inquiétudes en France, mutation du virus


[Mis à jour le vendredi 21 août à 16h38] La pandémie de coronavirus ne cesse de gagner du terrain dans le monde entier. A date, 188 pays sont ou ont été touchés par le virus, plus de 22.6 millions de personnes ont été contaminées, 793 773 en sont décédées selon les dernières statistiques de l’Université John Hopkins depuis l’apparition du nouveau coronavirus en décembre 2019 à Wuhan, en Chine. Les Etats-Unis sont largement le pays le plus touché avec plus de 5.5 millions de cas et près de 175 000 décès. Viennent ensuite le Brésil, l’Inde, la Russie et l’Afrique du Sud. En Europe, le virus a particulièrement été agressif en France, en Espagne, en Italie, en Allemagne et au Royaume-Uni. La France fait état de 225 043 cas confirmés de COVID-19 et de 30 451 décès, selon le bulletin national du 20 août de Santé Publique France. 4 771 nouveaux cas ont été détectés au cours de ces dernières 24 heures, du jamais vu depuis le 14 avril, date à laquelle la France était confinée depuis près d’un mois. 4 823 personnes sont actuellement hospitalisées, dont 380 cas en réanimation. “On n’a pas tiré les leçons de cette première vague“, estime Gilles Pialoux, chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital Tenon (AP-HP) à Paris. On observe une forte progression de la circulation du virus du SARS-COV-2 chez les jeunes adultes, notamment les 20-40 ans. “La circulation du virus tend à s’accélérer, alerte Olivier Véran, ministre de la Santé sur BFMTV ce vendredi 21 août. Nous avons fait hier plus de 5 000 diagnostics en 24 heures, c’est une augmentation de 40 % du nombre de cas sur une semaine“Pour freiner la propagation du virus, les mesures sanitaires sont renforcées. Le port du masque est obligatoire dans tous les lieux clos (restaurants, magasins, supermarchés, musées…) depuis le 20 juillet, mais aussi à l’extérieur, dans la rue, les marchés et les parcs dans de nombreuses villes de France (Paris, Nantes, Montpellier…). Toulouse et Nice ont même généralisé le port du masque dans toute la ville. Le 1er septembre, le port du masque sera même obligatoire en entreprise (publique ou privée), en open-space, dans les salles de réunion, les couloirs, les ascenseurs, les espaces cafétérias… et le télétravail doit être plus que jamais priorisé, particulièrement si la distanciation physique d’un mètre ne peut pas être respectée. 

Carte de France du taux d'incidence au 16 août 2020
Carte de France du taux d’incidence au 16 août 2020 © Gouvernement.fr

La France est déconfinée mais toujours en stade 3 de coronavirus depuis le 14 mars puisque le virus circule sur tout le territoire et plus uniquement dans certaines régions et villes. Depuis mi-juin, le nombre de nouveaux cas confirmés de COVID-19 augmente régulièrement. On observe une forte progression de l’incidence (+42%) et du taux de positivité (+42%), indique Santé publique France dans son bulletin national du 20 août. Au 16 août, le taux national d’incidence (nombre de nouveaux cas rapportés à la population) était de 25 cas/100 000 habitants. Au 19 août, il est ainsi estimé un total de 225 043 cas confirmés de COVID-19 en France.

Hospitalisations. Depuis le 1er mars 2020, 1 541 établissements de santé ont déclaré au moins un cas de COVID-19 hospitalisé et 109 462 patients ont été hospitalisés depuis le 1er mars. L’âge médian des patients est de 72 ans et 52% sont des hommes. 84 309 patients sont retournés à domicile. Le 18 août 2020, 4 823 cas de COVID-19 étaient hospitalisés en France dont 380 cas en réanimation. Le nombre de nouvelles hospitalisations pour COVID-19 a augmenté pour la quatrième semaine consécutive en semaine 33 (du 10 au 16 août) : 1 008 en S33 versus 604 en S29

► Actes médicaux. Depuis le 3 mars, 74 453 actes médicaux SOS Médecins pour suspicion de Covid-19 ont été enregistrés (données arrêtées le 16 août), dont 2 052 actes médicaux du 10 au 16 août (semaine 33). Après une baisse observée au cours des trois semaines précédentes, ces actes sont cette semaine en hausse de 11% par rapport à la semaine dernière. 

Dépistage et taux de positivité. En semaine 33, 547 867 personnes ont été testées par test RT-PCR. 12 293 ont eu lieu dans les aéroports d’Île-de-France. Parmi les personnes testées, 16 747 se sont avérées positives. Ce nombre est en augmentation de 43% par rapport à la semaine précédente. Le taux de dépistage (nombre de personnes testées rapporté à la population) hebdomadaire est de 816/100 000 habitants. Le taux de positivité national hebdomadaire est de 3.1%, en forte augmentation (+42%) par rapport à la semaine précédente. 

Bilan par département. 54 départements métropolitains ont un taux d’incidence supérieur à 10/100 000 habitants en semaine 33 (contre 33 en semaine 32). 23 ont un taux d’incidence supérieur à 20/100 000. Les Bouches-du-Rhône sont le département avec le taux d’incidence le plus élevé (85/100 000), suivi par Paris (74/100 000), mais ce dernier comprend également les dépistages effectués aux aéroports de Roissy et d’Orly. Le taux de positivité est supérieur à 5% dans 4 départements : Val-de-Marne (5.4%), Bouches-du-Rhône (5.2%), Sarthe (5.2%) et Seine-Saint-Denis (5.1%), alors qu’aucun département n’avait franchi ce seuil la semaine précédente. En Mayenne, le nombre de cas confirmés a diminué en S33 (69 vs 83 en S32). Le taux de positivité était en revanche en augmentation, 1,8 % vs 1,1% en S32. 

