêne respiratoire qui devient permanente avec souffle court, difficulté à inspirer et à expirer, d’une aggravation importante de la toux, cela peut signifier une évolution de la maladie sous la forme d’une pneumopathie. Il s’agit alors d’une urgence respiratoire potentielle et comme dans tous les cas d’urgence, il faut alors appeler le 15 qui prendra les meilleures dispositions pour répondre à la situation”, prévient le Dr Patrick Aubé, médecin généraliste.

L’épidémie de Covid-19 est également virulente au niveau international. 

En Amérique du Nord : Les Etats-Unis sont le pays le plus touché par l’épidémie. Le pays enregistrait en juillet dernier des pics à plus de 70 000 nouveaux cas par jour. Au 25 août, il tourne autour des 40 000 nouveaux cas par jour. Ces trois dernière semaines, le nombre de nouveaux cas ont baissé d’un tiers et le nombre de décès reste stable aux alentours d’un millier par jour depuis la fin du mois de juillet. Ce nombre devrait en toute logique diminuer. “J’espère que la semaine prochaine, nous commencerons à voir une réduction” de la mortalité, a déclaré le directeur des Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), Robert Redfield, lors d’un échange en ligne avec la revue médicale Jama le jeudi 20 août.

En Amérique du Sud : le Brésil, le Mexique, la Colombie, le Pérou et l’Argentine figurent parmi les 10 pays les plus touchés par la pandémie de coronavirus. Sur la totalité des cas enregistrés dans le monde, plus d’un quart sont en Amérique du Sud. L’Amérique latine et les Caraïbes sont devenues le 7 août la région du monde la plus endeuillée après l’Europe.

En Asie du Sud-Est : l’Inde est le troisième pays qui comptabilise le plus de cas dans le monde, le Bangladesh et les Philippines font état également d’un nombre important de cas et de décès. Malgré la hausse de cas, l’Inde a annoncé le 29 aout assouplir les restrictions pour tenter de relancer son économie. Les rassemblements culturels, sportifs ou politiques pourront à partir du mois de septembre avoir lieu dans une limite de 100 personnes et à condition que les participants portent des masques et respectent les gestes barrières.

En Afrique : le continent a dépassé le seuil du million de cas. Les 5 pays qui recensent le plus de cas sont l’Afrique du Sud, L’Egypte, le Maroc, le Nigéria et le Ghana.

En Europe : l’Espagne, l’Italie, la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne et la Belgique connaissent un rebond épidémique depuis juillet.

  • L’Espagne annonce le recours aux forces armées qui seront chargées notamment de faire le traçage des cas. Le manque de moyens humains dans les régions les plus touchées a été pointé du doigt en Espagne comme l’une des raisons de la forte reprise de l’épidémie. Le masque est rendu obligatoire à l’école dès 6 ans. 
  • Le 22 août, l’Italie dépasse la barre des 1 000 nouveaux cas par jour et la Sardaigne devient le nouvel épicentre de l’épidémie, particulièrement la célèbre Costa Smeralda.
  • En Belgique, Bruxelles reste la province la plus touchée mais depuis le 15 août, le nombre de cas détectés sur une semaine a diminué par rapport à la semaine précédente. A l’échelle du pays, le nombre d’hospitalisation a diminué de 16% et les nouveaux cas sont en recul. 
  • L’Allemagne enregistre entre 400 et 500 nouveaux cas par jour. Le 25 août, le pays a placé l’Île-de-France, Paris et la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur (PACA) en zones à risques, rapporte le ministère des Affaires étrangères. Les voyageurs en provenance de ces régions qui reviennent en Allemagne devront se soumettre à un test de dépistage et se mettre en quarantaine dans l’attente des résultats. 
  • Le Royaume-Uni reste le pays le européen le plus touché par le coronavirus. Face à la quatorzaine imposée aux voyageurs arrivant au Royaume-Uni, la France va décider des mesures de “réciprocité”, a précisé le 24 août le secrétaire d’État chargé des Affaires européennes.

