la citadine électrique championne du rapport qualité-prix ?

[ad_1]

Quelques mois après le lancement d’une nouvelle Corsa très remarquée, Opel se pare d’une version électrique de sa compacte. L’objectif est clair : proposer une alternative crédible à la nouvelle Renault Zoé et figurer parmi les modèles les plus intéressants pour quiconque souhaite se laisser tenter par une voiture zéro émission. 

De la continuité dans le design

Le moins que l’on puisse dire c’est qu’au sein de PSA, la logique de groupe est respectée. Chez Peugeot, le souhait est que les modèles électriques ne se distinguent en rien des versions thermiques. Ainsi, il y a une quasi similitude entre la 208 et l’e208. Et il en va de même chez Opel avec une Corsa e qui, à l’exception d’un badge argenté sur le côté, ressemble trait pour trait à son pendant thermique. C’est tant mieux, tant les traits de cette compacte sont plaisants à regarder. Moins agressive et moins sportive que l’e208, la Corsa pourrait bien profiter de son look très consensuel. 

Deux écrans, deux ambiances

Lorsqu’on a déjà pris le volant d’une Peugeot e208, la prise en main d’un Corsa n’a rien de bien différent. La compacte allemande est construite sur la même base que sa cousine française ce qui permet de vite trouver ses repères. Bien évidemment, l’expérience n’est pas tout à fait identique. On sent immédiatement que nous ne sommes pas sur le même niveau de finition que l’e208 et l’écart le plus criant se situe devant le volant ainsi qu’au niveau des matériaux qui composent l’habitacle. 

Pas de virtual cockpit évidemment, c’est la propriété de la marque au lion, mais un tout petit écran de 7 pouces qui donne tout de même l’impression qu’Opel a souhaité faire des économies. C’est sans doute le point le plus regrettable à l’intérieur de cette Corsa, qui limite son instrumentation au strict essentiel. 

À l’inverse l’écran central dédié à l’info divertissement est particulièrement bien intégré. Légèrement orienté vers le conducteur, il s’étend sur 10 pouces ce qui est très pratique au quotidien. 

Le plaisir de l’électrique au rendez-vous

La fiche technique de la Corsa e, sans surprise, est très ressemblante à celle de la Peugeot e208. Avec le même moteur 100 kW (équivalent 136 ch) et 260 Nm de couple, mais aussi un bloc batterie inséré sous les sièges avant et arrière qui atteint 50 kWh, on pourrait s’attendre au mêmes performances. 

Elles sont en effet sensiblement égales avec une accélération assez fulgurante et un 0 à 100 km/h en seulement 8,1 secondes. Le tout dans un silence quasi total puisque seul le bruit du roulement se fait entendre. Les trois modes de conduite (Normal, Eco ou Sport) ressemblent plus ou moins à ce que proposent les autres modèles électriques du segment B. C’est à dire des performances très intéressantes en mode sport, une conduite axée sur le confort lorsqu’on passe en mode normal et, enfin, des performances dégradées dès l’instant où l’on choisit le mode éco. Comme chez Peugeot, le sélecteur du mode de conduite se situe près du frein à main. C’est à dire vraiment mal placé. 

Autonomie : la très bonne surprise

L’autonomie annoncée par Opel est de 337 km en cycle WLTP. En règle générale ces autonomies officielles ne sont vérifiées que dans des conditions idéales de conduite et sous-estiment largement l’impact de la circulation sur autoroute, bien plus « énergivore ». Dans les faits, nous avons été très agréablement surpris par l’autonomie réelle de la Corsa électrique. Il y a 15 jours (avant confinement donc), au cours de notre essai de 136 km, dont environ 50 km sur autoroute, notre consommation moyenne a été de 15,7 kWh/100 km. Un résultat tout à fait concordant avec les estimations du constructeur. Nous avions essentiellement roulé en mode normal avec quelques passages par le mode sport mais aussi, plus rarement, par le mode éco. Niveau autonomie, les performances de la Corsa e sont donc très encourageantes. 

La compacte d’Opel est aussi dotée d’un mode B pour la récupération d’énergie. Celui-ci demande un peu de temps d’accoutumance, mais la sensation de ralentissement n’est pas trop prononcée. Et si vraiment vous ne vous faites pas à l’idée de ralentir dès que vous levez le pied de l’accélérateur, il est tout simplement possible de s’en passer en le désactivant. Opel a également doté sa Corsa électrique de jantes semi-pleines, plus aérodynamiques et spécialement pensées pour améliorer l’autonomie. Le modèle que nous avons essayé en était doté, mais il est difficile de savoir précisément quel est leur impact réel et combien de kilomètres en moins les voitures qui n’en seront pas équipées pourront parcourir. 

Enfin côté recharge, la Corsa e peut accepter un débit de 100 kW mais pour en bénéficier il faudra s’équiper en fonction. En effet, au moment de l’achat de votre véhicule, il vous sera demandé de choisir le type de connecteur dont vous souhaitez vous équiper (prise domestique, prise domestique renforcée, Wall Box ou encore Charge DC Combo). 

Moins chère que la Renault Zoé ?

Difficile d’égaler la Peugeot e208 et le savoir-faire de la marque au lion en termes de châssis. Pourtant, ce que propose Opel au niveau de la conduite est tout de même intéressant. Par rapport à la version thermique, Opel a très légèrement abaissé le châssis (-57 mm) ce qui offre en réalité un centre de gravité 10% plus bas et donc une meilleure adhérence.

La Corsa électrique offre une conduite souple dans la majorité des cas mais il est possible de s’amuser aussi un peu en passant en mode sport et en bénéficiant, dans cette configuration, d’une direction un peu plus raide. On pourrait presque reprocher à la Corsa e de manquer un peu de caractère en termes de sensations de conduite mais au final c’est une voiture qui souhaite à tout prix convenir à tout le monde et elle y parvient assez bien. 

Dès lors, la question qui se pose est de savoir si le prix de la Corsa électrique est en accord avec ses performances et son niveau d’équipement. Le tarif de la compacte débute à 30 650 euros, desquels il faudra déduire le bonus écologique de 6000 euros. Ce tarif, inférieur de 2000 environ à celui de l’e208, permet surtout à PSA de proposer un véhicule électrique moins cher que la Zoé. En effet dans son offre sans location de batterie, l’électrique de Renault débute à 32 000 euros avec un niveau d’équipement inférieur à celui d’Opel. Enfin, comme souvent en matière de voiture électrique, c’est le tarif en leasing qui apparaît comme le plus intéressant avec une offre qui débute à 189 euros par mois pour cette Corsa e.

Verdict de l’essai : 

Agile, agréable à conduire et plutôt sympathique visuellement, l’Opel Corsa e se targue en plus de proposer un prix inférieur à celui de la Renault Zoé. Le tout avec un niveau d’équipement supérieur et un moteur plus puissant. Le bilan est également plus intéressant en termes d’autonomie et il n’y a finalement que sur quelques détails, notamment cet écran d’instrumentation bas de gamme, qu’Opel rate le coche. Pour le reste, la Corsa, même électrique, reste une référence en matière de rapport qualité/prix. 



[ad_2]

Source link