Situation en Outre-Mer. L’épidémie est en régression en Guyane et Mayotte. En Guyane, le taux d’incidence est en baisse par rapport à la semaine précédente (104/100 000 contre 122/100 000). En revanche, la circulation du virus est en augmentation aux Antilles et à la Réunion. 

A quel âge est-on le plus touché ? En semaine 33, par rapport à la S32, le nombre de cas a augmenté dans l’ensemble des classes d’âge mais l’augmentation était plus importante chez les 15-44 ans et les 45-64 ans : +23% chez les 0-14 ans, +48% chez les 15-44 ans, +49% chez les 45-64 ans, +16% chez les 65-74 ans et +17% chez les 75 ans et plus.

→ La carte des départements en vigueur depuis le 2 juin, a classé en vert tous les départements de France métropolitaine. Seuls Mayotte et Guyane sont en orange puisque l’épidémie y est encore très active.

→ En France métropolitaine, le pic épidémique a été observé la semaine du 23-29 mars, soit une semaine après la mise en œuvre des mesures de confinement de la population générale, le 17 mars 2020. Le nombre le plus élevé de nouvelles hospitalisations pour COVID-19 a été observé au cours de la semaine du 30 mars au 5 avril.

Courbe d’évolution du R effectif (taux de reproduction) du virus Sars-CoV-2 en France entre le 1er juin et le 16 août.

Taux de reproduction effectif R du coronavirus © Gouvernement.fr
Taux de reproduction effectif R du coronavirus au 16 août © Gouvernement.fr

“La deuxième vague a démarré il y a une dizaine de jours environ” estime le Pr Djillali Annane chef du service de réanimation à l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches, lundi 10 août sur LCI, “Le plus à craindre est devant nous“. Le Conseil scientifique du Covid-19 avait indiqué dans un Avis le 27 juillet qu'”Il est hautement probable qu’une seconde vague épidémique soit observée à l’automne ou hiver prochain”. Ce retour du virus pourrait se faire dès novembre ou plus tard dans l’hiver et depuis l’hémisphère Sud. Pour ses membres, les deux priorités sont de “définir, clarifier et présenter rapidement une nouvelle doctrine d’utilisation des tests (vision de diagnostic d’une part, vision de dépistage et de santé publique d’autre part, par les autorités de santé; et de rendre l’accès aux tests plus accessible au ” consommateur ““. Il explique que “l’anticipation des autorités sanitaires à mettre en place opérationnellement les plans de prévention, de prise en charge, de suivi et de précaution est un élément majeur”. Le risque de reconfinement de la population est envisageable en France si l’épidémie de coronavirus reprend plus intensément dans les semaines à venir. Le 3 août, le Premier ministre Jean Castex, en déplacement dans le Nord, à Roubaix, a déclaré : “J’appelle chaque Français, chaque Française, à rester très vigilant car la lutte contre ce virus dépend bien-sûr de l’État, mais dépend aussi de chacun et chacune d’entre nous“. Ces efforts sont nécessaires pour “éviter un reconfinement généralisé” a-t-il ajouté. Le 25 juillet, le ministre de la Santé Olivier Véran avait indiqué dans une interview au Parisien que l’éventualité d’un reconfinement partiel ou de fermeture de certains bars et établissements nocturnes était à l’étude. Quelques jours plus tôt, le 21 juillet, le Président du Conseil Scientifique du Covid-19, le Pr Jean-François Delfraissy déclarait sur BFM TV et RMC que la France était “sur une ligne de crête”. Selon lui, la disparition du virus ou son installation chronique sur une longue période sont deux hypothèses moins réalistes que le scénario d’une “vraie deuxième vague”, “arrivant du sud, pour octobre, novembre, décembre (…) qu’on traitera de façon différente”.  Interrogé sur RMC/BFMTV le 8 juillet, Jean Castex, avait indiqué qu’en cas de seconde vague, il n’y aurait pas de reconfinement général comme au mois de mars avec des “conséquences terribles, économiques et humaines“, mais qu'”un plan de reconfinement ciblé était prêt“. Des informations confirmées par le Président de la République Emmanuel Macron qui s’est confié à Paris Match le 19 août sur la gestion de la crise sanitaire : “Nous avons des stratégies très localisées, comme ce qui s’est passé en Mayenne, et allant jusqu’à un reconfinement ciblé qu’on pourrait instaurer si la situation l’imposait. (…) On ne peut pas mettre le pays à l’arrêt, parce que les dommages collatéraux d’un confinement sont considérables.

Nombre incident de cas confirmés de COVID-19 par semaine, rapportés à Santé publique France, du 23 janvier au 19 août 2020.

Nombre incident de cas confirmés de COVID-19 par semaine, rapportés à Santé publique France, du 23 janvier au 19 août 2020 © Santé Publique France
Nombre incident de cas confirmés de COVID-19 par semaine, rapportés à Santé publique France, du 23 janvier au 19 août 2020 © Santé publique France