Répartition des cas de Covid-19 dans le monde par continent au 26 août 2020

Répartition des cas de Covid-19 dans le monde
Répartition des cas de Covid-19 dans le monde par continent au 26 août 2020 © Ecdc.europa.eu

Une carte interactive montrant l’évolution de l’épidémie de coronavirus dans le monde en temps réel a été mise au point par l’éditeur de cartographie en ligne HERE Technologies. Basée sur des données du Center for Systems Science and Engineering (CSSE) de l’Université Johns Hopkins et de DXY, cette carte permet de suivre la progression du nombre de personnes infectées rapportées par les agences gouvernementales, ainsi que le nombre de décès.

Combien de décès à cause du coronavirus dans le monde ?

NOMBRE DE MORTS DU CORONAVIRUS DANS LES 30 PAYS LES PLUS TOUCHES. Dimanche 30 août à 16h35

PAYS NOMBRE DE MORTS
Etats-Unis 182 786
Brésil 120 262
Mexique 63 819
Inde 63 498
Royaume-Uni 41 585
Italie 35 473
France 30 607
Espagne 29 011
Pérou 28 607
Iran 21 462
Colombie 19 063
Russie 17 045
Afrique du Sud 13 981
Chili 11 181
Belgique 9 891
Allemagne 9 300
Canada 9 161
Argentine 8 353
Indonésie 7 343
Irak 6 891
Equateur 6 537
Pakistan 6 288
Pays-Bas 6 252
Turquie 6 284
Suède 5 821
Egypte 5 376
Bolivie 4 938
Chine 4 722
Bangladesh 4 248
Arabie Saoudite 3 870
Roumanie 3 578
Autres 61 561
  843 286

 Sources : Université John HopkinsWHOCDCECDCNHC and DXY.

Combien de cas de coronavirus dans le monde ?

NOMBRE DE CAS CONFIRMÉS ET PRÉSUMÉS POSITIFS AU CORONAVIRUS DANS LES 20 PAYS LES PLUS TOUCHÉS. Dimanche 30 août à 16h40

PAYS CAS CONFIRMES DE CORONAVIRUS NOMBRE D’HABITANTS TOTAL (en millions)
 Etats-Unis
5 963 235
327,2 
Brésil
3 846 153
211.7
Inde
3 542 733
1 353
Russie
987 470
144.5
Pérou
639 435
31.9
Afrique du Sud
622 551
57.8
Colombie
599 884
49
Mexique
591 712
126.2
Espagne
439 286
47
Chili
408 009
18.7
Argentine
401 239
44.5
Iran
373 570
81
Royaume-Uni
334 926
66
Arabie Saoudite 314 821 33.7
Bangladesh
310 822
161.4
Pakistan
295 636
212.2
France 310 400 67
Italie
266 853
60.5
Turquie
267 064
83
Allemagne
242 981
83
Autres pays 5 142 171  
TOTAL 25 042 382 3 109,3

 

> Voir le nombre de cas dans d’autres pays 

Sources : Université John HopkinsWHOCDCECDCNHC and DXY.

Depuis le 1er juillet, l’Union européenne a rouvert ses frontières à 15 pays hors de l’Europe, néanmoins sous certaines conditions sanitaires. Dans son communiqué du 31 juillet, le ministère de la Santé rappelle qu’à partir du 1er août :

  • Test virologique RT-PCR obligatoire avant toute entrée sur le territoire français pour 16 pays où la circulation du virus est considérée comme particulièrement active.
  • Test RT-PCR obligatoire pour tout le monde avant d’embarquer pour les Outre-Mer.
  • Depuis début juillet, seuls les ressortissants des pays de l’Espace Schengen ainsi qu’une liste limitée de pays où le virus circule faiblement peuvent se rendre librement en France. Les ressortissants de tous les autres pays doivent fournir un motif impérieux de déplacement.

En France, les passagers doivent présenter au transporteur aérien, avant leur embarquement, une déclaration sur l’honneur attestant qu’ils ne présentent pas de symptôme d’infection au covid-19 et qu’ils n’ont pas connaissance d’avoir été en contact avec un cas confirmé de covid-19 dans les quatorze jours précédant le vol. Ils doivent porter un masque de protection. Les masques en tissu (grand public) ne sont pas autorisés à bord des avions et dans les aéroports. Un décret gouvernemental (décret 2020-860 du 11 juillet) préconise uniquement le port du masque chirurgical, et donc jetable. Pour rappel, le président de la République avait annoncé le 16 mars la fermeture des frontières de l’Europe et de l’espace Schengen. La Direction Générale de la Santé recommande dans son point de situation quotidien de se faire tester “à son retour de vacances, particulièrement “si on est parti dans une zone de circulation active du virus“.

