Un freelance se tourne-t-il les pouces ? Rumeurs et vérités – Le modeste blog de Miss Bavarde

[ad_1]

beverage-blogger-business-1271137

Avouez que vous avez déjà tous pensé que vos potes installés en freelance se la coulaient douce et qu’ils avaient de la chance de se lever à 9h en semaine si ils le souhaitaient ! On a tous pensé ça une fois, ou du moins on a tous envié ces freelances qui ont l’air d’avoir la belle vie et de pouvoir toujours se payer des vacances ou partir en week end libres comme l’air. Mais combien de fois vous a-t-on dit de ne pas vous fier à ce que vous voyez sur Instagram ?

Les réseaux sociaux, c’est comme pour un couple. Vous êtes surs que le couple marche super bien car ils ont toujours l’air heureux, mais vous ne savez pas comment ça se passe une fois ce couple chez eux. Et bien les freelances c’est pareil. Vous avez toujours une certaine impression de les connaître, de savoir que tout va bien, qu’ils ont de la chance d’être en week end à l’autre bout de l’Europe, mais vous ne savez pas ce qui se passe une fois le post sur Instagram posté.

Un de mes ex qui est à son compte, ou en tout cas l’était à l’époque me disait souvent que ses potes lui disaient qu’il était chanceux, qu’il pouvait se lever à l’heure qu’il voulait et qu’il avait une vie royale ! Ca c’est en surface, car en réalité, mon ex bossait comme un fou. Un autre pote freelance me disait la semaine dernière que ses amis disaient de lui qu’il avait de la chance d’être en week end un mercredi. Sauf qu’ils ne savaient pas qu’avant son « week end » le mercredi, il avait bossé non stop jusqu’au milieu de la nuit le week end précédent pendant que ses potes buvaient des coups !

La rumeur habituelle sur les freelances est qu’on se tourne les pouces, qu’on traîne en pyjama chez nous et qu’on n’a pas vraiment de quoi nous plaindre. On est free non ?Et puis, après tout on a de la chance de travailler de chez nous non ? Alors, pour bosser en pyjama, je ne dirais rien, disons que pour bosser de chez moi, j’opte pour des fringues confortables ! Quant à la chance de bosser de chez nous, ce n’est pas une chance les gars ! C’est une décision prise en toute conscience, c’est un choix, et si c’est une chance comme vous dites, c’est parce qu’on a décidé de se lancer et de faire ce qui nous plait et de bosser comme on en a envie ! Pour ma part c’est un choix pour pallier au chômage, faire mon expérience et apprendre encore et encore. Je voulais sortir de ma zone de confort encore une fois, voir de quoi j’étais capable et si des agences ne voulaient pas de moi, tant pis pour eux, des clients auraient besoin de mes services.

Quand on est freelance, on équilibre nos journées, les week ends n’existent pas vraiment, ni les soirées, on bosse selon notre planning et il arrive que les demandes se fassent toutes en même temps. Certains vont travailler aux mêmes horaires que des salariés, 8h debout, 9h derrière l’ordi et à 18h je ferme l’ordi. Pourquoi pas si ça leur convient, encore une fois c’est un équilibre et une dynamique à trouver. Pour ma part, j’ai complètement lâché les horaires de salariés et j’équilibre mes journées et mes semaines comme je le peux. Tout tient aux missions que je trouve. Effectivement cet été, j’avais peu de missions, c’était assez calme et j’en ai profité pour prendre soin de moi surtout que j’avais un bras plâtré ! Mais depuis septembre, les missions se sont enchaînées et je n’arrête pas une seconde.

blonde-hair-blurred-background-dress-852793

Depuis quelques semaines, je bosse beaucoup. Mes copines me surveillent à distance même et parfois m’engueulent car je bosse et ne prend pas de temps pour moi. C’est adorable et elles ont raison en partie. Mais je suis comme ça moi, je suis à fond, je bosse beaucoup car je prends le temps de faire les choses et mener mes missions à bien pour être satisfaite de moi le soir quand je me couche, et satisfaire bien évidemment mes clients. Depuis que j’ai mon micro bureau, j’arrive un peu plus facilement à abandonner l’ordinateur et profiter de mon thé, du chat, posée dans le canapé devant une série. Encore une fois, tout est question d’équilibre. Si je prends du temps off pour partir en vacances par exemple, je ne suis pas payée car je suis en vacances. Je dois donc le prévoir en amont. Attention, je ne me plains pas de partir en vacances si je peux me le permettre grâce au boulot que j’ai accompli. Je dis juste qu’on doit être conscient de certaines choses et que ceux croyant qu’un free se tourne les pouces doit avoir conscience également de l’ensemble de la situation.

Ceux qui me lisent et me connaissent dans la vraie vie, qui m’ont peut être rencontré par le biais du travail, savent que je suis une bosseuse. Mais aussi une feignante, je ne vais pas le cacher. Oui comme tout le monde, parfois je traine devant Nteflix des heures à ne rien faire, juste me reposer. Cependant, depuis que je suis à mon compte, je bosse. Comme une folle parfois. Je n’arrête pas. Entre les benchmarks pour m’inspirer, mes tableaux de blogueurs pour augmenter le nombre de profils, le site internet, les mails de prospection, les missions, etc etc je n’arrête pas. Je bosse beaucoup plus que lorsque j’étais salariée. Pourquoi ? Car j’aime ce que je fais, que je suis fière de ce que je fais et que je profite de tout cela pour me former. Je ne dis pas que je resterais free toute ma vie, peut être qu’une opportunité intéressante me ferait signer un cdi, mais une chose est certaine je ne fermerais pas mon auto entreprise. Peut être que certains free se tournent les pouces, peut être que certains vont facturer des missions à 10k pour 1 semaine de job parce que tu comprends, je fais du conseil ou de la DA et se prennent ensuite un billet d’avion… tant mieux pour eux si c’est leur équilibre et que ça leur convient.

Mais je vous assure, que pour avoir été 14 ans salariée, et fréquenter pas mal de free, je sais qui se tourne les pouces et qui bosse. Et en général, croyez moi, sauf exceptions, ce ne sont pas ce que vous croyez. Mais je crois que ça fera l’objet d’un autre article ça !

[ad_2]

Source link