Depuis le 1er mars 2020, 1 541 établissements de santé ont déclaré au moins un cas de COVID-19 hospitalisé et 109 462 patients ont été hospitalisés depuis le 1er mars. L’âge médian des patients est de 72 ans et 52% sont des hommes, selon les données de Santé publique France dévoilées dans son bulletin national du 20 août. 84 309 patients sont retournés à domicile. Le 18 août 2020, 4 823 cas de COVID-19 étaient hospitalisés en France dont 380 cas en réanimation. Le nombre de nouvelles hospitalisations pour COVID-19 a augmenté pour la quatrième semaine consécutive en semaine 33 (du 10 au 16 août) : 1 008 en S33 versus 604 en S29. Depuis le 1er mars 2020, 1 541 établissements de santé ont déclaré au moins un cas de COVID-19 hospitalisé et 109 462 patients ont été hospitalisés depuis le 1er mars. L’âge médian des patients est de 72 ans et 52% sont des hommes. 84 309 patients sont retournés à domicile. Le 18 août 2020, 4 823 cas de COVID-19 étaient hospitalisés en France dont 380 cas en réanimation (28 nouvelles admissions cette semaine). Le nombre journalier de cas en cours d’hospitalisation en réanimation se maintient en dessous de 500 patients depuis le 10 juillet. Au 18 août, le nombre de décès s’élève à 30 451 : 19 940 sont survenus au cours d’une hospitalisation et 10 511 dans un EHPAD ou en EMS. 92% des décès concernent des personnes de 65 ans et plus. 

Actu à voir aussi ...  hospitalisations en baisse, derniers chiffres

Dans les établissements de santé, le gouvernement a activé plusieurs plans : 

  • La France applique le plan blanc élargi généralisé (plan de mobilisation interne) depuis le 19 mars, dans tous les établissements de santé (publics et privés), pour mettre en place rapidement des moyens matériel, logistiques et humains indispensables en cas d’afflux de patients dans les établissements hospitaliers. Les consultations et les hospitalisations non urgentes sont déprogrammées.
  • La France a déclenché le plan bleu dans les Ehpad (Etablissement Hébergeant des Personnes Âgées Dépendantes) le 6 mars. Le principe est le même que dans les hôpitaux : le chef d’établissement doit permettre “la mise en oeuvre rapide et cohérente des moyens indispensables pour faire face efficacement à une situation exceptionnelle“. Le plan bleu peut induire notamment “le confinement des résidents, usagers et personnels ; l’évacuation des résidents, usagers et personnels“.
  • La réserve sanitaire et la réserve civique (aide alimentaire d’urgence, garde exceptionnelle d’enfants, lien avec les personnes fragiles isolées, solidarité de proximité) sont aussi mobilisées. 

Courbe du nombre quotidien de personnes nouvellement hospitalisées pour Covid-19 du 19 mars au 20 août 2020

Nombre quotidien de personnes nouvellement hospitalisées pour Covid-19 du 19 mars au 20 août
Nombre quotidien de personnes nouvellement hospitalisées pour Covid-19 du 19 mars au 20 août © Géodes/ Santé publique France

Selon les chiffres communiqués par le gouvernement, consolidés avec l’Agence Santé Publique France et les ARS (Agences régionales de Santé), voici le nombre de personnes hospitalisées en France par région, celles en réanimation et celles qui sont guéries et ont pu rentrer chez elles. Pour l’instant, Santé Publique France ne publie plus le nombre de cas recensés par régions.

Nombre d’hospitalisations et de décès à l’hôpital à cause du coronavirus par régions de France selon Santé publique France (au 20 août 2020)
Régions Personnes hospitalisées Réanimations Retours à domicile Décès à l’hôpital
Île-de-France 2 485 190 30 302 7 656
Grand Est 528 18 12  979 3 642
Auvergne-Rhône-Alpes 257 19 8 256 1 772
Hauts-de-France 488 39 7 175 1 934
Bourgogne-Franche-Comté 23 4 4 096 1 064
Provence-Alpes-Côte d’Azur 351 23 6 062 981
Occitanie 91 13 3 030 520
Bretagne 62 4 1 372 268
Nouvelle-Aquitaine 63 9 2 301 430
Normandie 74 1 1 878 447
Centre Val-de-Loire 59 5 2 363 570
Pays de la Loire 99 11 2 358 487
Corse 4 0 256 59
Martinique 4 1 99 17
Guadeloupe 10 5 88 19
La Réunion 38 9 187 5
Guyane 88 15 1 376 50
Mayotte 7 2 437 28
TOTAL 4 723 368 84 615 19 949

 

Le premier décès du coronavirus est survenu à Paris le 14 février, il s’agissait d’un patient chinois de 80 ans. Au 19 août 2020, 30 541 personnes sont décédées en France, dont 19 940 personnes au sein des établissements hospitaliers et 10 511 en établissements sociaux et médico-sociaux (ESMS). Néanmoins, le nouveau coronavirus aurait causé entre 25 000 et 30 000 décès supplémentaires en France entre le 2 mars et le 31 mai, selon une synthèse publiée par Santé Publique France le 23 juillet. “Parmi les 25 030 décès en excès toutes causes confondues, 23 400 personnes décédées étaient âgées de 65 ans ou plus et 1 510 personnes étaient âgées de 15-64 ans. Dans cette dernière classe d’âges, ce sont les personnes de 45-64 ans qui ont été touchées. Inversement, la mortalité chez les enfants de moins de 15 ans a diminué de 14% sur la période au niveau national” explique Anne Fouillet, responsable de la surveillance de la mortalité à la Direction Appui, Traitements et Analyses des données (DATA) de Santé publique France.

• La proportion de décès en excès chez les hommes était supérieure à celle des femmes.

• D’après l’ECDC (Centre européen de surveillance et de prévention des maladies infectieuses) pour la zone de l’Union Européenne et du Royaume-Uni, la France est le 6e pays ayant déclaré le plus grand nombre de décès associés à la COVID-19 pour 100 000 habitants depuis le début de l’épidémie, après la Belgique, le Royaume-Uni, l’Espagne, l’Italie et la Suède.

