Délimiter son potager : comment réussir une séparation ?

[ad_1]

Organiser son potager est une étape importante, qu’il convient de considérer avec anticipation. Utile et/ou décorative, la délimitation de son potager peut prendre de très nombreuses formes. Pourquoi et comment délimiter ? Quelques éléments de réponse.

À l’aide de planches de bois ou de palette, de pierre ou de végétaux, voici toutes nos idées futées pour créer des bordures bien pensées et ainsi délimiter votre potager comme il se doit. 

Pourquoi délimiter son potager ?

Délimiter son potager s’avère utile à bien des égards : organiser l’espace, limiter l’érosion du sol ou l’invasion des mauvaises herbes en sont quelques exemples. Organiser son potager consiste à concevoir en amont la forme qu’il va prendre, en imaginant par exemple les différents espaces de culture et les allées pour s’y déplacer. À ce propos, prévoyez des allées plus ou moins larges en fonction des outils que vous comptez utiliser, la brouette par exemple… Outre le fait d’organiser des espaces distincts, la délimitation du potager avec des bordures, permet de retenir la terre et ainsi limiter l’érosion des sols. Elle a également un aspect pratique dans la mesure où les bordures peuvent servir de support pour fixer des planches de cultures. Dans certains cas, elles peuvent également limiter l’invasion des plantes indésirables. Enfin, les bordures constituent un élément de décor important.

Pour délimiter un potager, la meilleure chose à faire est sans doute de faire un plan. Celui-ci vous permettra en premier lieu de savoir si vous avez assez de place pour planter tous les légumes que vous voulez cultiver, tout en prenant en compte l’espace dont vous aurez besoin pour circuler. Ensuite, il vous permettra de mettre sur papier les emplacements que vous souhaitez accorder à chaque légume, en tenant compte d’éventuelles associations de plantes ainsi que de la rotation des cultures.

Quelle bordure choisir pour un potager ?

Une fois votre potager délimité théoriquement sur plan, il est temps de délimiter les espaces concrètement sur le terrain, en installant des bordures. Pour ça, les possibilités sont certainement au moins aussi nombreuses qu’il y a de jardiniers.

En effet, vous pouvez par exemple opter pour des bordures en pierre. Granit, ardoise ou grès sont appréciées pour leur côté esthétique et chaleureux. Dans la pratique, les pierres sont également très pratiques, voire nécessaires, quand il faut retenir les terres d’un terrain pentu. L’inconvénient principal de ce type de bordures est certainement le prix.

Non moins élégant, le treillage peut lui aussi faire office de bordures au potager. Comme la pierre, il est non seulement utile mais également très décoratif. Il peut en effet tout à la fois servir de tuteur et offrir au jardinier la liberté de créer des motifs artistiques. Noisetier, rotin, bambous ou osiers, branches de châtaigniers ou de saules, vous n’avez que l’embarras du choix quant à la matière première. Et cette solution s’avère très souvent économe.

Les planches en bois, que l’on rencontre souvent dans les potagers, sont également un très bon moyen, efficace et économe, de délimiter des espaces. Leur forme géométrique simple font qu’elles sont très faciles à installer. C’est l’option qui est majoritairement choisie dans le cas de potagers miniatures, sur les balcons ou les terrasses par exemple. Mais le bois pourrit très rapidement avec l’humidité. Privilégiez des essences imputrescibles comme le Douglas ou l’acacia. Ajouter un traitement sur ces bois ne pourra que prolonger la durée de vie de vos planches.

Il est par ailleurs possible de marquer la délimitation entre différents espaces de votre potager au moyen de bordures végétales. Très décoratives, elles demandent néanmoins un peu d’entretien ; taille et arrosage. Par exemple, la lavande, le berbéris ou des plantes aromatiques comme le thym, la ciboulette ou l’hysope conviennent bien à ce type d’usage.

[ad_2]

Source link