Comment bénéficier d’un coup de pouce pour réparer son vélo

[ad_1]

Avec le déconfinement progressif, le gouvernement a annoncé la mise en place d’une prime pour tous les Français qui souhaiteraient remettre en état de marche leur vélo. Le « coup de pouce » peut aller jusqu’à 50 euros par bicyclette pour toute réparation dans un atelier agréé. Le formulaire de pré-inscription devrait être en ligne à partir de ce mardi 19 mai. Pris d’assaut, le dispositif implique néanmoins plusieurs obligations, comme être majeur et avoir un numéro de téléphone portable. On fait le point sur les contours de ce coup de pouce inédit. 

Comment ça marche ? 

Pour bénéficier de la prime, il faut d’abord vous rendre sur le site dédié « coupdepoucevelo.fr », une plate-forme qui répertorie les réparateurs agréés par l’État. Dans la rubrique « Je suis un particulier », vous tapez votre code postal. Une carte interactive apparaît. Elle vous permet en un clic de savoir quels sont les ateliers prés de chez vous qui font partie du programme. L’expression générique réparateurs agréés regroupe les ateliers associatifs et les boutiques de réparation à proprement parler. 

Une fois votre réparateur identifié, vous devez prendre rendez-vous ou vous rendre sur place. Ne paniquez pas si la file d’attente ou les délais sont longs puisque cette prime devrait courir jusqu’en décembre 2020. Lorsque votre rendez-vous est fixé, il faut vous munir d’une pièce d’identité et de votre numéro d’enregistrement. Les informations demandées sont les suivantes : nom, prénom, date et lieu de naissance. Grâce à la présentation du document officiel, « le réparateur vérifie avant chaque réparation si le propriétaire a déjà bénéficié de la réparation du vélo dans une base de données nationale », explique le site.

Où obtenir mon numéro d’enregistrement ? 

Face à « la forte demande à laquelle fait face l’équipe coup de pouce vélo », le site de pré-inscription n’a finalement été prévu pour une mise en ligne que ce 19 mai -alors que sa mise en place devait être initialement plus tôt. Ce numéro est néanmoins facultatif pour amorcer les démarches. Vous pouvez donc prendre rendez-vous même sans connaître votre numéro d’enregistrement, mais pour bénéficier de la prime vous devrez le transmettre au réparateur. Ce numéro d’enregistrement vous sera normalement délivré après que le site a validé la nature de vos réparations. Il vous faut donc savoir de quoi souffre votre vélo. 

Quels types de réparation sont concernés ?  

Toutes les opérations sont éligibles : changement de pneus, remise en état des freins, changement du câble de dérailleur, etc. La condition ? « Qu’elles permettent à votre vélo de rouler en toute sécurité », détaille la plate-forme. Il faut donc que ce soit une réparation essentielle, et non une « amélioration » de confort. Par exemple, tout achat d’accessoires et toute customisation du vélo ne peuvent pas faire l’objet d’une réduction. 

Qui peut en bénéficier ? 

Tous les propriétaires de vélos qu’il s’agisse de vélos de course, de ville, de tout-terrains (VTT) ou encore de vélo d’enfant. Il n’y a toutefois aucune mention de vélos électriques sur le site. La prime est réservée aux personnes majeures, mais vous pouvez, en tant que représentant légal de votre enfant, faire réparer son vélo. Le seul impératif est d’avoir une facture par vélo réparé afin que la prime puisse s’appliquer à chaque véhicule.
Un autre impératif : avoir un numéro de téléphone. « Lorsque [vous venez,NDLR] récupérer un vélo réparé, le réparateur se connecte sur l’application pour valider votre dossier. Vous allez recevoir sur votre téléphone portable, un SMS contenant un code. Il faudra communiquer ce code au réparateur pour qu’il puisse valider la prime Coup de pouce vélo réparation », précise le site. Toutefois, vous pouvez utiliser la ligne d’un proche, il faut juste avoir le terminal avec soi pour recevoir le sms de confirmation. 

Dois-je avancer les frais ? 

Il ne faut pas avancer les frais. La prime de 50 euros hors taxe s’applique directement sur votre facture. Elle est donc reversée au réparateur. Dans le cas où votre réparation est inférieure à cette somme, vous n’aurez qu’à payer la TVA.
Par exemple, si vous souhaitez changer vos freins et les faire régler et que la facture est de 12 euros (pièce et main d’œuvre), soit 10 euros HT + 2 euros de TVA, la réduction s’appliquera uniquement sur ces 10 euros. Vous n’aurez donc à payer que 2 euros. Si votre réparateur n’est pas soumis à la TVA, vous n’aurez rien à payer. Dans le cas où la facture excède la somme de 50 euros, vous payerez la différence et l’intégralité de la TVA. Exemple : votre facture s’élève à 150 euros, dont 25 euros de TVA, vous ne payerez que 100 euros (75 HT + 25 euros). Ne vous inquiétez pas les réparateurs feront le calcul. 

Puis-je réparer moi-même mon vélo ? 

« Je peux acheter moi-même mon matériel de réparation vélo mais la réparation doit nécessairement se faire dans le cadre d’un réparateur agréé ou d’un atelier d’autoréparation », explique le FAQ du site [PDF]. En clair, la vente de pièces seules ne fait pas partie de la prime à moins d’aller réparer voter vélo dans un atelier d’auto-réparation agréé – qui a donc fait la démarche de s’inscrire sur la plate-forme. 

Le coup de pouce est-il seulement financier ? 

Le coup de pouce vélo s’inscrit dans le plan de 20 millions d’euros annoncé par le ministère de la Transition écologique et solidaire. Il comprend trois volets : le stationnement, la réparation et la remise en selle. Le premier volet va permettre de créer des stations temporaires pour garer son vélo. Le deuxième volet pour la réparation des vélos a été détaillé ci-dessus. Enfin, le troisième volet permet à tous ceux qui ont peur de s’y remettre de suivre gratuitement un cours de vélo-école dispensé par des associations partenaires. Pour une remise en selle en douceur.



[ad_2]

Source link