L’Ile-de-France est la région qui a été la plus impactée (+64% par rapport à la mortalité attendue), suivie du Grand-Est (+37%) et en particulier les départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle. En Ile-de-France, aussi bien les personnes de 15-44 ans que celles de 45-64 ans ont été concernées par un excès de décès.

Courbe d’évolution du nombre quotidien de personnes nouvellement décédées pour Covid-19 à l’hôpital en France

Nombre quotidien de personnes nouvellement décédées pour covid-19
Nombre quotidien de personnes nouvellement décédées pour covid-19 © Géodès/ Santé publique France

Carte des décès en France

Qui est le plus touché par cette pandémie ? Qui en meurt le plus ? A quel âge ? Les plus de 60 ans ou les personnes plus jeunes ? Les enfants sont-ils touchés ? Pour pouvoir mieux se protéger, il est important de connaître le profil des personnes à risque. Âge, sexe, facteurs de risque, comorbidités… Portrait-robot des victimes du Covid-19.

Où se faire dépister du Covid-19 ?

Détecter le coronavirus permet de suivre l’évolution de l’épidémie dans le pays et la circulation du virus particulièrement depuis le déconfinement. Le 25 juillet, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a annoncé que les tests PCR étaient possibles pour tous les Français, sans ordonnance du médecin, sans qu’ils présentent des symptômes et remboursés à 100%. Le dépistage peut aussi se faire sans ordonnance pour les cas contacts lors de la découverte de cluster, ou lors de campagnes de dépistages organisées gratuitement par les villes. Le 17 août, l’Agence régionale de Santé (ARS) de l’Île-de-France lance une plateforme de dépistage dans la région pour faciliter et accélérer les dépistages. Cet outil est dédié aux médecins qui pourront appeler la plateforme téléphonique, être rapidement mis en relation avec des laboratoires et orienter en 24 heures les patients présentant des symptômes évocateurs du Covid-19 vers un centre de dépistage. Au 19 août, le taux de positivité des tests est de 3.1%, en forte augmentation (+42%) par rapport à la semaine précédente. En semaine 33 (du 10 au 16 août), 547 867 personnes ont été testées par test RT-PCR. 12 293 ont eu lieu dans les aéroports d’Île-de-France. Parmi les personnes testées, 16 747 se sont avérées positives. Ce nombre est en augmentation de 43% par rapport à la semaine précédente. Le taux de dépistage (nombre de personnes testées rapporté à la population) hebdomadaire est de 816/100 000 habitants. Dans son communiqué daté du lundi 17 août, la DGS indique que “près de la moitié des personnes pour lesquelles le test RT-PCR s’est avéré positif ne présentaient aucun symptôme et étaient donc susceptibles de transmettre le COVID à leurs contacts proches.

Dans son bulletin national du 20 août, Santé publique France indique que le nombre total de clusters signalés au 18 août est de 892, dont 140 signalés dans la semaine du 10 au 16 août. Parmi le nombre total de clusters, un tiers (soit 272) est en cours d’investigation, dont 64 en criticité élevé (potentiel de transmission, critères de gravités élevés); 8.6% sont maîtrisés, 60% sont clôturés et 0.3% ont impliqué une diffusion communautaire. Parmi les 892 clusters, le milieu familial élargi (plusieurs foyers) et les événements publics/privés rassemblant de manière temporaire des personnes restent parmi les types de collectivités les plus représentés (25%), avec les établissements de santé (ES) (14%) et les entreprises hors ES (26%). En Ehpad, le nombre hebdomadaire de nouveaux clusters était en augmentation avec 18 nouveaux foyers en S33 (pour une moyenne hebdomadaire de 5 clusters lors des 4 semaines précédentes). Sur les 149 clusters détectés en Ehpad, 19,5% étaient en cours d’investigation, 2,7% maîtrisés, 77,9% clôturés et aucun cluster n’avait diffusé. La majorité (66%) comportait plus de 5 cas (12 en moyenne par cluster).

Nombre de clusters en France, répartition selon leur statut au 18 août
Nombre total de clusters signalés 892
Pourcentage de clusters clôturés 60.4%
Pourcentage de clusters en cours d’investigation 30.5%
Pourcentage de clusters maîtrisés 8.6%
Pourcentage de clusters avec “diffusion communautaire” 0.3%

Quels sont les gestes barrières ?

Comme il n’y a ni vaccin, ni médicament efficace contre le coronavirus, le meilleur moyen de s’en protéger – surtout depuis le déconfinement et pour prévenir une deuxième vague- est l’application de mesures barrière : respect de la distanciation physique minimale d’un mètre, réduction du nombre de nos contacts doivent être respectés par tous et port du masque obligatoire dans les lieux publics fermés (banques, commerces…) à partir de 11 ans et en extérieur dans certaines villes. Les personnes âgées ou atteintes de pathologies chroniques (atteintes respiratoire, cardiaque, obésité, diabète…) considérées comme des facteurs de risque de développer une forme grave de la maladie sont appelées à la plus grande prudence tant que le virus circule.

Symptômes : que faire ?

Si au début, on ne parlait que de fièvre, toux sèche, rhume, état grippal et de fatigue, les symptômes de l’infection par le coronavirus ont évolué. On sait désormais que le virus peut avoir des effets sur la peau, la sphère digestive, l’odorat, le goût et même le cerveau. Santé Publique France a indiqué le 8 juillet que près d’un quart des infections par le SARS-CoV-2 restent asymptomatiques et qu’environ 50 % des transmissions surviennent durant la phase pré-symptomatique du patient source. Dans une étude publiée le 13 août 2020 dans la revue Science Daily, des chercheurs de l’Université de la Californie du Sud (USC) ont tenté de définir l’ordre probable d’apparition des symptômes du Covid-19 : en premier, une fièvre, une toux, puis des douleurs musculaires, des nausées et/ou des vomissements et enfin, des diarrhées. Pour parvenir à leurs résultats, ils se sont concentrés sur les symptômes les plus objectifs (toux, fièvre…) et ont exclu les symptômes plus subjectifs comme les effets neurologiques ou la perte d’odorat. “Connaître l’ordre des symptômes du COVID-19 peut aider les patients à se faire soigner rapidement ou à décider le plus tôt possible de s’auto-isoler. Cela peut également aider les médecins à exclure d’autres maladies“, expliquent les chercheurs. 

