Débuts avec Dutronc, Couple avec Nicolas, Adoption, Pactole, Malaise sur scène…

[ad_1]

Hélène Rollès fête ses 55 ans le 20 décembre. Ses débuts avec Dutronc, son (vrai) couple avec Patrick Puydebat (alias Nicolas), l’adoption de ses enfants, l’énorme somme qu’elle a refusée… Secrets d’une fille pas comme les autres.

Hélène Rollès fête ses 55 ans le 20 décembre. Sa voix chaleureuse et ses chansons romantiques ont bercé l’enfance et l’adolescence (voire plus) de nombreux Français. Si l’héroïne de la saga Hélène et Les Garçons a grandi sous les yeux des Français, il y a fort à parier que ceux-ci ne la connaissent pas si bien que cela. L’actrice, pudique et discrète, ne se confie que rarement. Découvrez ce que vous ne saviez (peut-être) pas sur la chanteuse qui a marqué tout une génération: ses débuts aux côtés de Jacques Dutronc, son trac ingérable sur scène, la haine et l’amour avec Patrick Puydebat (alias Nicolas), ses enfants, l’énorme somme qu’elle a refusée…

Hélène Rollès : ses débuts avec Dutronc

Hélène Rollès commence sa carrière sur les chapeaux de roue, en 1979, à seulement 16 ans. Après avoir répondu à une annonce publiée dans Paris Match, elle obtient un rôle dans le film de Jean-Pierre Moscardo, Le Mouton Noir, au coté de Brigitte Fossey et Jacques Dutronc. Rien que ça!

Hélène Rollès : ce rôle qu’elle a refusé

Malgré cette notoriété soudaine et précoce, la jeune adolescente ne laisse pas ses chevilles enfler. Alors qu’on lui propose un rôle dans Le Marginal, de Jacques Deray, elle refuse l’offre et préfère continuer sa vie de lycéenne

Hélène Rollès : sa rencontre décisive avec Dorothée

Un soir de mars 1987, sa vie bascule. Elle assiste à un concert de Dorothée au Mans et y rencontre Jean-Luc Azoulay, qui lui propose d’intégrer la famille AB Productions. Pour autant, Hélène Rollès n’est pas immédiatement propulsée au statut de star du petit écran, puisqu’elle commence par travailler au service courrier du groupe.

Hélène Rollès a chanté des génériques de dessins animés

Mais Jean-Luc Azoulay décide de donner sa chance à Hélène Rollès, dont il croit en la capacité d’électriser les foules. Il lui fait enregistrer son album Ce train qui s’en va. En parallèle, elle chante les génériques de plusieurs dessins animés tels que Makko, Magique Tickle Drôle de fée ou encore Meg la sorcière.

Hélène Rollès : le début du succès

C’est à partir de décembre 1991 qu’elle interprète pour la première fois le rôle d’Hélène Girard, la grande sœur de Justine Girard, qui n’est autre que l’héroïne de la sitcom Premiers Baisers. Le personnage joué par Hélène Rollès est si populaire que Jean-Luc Azoulay décide de lui créer sa propre série, baptisée Hélène Et Les Garçons. La véritable aventure commence…

Hélène Rollès et Patrick Puydebat étaient en couple

Si Hélène Rollès et Patrick Puydebat (qui joue le rôle de Nicolas) ne s’entendaient guère au début du tournage, les tourtereaux à l’écran ont rapidement fini par passer de la haine à l’amour. « On a partagé quelques années de romance. Et c’était super« , a récemment admis le comédien à Paris Match.

Hélène Rollès et Patrick Puydebat : leur « relation fusionnelle »

A présent, les anciens amoureux ne sont plus en couple à la vie, mais ils conservent une véritable amitié. « C’est l’alchimie totale, c’est une sœur, notre relation est parfaite. On a dépassé tous les stades de l’amitié, elle connaît mes parents et je connais les siens, on passe des week-ends ensemble. C’est quelqu’un de ma famille« , a ajouté Patrick Puydebat dans Voici. « Hélène peut m’appeler jour et nuit. Je peux faire 500 kilomètres si elle a un problème. On a une relation fusionnelle, c’est ma meilleure amie. On habite à une heure de voiture. On va chez l’un ou l’autre. Je connais ses enfants« , avait-il également confié à Télé-Loisirs.

Hélène Rollès : son avis sur la fin du Club Do’

Hélène Rollès a un avis bien tranché sur l’arrêt du Club Dorothée, survenu en 1997. « Je pense que c’était une erreur d’avoir arrêté le Club Dorothée. Après, il n’y avait plus grand chose pour les enfants« , a commenté dans Non Stop People l’interprète de Hélène Girard dans la saga Hélène et Les Garçons.

Hélène Rollès a refusé un pactole

Hélène Rollès a décliné 12 millions de francs à l’époque du succès des séries AB. L’actrice a refusé qu’une poupée soit fabriquée à son effigie parce que ce projet « dérangeait » sa mère, a-t-elle révélé dans Non Stop People.

Hélène Rollès aurait voulu jouer d’autres rôles

La native du Mans aurait souhaité jouer d’autres rôles et camper d’autres personnages, que ce soit à la télévision ou au cinéma. « J’adorerais, mais j’ai reçu peu d’offres, finalement, et je fonctionne au coup de cœur. Et puis, est-ce que le public y croirait ? Peut-être qu’il faudrait que cela s’accompagne d’une transformation physique… J’ai reçu, dernièrement, une demande pour incarner mon propre rôle: celui d’Hélène, chanteuse. J’attends d’en savoir un peu plus pour prendre ma décision« , avait-elle confié à Télé 7 Jours.

Hélène Rollès : ses enfants adoptés

En 2013, Hélène Rollès adopte deux enfants originaires d’Ethiopie. « Il s’est passé six ans avant que je puisse aller les chercher à Addis-Abeba (en Ethiopie, ndlr). Le côté ‘parcours du combattant‘ n’est pas un mythe, mais il ne faut jamais abandonner, car j’ai été grandement récompensée (…) Je suis une mère tranquille. J’essaie de bien les élever. Mes enfants sont polis, gentils. Ils ont toutes les qualités. Ils commencent à découvrir que je suis connue« , a-t-elle assuré dans l’émission Melody De Ma Vie.

Hélène Rollès est fan… de rap !

Il faut se méfier des apparences. Hélène Rollès n’écoute pas seulement des mélodies à l’eau de rose! « J’adore le rap et NTM. J’ai été très touché par ce groupe, par leur texte. J’étais même allé les voir au Zenith avec une copine« , a-t-elle confié à Melody De Ma Vie.

Hélène Rollès est pétrifiée par la scène

Hélène Rollès a beau être une chanteuse chevronnée, elle n’est toujours pas parvenue à combattre le stress de la scène. « Je suis une hypersensible sur scène. Je suis morte de trac. Dès que cela commence je me maudis en me disant: ‘Qu’est-ce que je fous là? Pourquoi j’ai dit oui?’ C’est horrible jusqu’à la dernière note (…) Une fois je me suis même évanouie sur scène. Ma sœur croyait que j’étais morte. Pat Le Guen avait filmé ce moment et j’ai refusé qu’on diffuse les images car cela a fait trop peur à mes proches« , a-t-elle dévoilé au Parisien

[ad_2]

Source link