L’Asie enregistre une recrudescence de cas dans certains pays ayant réussi initialement à contenir l’épidémie : Japon (Tokyo), Hong-Kong (qui rend le port du masque obligatoire en public, n’autorise que la vente à emporter depuis le 27 juillet), Corée du Sud, rapporte Santé Publique France fin 23 juillet. Les autorités chinoises ont annoncé le 12 août qu’une femme de 68 ans, hospitalisée dans la province du Hubei où le Covid a été initialement détecté l’an dernier, était porteuse du virus, alors qu’elle avait été considérée comme guérie en début d’annéeLe Vietnam a enregistre son premier décès vendredi 31 juillet. La Corée du Nord s’est mise en état d’urgence maximale suite à la découverte de son premier cas suspecté. Cette vague a été signalée récemment dans la province de Xinjiang, dans l’ouest du pays, où 89 des nouveaux cas ont été enregistrés.

• Toute personne désirant se rendre en Chine en avion doit présenter avant le départ un test Covid-19 négatif réalisé dans les cinq jours précédant le décollage. La mesure s’applique à tous les passagers, sans distinction de nationalité. Toute arrivée en provenance de l’étranger fait l’objet d’une mise en quarantaine pour une période de 14 jours dans un lieu désigné par les autorités locales. Tout refus de se soumettre aux dispositions sanitaires légales chinoises (prise de température, test, quarantaine, soins hospitaliers) de la part des ressortissants étrangers peut entraîner l’expulsion du territoire chinois accompagnée d’une interdiction d’entrée en Chine de 5 à 10 ans, rappelle le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué mis à jour le 23 juin.

• L’équivalent de l’application StopCovid en France est obligatoire en Chine pour pouvoir tracer tous les contacts positifs au virus.

• Les cinémas ont rouvert mais dans des conditions drastiques : billets vendus uniquement en ligne, distance entre les sièges, consommation d’aliments et de boissons interdites pendant les projections, port du masque obligatoire.

Aux Etats-Unis, les chiffres continuent d’exploser : 1 074 nouveaux décès au cours des dernières 24 heures. Au 30 août, le bilan des cas s’élève à plus de 5 963 200 et le bilan des décès, à 182 786. Il s’agit du pays le plus fortement touché par l’épidémie. Des disparités régionales persistent. Les trois Etats les plus peuplés du pays – Californie, Floride et Texas – rapportent des hausses inédites, ce qui a provoqué une surcharge des hôpitaux et contraint les Etats à faire marche arrière sur le déconfinement qu’ils avaient entamé. Alors que les écoles rouvrent progressivement, les experts s’inquiètent d’une “poussée surprenante” des cas chez les jeunes (enfants et adolescents).  Malgré ces chiffres, l’épidémie régresse aux USA. Les hospitalisations ont baissé d’un tiers depuis le pic de juillet, selon le Covid Tracking Project et le nombre de décès se stabilise depuis la fin juillet. “J’espère que la semaine prochaine, nous commencerons à voir une réduction” de la mortalité, espère Robert Redfield, le directeur des Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) ce jeudi 20 août.

Courbe des nouveaux cas de coronavirus par jour aux Etats-Unis jusqu’au 17 août 2020

Courbe des nouveaux cas de coronavirus aux Etats-Unis jusqu'au 17 août 2020
Courbe des nouveaux cas de coronavirus aux Etats-Unis jusqu’au 17 août 2020 © Université John Hopkins

En conséquence :

→ La Californie referme ses restaurants et cinémas depuis le 13 juillet.

→ New York a rouvert ses plages au 2 juillet. Les musées comme le Met, le musée Whitney, le MoMA annoncent leur réouverture le 27 août.

→ Le Texas rend le port du masque obligatoire dans les lieux publics.

→ Plusieurs grandes enseignes imposent le port du masque : Best Buy, Starbucks, Warlmart.

→ New York, Los Angeles, Houston : plusieurs grandes villes ont décidé que la rentrée scolaire serait largement, voire totalement en ligne, optant pour le principe de précaution. 

→ A Washington, le port du masque est obligatoire à partir du 23 juillet, dès que la population sort de chez elle.