Dès les premiers signes évocateurs de la maladie COVID-19, consultez votre médecin traitant ou un médecin de permanence afin qu’il puisse vous prescrire un test de recherche du virus (PCR) et respectez scrupuleusement l’isolement. “Les capacités de tests virologiques pour rechercher le virus de la maladie COVID-19 sont disponibles sur tout le territoire. Tout est fait pour tester rapidement, tracer les personnes contacts, isoler les porteurs du virus et mettre en quatorzaine leurs personnes contacts, prendre en charge de façon optimale les personnes malades” a rappelé le ministère de la Santé dans un communiqué du 11 mai.

  • Si vous présentez des symptômes (toux, fièvre, mal de tête) : éviter les contacts, rester à domicile, prenez du paracétamol si besoin, appeler un médecin pour prendre rendez-vous dans l’éventualité qu’il vous fasse passer un test de dépistage. 
  • Appeler le 15 en cas de difficultés respiratoires : “Si cette toux et cette fièvre s’accompagnent d’une gêne respiratoire qui devient permanente avec souffle court, difficulté à inspirer et à expirer, d’une aggravation importante de la toux, cela peut signifier une évolution de la maladie sous la forme d’une pneumopathie. Il s’agit alors d’une urgence respiratoire potentielle et comme dans tous les cas d’urgence, il faut alors appeler le 15 qui prendra les meilleures dispositions pour répondre à la situation”, prévient le Dr Patrick Aubé, médecin généraliste.

Au niveau international, l’épidémie est intense dans de nombreux pays des Amériques (Etats-Unis, Brésil, Mexique, Colombie, Pérou, Argentine), en Asie du Sud-Est (Inde, Bangladesh, Philippines), Asie Centrale (Kirghizistan), Méditerranée orientale (Iran, Qatar, Oman, Koweït) et en Afrique du Sud. Une augmentation des cas a été rapportée au Maroc et en Algérie et le Japon fait face à une forte recrudescence de cas. L’Amérique latine et les Caraïbes sont devenues le 7 août la région du monde la plus endeuillée après l’Europe.. En Europe, l’épidémie reste active dans certains pays d’Europe de l’Est (Roumanie, Bulgarie) et des Balkans. Une tendance à la hausse du taux d’incidence des cas confirmés de COVID-19 est observée en Belgique, République Tchèque, Allemagne, Espagne et Luxembourg. Les autorités sanitaires espagnoles reconnaissent le 11 août ne plus parvenir à contrôler “parfaitement” l’épidémie de Covid-19. L’Espagne enregistre depuis les deux dernières semaines la plus forte progression de cas détectés en Europe occidentale. La région de l’Aragon connaît un rebond de Covid-19 et cette région d’Espagne, une des plus touchées d’Europe, renoue avec l’afflux de malades et, bientôt, un hôpital de campagne, indique José Ramon Paño, spécialiste des maladies infectieuses à l’hôpital universitaire de Saragosse le 12 août. Par ailleurs, le gouvernement espagnol a annoncé le 14 août la fermeture des discothèques et l’interdiction de fumer sans une distance de sécurité d’au moins 2 mètres dans le pays, pour face à la résurgence des cas. Le Royaume-Uni a annoncé imposer une quarantaine au retour dans le pays. En Belgique le port du masque devient obligatoire dans l’espace public à compter du 12 août dans les 19 communes de la région de Bruxelles, a annoncé le gouvernement régional, le seuil de 50 contaminations quotidiennes pour 100.000 habitants étant dépassé. Depuis le mois de juin, des foyers de cas sont rapportés dans plusieurs pays européens. En plus des foyers de cas rapportés dans des contextes spécifiques (secteurs industriels ou agricoles) on observe une recrudescence de cas dans certains pays parmi les jeunes adultes. 

  • En Espagne, une augmentation de l’incidence a été rapportée dans toutes les classes d’âge mais elle est plus importante parmi les 15-29 ans.
  • En Belgique, une augmentation des nouvelles infections a été rapportée, le taux d’incidence le plus élevé est rapporté parmi les 20-29 ans. Au 12 août, le seuil de 50 contaminations quotidiennes pour 100.000 habitants a été dépassé.
  • En Allemagne, une augmentation du nombre de cas a également été rapportée, et des rassemblements familiaux sont à l’origine de certaines augmentations localisées. 
  • En Italie,  les infections à coronavirus augmentent avec une majorité de cas dans le Nord du pays et
    une moyenne d’âge de 38 ans. 

Les pays qui observent une augmentation de cas rétablissent progressivement et localement les mesures restrictives (distanciation physique, contact tracing). Des contrôles aux frontières ont de nouveau été mis en place dans de nombreux pays (Belgique, Espagne, Italie, Allemagne, Autriche), ces mesures diffèrent d’un pays à l’autre en fonction des critères épidémiologiques utilisés. 

