Comment les vélos Véligo font face à l’explosion de la demande avant le déconfinement

[ad_1]

Il devaient être 10 000 au maximum en circulation, ils pourraient bien être deux fois plus nombreux d’ici 2021. Les Véligo, ces gros vélos électriques aux couleurs des bus de la région Ile-de-France connaissent un vif engouement depuis quelques semaines.
Le succès de ce service de location à 40 euros par mois était déjà au rendez-vous depuis son lancement en septembre dernier mais la pandémie de Covid-19 et surtout la perspective d’un déconfinement complexe ont généré une vague de nouveaux utilisateurs.

En effet, le service est passé de 6 500 utilisateurs, fin mars, à plus de 9 000 souscriptions aujourd’hui, alors même que la possibilité d’utiliser son vélo électrique est très réduite.
L’explication tient en une date : le 11 mai. Lundi prochain synonyme à la fois de fin du confinement et de reprise d’activité et des transports en commun pour de nombreux Franciliens. Devant les difficultés évidentes de respect des gestes barrières dans les gares, les trains et les métros, ils sont donc nombreux à envisager le trajet domicile travail à vélo.
Adeline Lefaivre, directrice de la communication de Véligo, confirme l’engouement pour le service :

« Nous sommes passés d’une moyenne de cinq souscriptions par jour, sur les derniers mois à plus de 100. Et ces derniers jours nous enregistrons 170 nouvelles réservations toutes les 24 heures »

Y aura-t-il du Véligo à l’été ?

Pour la responsable du service, il est très facile de dater l’explosion de la demande :

« Dès le lendemain du discours d’Emmanuel Macron, le 13 avril, avec l’annonce de la date du possible déconfinement le 11 mai, nous avons constaté un forte hausse de la demande. Depuis cette date, le nombre de souscriptions augmente chaque jour de 20%, alors que la demande était beaucoup plus faible pendant le confinement »

A lire aussi notre test du vélo Véligo

Face à cet engouement massif une question se pose : Ile-de-France Mobilités et son partenaire Fluow seront-ils en capables de faire face à la demande ? Du côté de Véligo, on assure être en mesure de tenir la charge. D’une part parce qu’une option a été levée dès le début 2020 pour porter le total de vélos en circulation à 15 000, mais aussi parce que la première vague de vélos loués à l’automne va bientôt être mise à disposition de nouveaux clients.
En effet, le service de location, qui a pour objectif de faire connaître la pratique du vélo électrique, est limité à une durée de 6 mois (avec la possibilité de prolonger son abonnement de 3 mois supplémentaires). Bien que plus de 50% des utilisateurs optent pour cette extension, une bonne partie des 6 500 vélos en circulation actuellement devrait trouver un nouveau propriétaire dans les prochaines semaines. 

Un délai de mise à disposition rallongé

L’augmentation de la taille de la flotte ainsi que le renouvellement d’une partie des utilisateurs devrait donc permettre à Véligo d’absorber la forte demande à venir.
Néanmoins, le service a également dû composer avec les affres de la pandémie, une partie du personnel étant au chômage partiel et les usines de fabrication dans l’Aube ayant tourné au ralenti. Par conséquent, les délais de mise à disposition des vélos sont passés de huit jours en moyenne à deux semaines.
S’il est possible que ce délai s’allonge encore un peu à l’approche de l’été, la région Ile-de-France garde encore la possibilité d’augmenter sa capacité totale de 5 000 vélos supplémentaires d’ici 2021. Quoiqu’il en soit, cette explosion des souscriptions n’a pas fait varier le planning du service. En effet, Véligo profite de l’intérêt croissant des Français pour le vélo et prévoit toujours d’ajouter à son catalogue quelques 500 vélos cargo (bi-porteur et tri-porteur) d’ici la fin de l’année. 



[ad_2]

Source link