Sans parler de deuxième vague, les chiffres en Italie inquiètent. Le virus est toujours présent dans le pays : l’Italie enregistre son pire bilan depuis la levée du confinement au mois de mai : plus de 1 000 nouveaux cas sont comptabilisés au cours des dernières 48 heures et 43 décès en 24 heures. Le bilan des personnes qui ont succombé au virus depuis le début de l’épidémie s’élève désormais à 35 473La région de Rome a comptabilisé en 24 heures un nombre record de nouveaux cas de coronavirus établi à 215, principalement liés à des retours de vacances, justifient les autorités sanitaires. “Par rapport aux mois sombres de mars-avril, où l’épidémie était concentrée dans le nord, en Lombardie, elle est maintenant répandue dans tout le pays avec des centaines de foyers […] Le phénomène est en partie lié aux vacanciers“, estime le président du Conseil supérieur de la santé, Franco Locatelli. Et d’ajouter : “selon les régions, 25 à 40 % des cas ont été importés par des concitoyens de retour de voyage ou par des étrangers résidant en Italie“. Dans ce contexte, le Sénat italien prolonge jusqu’au 15 octobre l’état d’urgence sanitaire.

Pour enrayer la propagation du coronavirus, l’Italie a pris une série de mesures restrictives, comme le fait de rendre obligatoire jusqu’au 7 septembre des tests de détection du Covid-19 chez tous les voyageurs en provenance de Croatie, Grèce, Malte et Espagne, le maintien de la fermeture de ses frontières aux ressortissants de 14 pays “à risque”: Arménie, Bahreïn, le Bangladesh, le Brésil, la Bosnie-Herzégovine, le Chili, le Koweït, la Macédoine du Nord, la Moldavie, Oman, le Panama, le Pérou, la République dominicaine, la Colombie. Le 16 août, le pays décide également de fermer ses discothèques et boîtes de nuit de plein air et d‘imposer le port du masque dans les lieux publics entre 18h et 6h du matin, selon un décret signé par le ministre de la Santé italien, Roberto Speranza. Depuis le 13 juin, il est possible de se rendre en Italie (sauf pour les ressortissants des 13 pays à risque). Les trafics aérien et ferroviaire ont repris quasiment normalement. Le port du masque peut varier selon les régions, il est donc recommandé de toujours s’en munir. Par ailleurs, les régions des Pouilles et de Campanie vont imposer une quarantaine aux voyageurs en provenance d’Espagne, de Grèce et de Malte, considérés comme à risque pour la propagation du virus, a indiqué le 12 août la presse italienne. La Sicile devrait appliquer la même mesure. Les établissements scolaires rouvriront le 14 septembre, avec une série de mesures de distanciation sociale et une “sécurité maximale”, a indiqué le Premier ministre Giuseppe Conte. Rappelons que le pays avait été confiné le lundi 9 mars. Le pic de l’épidémie aurait été atteint le 5 avril.

Courbe des nouveaux cas de coronavirus par jour en Italie jusqu’au 17 août 2020

Courbe des nouveaux cas de coronavirus par jour aux Etats-Unis jusqu'au 17 août 2020 © Université John Hopkins
Courbe des nouveaux cas de coronavirus par jour aux Etats-Unis jusqu’au 17 août 2020 © Université John Hopkins

Autres actualités liées au coronavirus : 

