Il parcourt 460 km en trottinette électrique en 24h

[ad_1]

Le XXème siècle avait ses 24 heures du Mans, le XXIe vise d’autres sommets et c’est dans cette recherche constante de nouveaux défis, qu’un américain s’est mis en tête de parcourir la plus grande distance possible en 24h… et en trottinette électrique. Eric Decker est coutumier de ce genre d’activités puisqu’il a déjà réalisé une prouesse identique en skateboard électrique, mais cette fois c’est à une bonne vieille trottinette qu’il s’en est remis pour rallier Daytona Beach en partant de Miami. 

Si la performance s’est avérée concluante -notre héros a bien atteint son point de chute-, les conditions dans lesquelles il a réalisé ce record pourraient bien soulever quelques interrogations. Le modèle choisi par Decker n’a rien de particulier, c’est une trottinette EMove Cruiser, vendue dans le commerce. Elle peut atteindre les 40 km/h et offre une autonomie plus qu’honorable de 80 à 97 km en fonction du parcours et du gabarit de son conducteur. Jusqu’ici rien qui ne puisse invalider la performance.

Mais Eric Decker ne s’est pas contenté d’une seule trottinette, l’équipe qui l’a suivi avait dans ses bagages deux autres modèles d’EMove Cruiser. Cela lui a ainsi permis de changer de trottinette sans avoir à recharger sa batterie. Les deux modèles de remplacement devaient, eux, se charger, dans la voiture qui suivait le performeur. 

20km/h de vitesse moyenne

Malheureusement pour elle, l’équipe n’avait pas vérifié la capacité du chargeur de la voiture et a été confrontée à l’obligation de trouver d’autres moyens pour recharger les trottinettes de remplacement. Les prises publiques des hôtels (110V aux Etats-Unis) ou encore celles des stations services sur le trajet ont été employées pour permettre à Decker d’avancer sans perdre de temps.

Finalement, le jeune américain a atteint sa destination grâce à une dernière charge sauvage nocturne de 6 heures, dans une station service. La distance de 460 km a été parcourue à une vitesse moyenne de 20 km/h, dans le strict respect du code de la route, et avec quelques pauses pour reposer son corps passablement fatigué. En effet, Eric Decker s’est dit épuisé après cette épreuve ressemblant à un véritable « cauchemar ». L’histoire ne dit pas si notre héros compte rééditer l’expérience en Lime ou en Bird. 



[ad_2]

Source link