Répartition des cas de Covid-19 dans le monde par continent au 6 août 2020

courbe évolution coronavirus monde
Répartition des cas de Covid-19 dans le monde par continent au 6 août 2020 © Ecdc.europa.eu

Une carte interactive montrant l’évolution de l’épidémie de coronavirus dans le monde en temps réel a été mise au point par l’éditeur de cartographie en ligne HERE Technologies. Basée sur des données du Center for Systems Science and Engineering (CSSE) de l’Université Johns Hopkins et de DXY, cette carte permet de suivre la progression du nombre de personnes infectées rapportées par les agences gouvernementales, ainsi que le nombre de décès.

Combien de décès à cause du coronavirus dans le monde ?

NOMBRE DE MORTS DU CORONAVIRUS DANS LES 30 PAYS LES PLUS TOUCHES. Vendredi 21 août à 12h19

PAYS NOMBRE DE MORTS
Etats-Unis 174 283
Brésil 112 304
Mexique 59 106
Inde 54 849
Royaume-Uni 41 489
Italie 35 418
France 30 434
Espagne 28 813
Pérou 26 834
Iran 20 264
Colombie 16 183
Russie 16 058
Afrique du Sud 12 618
Chili 10 671
Belgique 9 976
Allemagne 9 265
Canada 9 097
Argentine 6 517
Indonésie 6 418
Pakistan 6 219
Pays-Bas 6 215
Equateur 6 200
Irak 6 208
Turquie 6 058
Suède 5 805
Egypte 5 212
Chine 4 709
Bolivie 4 305
Bangladesh 3 822
Arabie Saoudite 3 548
Roumanie 3 154
Autres 98 795
TOTAL 793 773

 Sources : Université John HopkinsWHOCDCECDCNHC and DXY.

Combien de cas de coronavirus dans le monde ?

NOMBRE DE CAS CONFIRMÉS ET PRÉSUMÉS POSITIFS AU CORONAVIRUS DANS LES 20 PAYS LES PLUS TOUCHÉS. Vendredi 21 août à 12h20

PAYS CAS CONFIRMES DE CORONAVIRUS NOMBRE D’HABITANTS TOTAL (en millions)
 Etats-Unis
5 575 323
327,2 
Brésil
3 501 975
211.7
Inde
2 905 825
1 353
Russie
939 833
144.5
Afrique du Sud
599 940
57.8
Pérou
558 420
31.9
Mexique
543 806
126.2
Colombie
513 719
49
Chili
391 849
18.7
Espagne
377 906
47
Iran
352 558
81
Royaume-Uni
324 203
66
Argentine
320 884
44.5
Arabie Saoudite 303 973 33.7
Pakistan
21 588
212.2
Bangladesh
287 959
161,4
France 256 534 67
Italie
256 118
60,5
Turquie
254 520
83
Allemagne
231 305
83
Autres pays 7 390 790  
TOTAL 22 683 769 3 109,3

 

> Voir le nombre de cas dans d’autres pays 

Sources : Université John HopkinsWHOCDCECDCNHC and DXY.

Depuis le 1er juillet, l’Union européenne a rouvert ses frontières à 15 pays hors de l’Europe, néanmoins sous certaines conditions sanitaires. Dans son communiqué du 31 juillet, le ministère de la Santé rappelle qu’à partir du 1er août :

  • Test virologique RT-PCR obligatoire avant toute entrée sur le territoire français pour 16 pays où la circulation du virus est considérée comme particulièrement active.
  • Test RT-PCR obligatoire pour tout le monde avant d’embarquer pour les Outre-Mer.
  • Depuis début juillet, seuls les ressortissants des pays de l’Espace Schengen ainsi qu’une liste limitée de pays où le virus circule faiblement peuvent se rendre librement en France. Les ressortissants de tous les autres pays doivent fournir un motif impérieux de déplacement.

En France, les passagers doivent présenter au transporteur aérien, avant leur embarquement, une déclaration sur l’honneur attestant qu’ils ne présentent pas de symptôme d’infection au covid-19 et qu’ils n’ont pas connaissance d’avoir été en contact avec un cas confirmé de covid-19 dans les quatorze jours précédant le vol. Ils doivent porter un masque de protection. Les masques en tissu (grand public) ne sont pas autorisés à bord des avions et dans les aéroports. Un décret gouvernemental (décret 2020-860 du 11 juillet) préconise uniquement le port du masque chirurgical, et donc jetable. Pour rappel, le président de la République avait annoncé le 16 mars la fermeture des frontières de l’Europe et de l’espace Schengen. La Direction Générale de la Santé recommande dans son point de situation quotidien de se faire tester “à son retour de vacances, particulièrement “si on est parti dans une zone de circulation active du virus“.

L’Asie enregistre une recrudescence de cas dans certains pays ayant réussi initialement à contenir l’épidémie : Japon (Tokyo), Hong-Kong (qui rend le port du masque obligatoire en public, n’autorise que la vente à emporter depuis le 27 juillet), Corée du Sud, rapporte Santé Publique France fin 23 juillet. Les autorités chinoises ont annoncé le 12 août qu’une femme de 68 ans, hospitalisée dans la province du Hubei où le Covid a été initialement détecté l’an dernier, était porteuse du virus, alors qu’elle avait été considérée comme guérie en début d’annéeLe Vietnam a enregistre son premier décès vendredi 31 juillet. La Corée du Nord s’est mise en état d’urgence maximale suite à la découverte de son premier cas suspecté. Cette vague a été signalée récemment dans la province de Xinjiang, dans l’ouest du pays, où 89 des nouveaux cas ont été enregistrés.

