Six mois avant l’événement, le Mondial de l’Auto est annulé



Le coronavirus fait une victime supplémentaire six mois avant l’heure. Un salon automobile de plus, après Détroit ou Pékin, mais pas n’importe lequel, le Paris Motor Show. L’événement était initialement prévu pour octobre mais ses organisateurs ont déjà annoncé qu’il n’aura pas lieu. « Au regard de la gravité de la crise sanitaire sans précédent face à laquelle le secteur automobile, frappé de plein fouet par l’onde de choc économique, joue aujourd’hui sa survie, nous sommes contraints d’annoncer que nous ne serons pas en mesure de maintenir dans sa forme actuelle le Mondial de l’auto à la Porte de Versailles pour son édition 2020 ». 

Une série d’événements pour faire oublier le salon ?

La formule « dans sa forme actuelle » peut sembler relativement vague mais elle concerne en réalité les événements autour du salon classique, c’est à dire la pure et simple expositions de nouveaux modèles. En effet, les nouveaux organisateurs de l’événement, Luc Chatel (l’ex-ministre) et Frédéric Bedin souhaitaient changer la formule jugée vieillissante du salon et lui adjoindre des événements parallèles. De fait, « les parties Movin’On, Smart City et événements hors les murs ne sont pas remis en question ». Ces autres pans du salon qui concernent essentiellement les nouvelles formes de mobilité doivent se tenir en dehors du parc des expositions de la porte de Versailles. 

Malgré les annulations successives des événements majeurs que ce soit dans l’industrie automobile ou dans les nouvelles technologies, cette suppression pure et simple d’un événement qui doit avoir lieu dans six mois interroge. Si le covid-19 est pointé du doigt par les organisateurs du salon, qui précisent que « rien ne sera comme avant », il est permis de penser que ceux-ci pourraient tout autant craindre le virus que les probables désertions de nombreux constructeurs auto en quête d’économies après une année pour le moins compliquée.

Actu à voir aussi ...  Au sein de Microsoft, Bill Gates n’est plus qu’un consultant





Source link