DATES CLÉS DE L’ÉPIDÉMIE
  • Le 31 décembre 2019, l’Organisation mondiale de la Santé en Chine est informée de plusieurs cas de pneumonies dans la ville de Wuhan. 44 personnes sont infectées entre cette date et le 3 janvier 2020.
  • Le 7 janvier 2020, les autorités chinoises identifient un “nouveau type de coronavirus”.
  • Le 13 janvier, un cas importé est recensé en Thaïlande.
  • Le 15 janvier, le virus cause la mort d’une première personne à Wuhan, un homme de 69 ans. 
  • Le 23 janvier, trois villes chinoises dont Wuhan sont placées en quarantaine.
  • Le 25 janvier, trois personnes contaminées sont recensées en France, deux à Paris et une Bordeaux. Ce sont les premiers cas enregistrés sur le continent européen.
  • Le 30 janvier, l’Organisation mondiale de la Santé décrète l’urgence de santé mondiale. Cette mesure n’avait été décrétée que 5 fois depuis sa création (pour Ebola (deux fois), la grippe H1N1, Zika et la poliomyélite). 
  • Le 23 février, la France déclenche le plan ORSAN, un dispositif exceptionnel d’organisation des soins.
  • Le 28 février, la France passe en stade 2 de l’épidémie.
  • Le 11 mars, l’OMS classifie de pandémie la diffusion de la maladie à coronavirus Covid-19 dans le monde.
  • Le 12 mars, le président de la République Emmanuel Macron annonce la fermeture nationale des crèches et établissements scolaires de France à compter du 16 mars et “jusqu’à nouvel ordre”.
  • Le 13 mars, l’OMS désigne désormais l’Europe comme épicentre.
  • Le 14 mars, la France passe au stade 3 de l’épidémie.
  • Le 16 mars, l’Europe ferme ses frontières ainsi que celles de l’espace Schengen. La France met en place un dispositif de confinement interdisant les déplacements.
  • Le 18 mars le premier transfert de patients Covid-19 en France est réalisé grâce à l’Armée, par voie terrestre et aérienne. 
  • Le 20 mars, plusieurs villes françaises, dont Nice, Montpellier, Perpignan, Arras… imposent un couvre-feu le soir et la nuit.
  • Le 26 mars, un premier cas jeune meurt en France, une adolescente de 16 ans, en Ile-de-France originaire de Morsang-sur-Orge.
  • Le 27 mars, le confinement de la population française est renouvelé jusqu’au 15 avril.
  • Le 2 avril, le million de cas de coronavirus dans le monde est dépassé, et plus de 51.000 morts, selon le décompte de l’hôpital américain de référence Johns-Hopkins.
  • Le 13 avril, Emmanuel Macron annonce le prolongement du confinement jusqu’au 11 mai.
  • Le 15 avril, le cap des 2 millions de cas de coronavirus dans le monde est franchi, et près de 129 000 décès, selon les chiffres données par l’hôpital américain de référence Johns-Hopkins.
  • Le 27 avril, 3 millions de cas de coronavirus sont répertoriés dans le monde, et plus de 208 000 décès, selon les chiffres données par l’hôpital américain de référence Johns-Hopkins.
  • Le 28 avril, le gouvernement français présente son plan de déconfinement valable à partir du 11 mai.
  • Le 11 mai, la France commence son déconfinement.
  • Le 21 mai, 5 millions de cas de coronavirus sont répertoriés dans le monde, et plus de 329 800 décès, selon les chiffres données par l’hôpital américain de référence Johns-Hopkins.
  • Le 28 mai, le Premier ministre Edouard Philippe annonce les mesures de la phase 2 du déconfinement en France en vigueur du 2 au 22 juin.
  • Le 31 mai, 6 millions de cas de coronavirus sont répertoriés dans le monde, et plus de 369 244 décès, selon les chiffres données par l’hôpital américain de référence Johns-Hopkins.
  • Le 7 juin, le cap des 400 000 morts est franchi (400 792) dans le monde et près de 7 millions de cas (6 944 916), selon les chiffres données par l’hôpital américain de référence Johns-Hopkins.
  • Le 15 juin, toute la France passe en zone verte, sauf Mayotte et la Guyane. A Paris, les restaurants et bars peuvent rouvrir complètement.
  • Le 22 juin, les écoles sont de nouveaux obligatoires en France pour tous les élèves. Les cinémas, salles de jeux, casinos rouvrent. Les sports collectifs peuvent être autorisés tout en respectant certaines conditions sanitaires.
  • Le 28 juin, le cap des 10 millions de cas de coronavirus est franchi dans le monde, et les 500 000 décès ont été atteints dans la nuit du 28 au 29 juin 2020, selon les chiffres de l’hôpital américain de référence Johns-Hopkins.
  • Le 10 juillet, la France a franchi la barre des 30 000 morts. Dans la nuit du 10 au 11 juillet à minuit, l’état d’urgence sanitaire prend fin en France.
  • Le 20 juillet, le port du masque est obligatoire dans les lieux publics clos en France.
  • Le 11 août, le cap des 20 millions de cas de coronavirus est franchi dans le monde, et les 730 000 décès ont été atteints, selon les chiffres de l’hôpital américain de référence Johns-Hopkins.

Cet article est mis à jour quotidiennement par Aurélie Blaize, Anaïs Thiébaux et Samantha Pagès



Source link