• Toute personne désirant se rendre en Chine en avion doit présenter avant le départ un test Covid-19 négatif réalisé dans les cinq jours précédant le décollage. La mesure s’applique à tous les passagers, sans distinction de nationalité. Toute arrivée en provenance de l’étranger fait l’objet d’une mise en quarantaine pour une période de 14 jours dans un lieu désigné par les autorités locales. Tout refus de se soumettre aux dispositions sanitaires légales chinoises (prise de température, test, quarantaine, soins hospitaliers) de la part des ressortissants étrangers peut entraîner l’expulsion du territoire chinois accompagnée d’une interdiction d’entrée en Chine de 5 à 10 ans, rappelle le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué mis à jour le 23 juin.

• L’équivalent de l’application StopCovid en France est obligatoire en Chine pour pouvoir tracer tous les contacts positifs au virus.

• Les cinémas ont rouvert mais dans des conditions drastiques : billets vendus uniquement en ligne, distance entre les sièges, consommation d’aliments et de boissons interdites pendant les projections, port du masque obligatoire.

Aux Etats-Unis, les chiffres continuent d’exploser : 54 686 nouveaux cas et 1 150 décès ont été recensés ces dernières 24 heures. Au 18 août, le bilan des cas s’élève à plus de 5 529 933 et le bilan des décès, à 173 181. Il s’agit du pays le plus fortement touché par l’épidémie. Les trois Etats les plus peuplés du pays – Californie, Floride et Texas – rapportent des hausses inédites, ce qui a provoqué une surcharge des hôpitaux et contraint les Etats à faire marche arrière sur le déconfinement qu’ils avaient entamé. Alors que les écoles rouvrent progressivement, les experts s’inquiètent d’une “poussée surprenante” des cas chez les jeunes (enfants et adolescents).  

Courbe des nouveaux cas de coronavirus par jour aux Etats-Unis jusqu’au 17 août 2020

Courbe des nouveaux cas de coronavirus aux Etats-Unis jusqu'au 17 août 2020
Courbe des nouveaux cas de coronavirus aux Etats-Unis jusqu’au 17 août 2020 © Université John Hopkins

En conséquence :

→ La Californie referme ses restaurants et cinémas depuis le 13 juillet.

→ New York a rouvert ses plages au 2 juillet. Les musées comme le Met, le musée Whitney, le MoMA annoncent leur réouverture le 27 août.

→ Le Texas rend le port du masque obligatoire dans les lieux publics.

→ Plusieurs grandes enseignes imposent le port du masque : Best Buy, Starbucks, Warlmart.

→ New York, Los Angeles, Houston : plusieurs grandes villes ont décidé que la rentrée scolaire serait largement, voire totalement en ligne, optant pour le principe de précaution. 

→ A Washington, le port du masque est obligatoire à partir du 23 juillet, dès que la population sort de chez elle.

Sans parler de deuxième vague, les chiffres en Italie inquiètent. Le virus est toujours présent dans le pays : 479 nouveaux cas ont été enregistrés ce dimanche 16 août et 4 décès ont été comptabilisés. “Par rapport aux mois sombres de mars-avril, où l’épidémie était concentrée dans le nord, en Lombardie, elle est maintenant répandue dans tout le pays avec des centaines de foyers […] Le phénomène est en partie lié aux vacanciers“, estime le président du Conseil supérieur de la santé, Franco Locatelli. Et d’ajouter : “selon les régions, 25 à 40 % des cas ont été importés par des concitoyens de retour de voyage ou par des étrangers résidant en Italie“. Le coronavirus a contaminé 254 235 personnes depuis le début de l’épidémie. Dans ce contexte, le Sénat italien prolonge jusqu’au 15 octobre l’état d’urgence sanitaire. Il a été instauré en Italie pour une période initiale de 6 mois à partir du 31 janvier.Le virus continue d’évoluer et n’a pas achevé sa course. Il serait incongru de suspendre abruptement une mesure aussi efficace”, a argué le chef du gouvernement devant le Sénat le 29 juillet. Pour enrayer la propagation du coronavirus, l’Italie a pris une série de mesures restrictives, comme le fait de rendre obligatoire jusqu’au 7 septembre des tests de détection du Covid-19 chez tous les voyageurs en provenance de Croatie, Grèce, Malte et Espagne, le maintien de la fermeture de ses frontières aux ressortissants de 14 pays “à risque”: Arménie, Bahreïn, le Bangladesh, le Brésil, la Bosnie-Herzégovine, le Chili, le Koweït, la Macédoine du Nord, la Moldavie, Oman, le Panama, le Pérou, la République dominicaine, la Colombie. Le 16 août, le pays décide également de fermer ses discothèques et boîtes de nuit de plein air et d‘imposer le port du masque dans les lieux publics entre 18h et 6h du matin, selon un décret signé par le ministre de la Santé italien, Roberto Speranza. Depuis le 13 juin, il est possible de se rendre en Italie (sauf pour les ressortissants des 13 pays à risque). Les trafics aérien et ferroviaire ont repris quasiment normalement. Le port du masque peuvent varier selon les régions, il est donc recommandé de toujours s’en munir. Par ailleurs, les régions des Pouilles et de Campanie vont imposer une quarantaine aux voyageurs en provenance d’Espagne, de Grèce et de Malte, considérés comme à risque pour la propagation du virus, a indiqué le 12 août la presse italienne. La Sicile devrait appliquer la même mesure. Les établissements scolaires rouvriront le 14 septembre, avec une série de mesures de distanciation sociale et une “sécurité maximale”, a indiqué le Premier ministre Giuseppe Conte. Rappelons que le pays avait été confiné le lundi 9 mars. Le pic de l’épidémie aurait été atteint le 5 avril.

Courbe des nouveaux cas de coronavirus par jour en Italie jusqu’au 17 août 2020

Courbe des nouveaux cas de coronavirus par jour aux Etats-Unis jusqu'au 17 août 2020 © Université John Hopkins
Courbe des nouveaux cas de coronavirus par jour aux Etats-Unis jusqu’au 17 août 2020 © Université John Hopkins

Autres actualités liées au coronavirus : 

DATES CLÉS DE L’ÉPIDÉMIE
  • Le 31 décembre 2019, l’Organisation mondiale de la Santé en Chine est informée de plusieurs cas de pneumonies dans la ville de Wuhan. 44 personnes sont infectées entre cette date et le 3 janvier 2020.
  • Le 7 janvier 2020, les autorités chinoises identifient un “nouveau type de coronavirus”.
  • Le 13 janvier, un cas importé est recensé en Thaïlande.
  • Le 15 janvier, le virus cause la mort d’une première personne à Wuhan, un homme de 69 ans. 
  • Le 23 janvier, trois villes chinoises dont Wuhan sont placées en quarantaine.
  • Le 25 janvier, trois personnes contaminées sont recensées en France, deux à Paris et une Bordeaux. Ce sont les premiers cas enregistrés sur le continent européen.
  • Le 30 janvier, l’Organisation mondiale de la Santé décrète l’urgence de santé mondiale. Cette mesure n’avait été décrétée que 5 fois depuis sa création (pour Ebola (deux fois), la grippe H1N1, Zika et la poliomyélite). 
  • Le 23 février, la France déclenche le plan ORSAN, un dispositif exceptionnel d’organisation des soins.
  • Le 28 février, la France passe en stade 2 de l’épidémie.
  • Le 11 mars, l’OMS classifie de pandémie la diffusion de la maladie à coronavirus Covid-19 dans le monde.
  • Le 12 mars, le président de la République Emmanuel Macron annonce la fermeture nationale des crèches et établissements scolaires de France à compter du 16 mars et “jusqu’à nouvel ordre”.
  • Le 13 mars, l’OMS désigne désormais l’Europe comme épicentre.
  • Le 14 mars, la France passe au stade 3 de l’épidémie.
  • Le 16 mars, l’Europe ferme ses frontières ainsi que celles de l’espace Schengen. La France met en place un dispositif de confinement interdisant les déplacements.
  • Le 18 mars le premier transfert de patients Covid-19 en France est réalisé grâce à l’Armée, par voie terrestre et aérienne. 
  • Le 20 mars, plusieurs villes françaises, dont Nice, Montpellier, Perpignan, Arras… imposent un couvre-feu le soir et la nuit.
  • Le 26 mars, un premier cas jeune meurt en France, une adolescente de 16 ans, en Ile-de-France originaire de Morsang-sur-Orge.
  • Le 27 mars, le confinement de la population française est renouvelé jusqu’au 15 avril.
  • Le 2 avril, le million de cas de coronavirus dans le monde est dépassé, et plus de 51.000 morts, selon le décompte de l’hôpital américain de référence Johns-Hopkins.
  • Le 13 avril, Emmanuel Macron annonce le prolongement du confinement jusqu’au 11 mai.
  • Le 15 avril, le cap des 2 millions de cas de coronavirus dans le monde est franchi, et près de 129 000 décès, selon les chiffres données par l’hôpital américain de référence Johns-Hopkins.
  • Le 27 avril, 3 millions de cas de coronavirus sont répertoriés dans le monde, et plus de 208 000 décès, selon les chiffres données par l’hôpital américain de référence Johns-Hopkins.
  • Le 28 avril, le gouvernement français présente son plan de déconfinement valable à partir du 11 mai.
  • Le 11 mai, la France commence son déconfinement.
  • Le 21 mai, 5 millions de cas de coronavirus sont répertoriés dans le monde, et plus de 329 800 décès, selon les chiffres données par l’hôpital américain de référence Johns-Hopkins.
  • Le 28 mai, le Premier ministre Edouard Philippe annonce les mesures de la phase 2 du déconfinement en France en vigueur du 2 au 22 juin.
  • Le 31 mai, 6 millions de cas de coronavirus sont répertoriés dans le monde, et plus de 369 244 décès, selon les chiffres données par l’hôpital américain de référence Johns-Hopkins.
  • Le 7 juin, le cap des 400 000 morts est franchi (400 792) dans le monde et près de 7 millions de cas (6 944 916), selon les chiffres données par l’hôpital américain de référence Johns-Hopkins.
  • Le 15 juin, toute la France passe en zone verte, sauf Mayotte et la Guyane. A Paris, les restaurants et bars peuvent rouvrir complètement.
  • Le 22 juin, les écoles sont de nouveaux obligatoires en France pour tous les élèves. Les cinémas, salles de jeux, casinos rouvrent. Les sports collectifs peuvent être autorisés tout en respectant certaines conditions sanitaires.
  • Le 28 juin, le cap des 10 millions de cas de coronavirus est franchi dans le monde, et les 500 000 décès ont été atteints dans la nuit du 28 au 29 juin 2020, selon les chiffres de l’hôpital américain de référence Johns-Hopkins.
  • Le 10 juillet, la France a franchi la barre des 30 000 morts. Dans la nuit du 10 au 11 juillet à minuit, l’état d’urgence sanitaire prend fin en France.
  • Le 20 juillet, le port du masque est obligatoire dans les lieux publics clos en France.
  • Le 11 août, le cap des 20 millions de cas de coronavirus est franchi dans le monde, et les 730 000 décès ont été atteints, selon les chiffres de l’hôpital américain de référence Johns-Hopkins.

Cet article est mis à jour quotidiennement par Aurélie Blaize, Anaïs Thiébaux et Samantha Pagès



Source link

Actu à voir aussi ...  Les tatouages, interdits de certaines encres de couleur